22 janvier 2017

Territoire gelé le long de la Vilaine à Rennes le 20 janvier 2017 (1)

170120 Nikon 004
- Retire ton doigt d'honneur, veux-tu, vieille branche ?
Moi j'aime bien le froid sec et le soleil pâle !

170120 Nikon 007

170120 Nikon 008
- N° 1 au top 50, ça ne dure pas longtemps !
- J'en suis tout retourné ! 

170120 Nikon 009
Zut ! Ici la glace n'a pas supporté son poids et l'arbre s'est noyé !

Posté par Joe Krapov à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Territoire gelé le long de la Vilaine à Rennes le 20 janvier 2017 (3)

170120 Nikon 017

170120 Nikon 029
On a flanqué les guillotines à la flotte !
Par contre on ne coupe pas au gel de nos arpions !

170120 Nikon 030

170120 Nikon 031

Posté par Joe Krapov à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 janvier 2017

Des graffs urbains à la campagne : Rennes le 20 janvier 2017 (1)

170120 Nikon 020

170120 Nikon 021

170120 Nikon 024
Ave Caesar ! Un photographe bien emmitouflé te salue !

Posté par Joe Krapov à 14:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Des graffs urbains à la campagne : Rennes le 20 janvier 2017 (2)

170120 Nikon 025

170120 Nikon 026
Au moment où l'Angleterre sort de l'Europe, sa culture (télévisuelle) nous envahit !

Posté par Joe Krapov à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Des graffs urbains à la campagne : Rennes le 20 janvier 2017 (3)

170120 Nikon 085
Ces graffs sont peints sur ce mur-ci, à droite de l'arbre. Nous sommes sur le chemin de halage qui longe la Vilaine et me permet d'aller, à vélo ou à pied, aux étangs d'Apigné. La photo est prise au retour.

170120 Nikon 086

170120 Nikon 087
Cela me fait penser au 2e épisode de la saison 4 de "Doctor Who". Le Docteur voyage dans le temps, il croit se retrouver dans la Rome antique mais découvre qu'il est à Pompéi à la veille de l'éruption du Vésuve ! Ensuite le scénario s'en va vers la BD de série Z mais justement : c'est très délassant avant d'aller se mettre sous l'édredon ! J'aime les objets cultu(r)els qui valent leur pesant de péplumes ! 

Posté par Joe Krapov à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Des graffs urbains à la campagne : Rennes le 20 janvier 2017 (4)

170120 Nikon 010

170120 Nikon 011

Pourquoi donc n'est-elle pas contente, la blanche hermine ?
A cause Des Buts Zarbis qu'encaisse le Stade Rennais Footbal Club ?
Pardon le Roazhon Park Football Club ? ;-)

170120 Nikon 080

Posté par Joe Krapov à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 janvier 2017

INVENTAIRE DES FÉES ET SORCIÈRES (1)

Les Fées

QUEEN_CHAPEAUX_0

La reine d’Angleterre

90 ans d’inélégance chapelière et pourtant elle est toujours en poste ! Soit la DRH de la maison Albion est nulle, soit cela tient réellement de la magie !

 

Laure Manaudou

Elle a refilé son bonnet de piscine à son frère Florent et elle pousse des cris orgasm-atyp-iques à chaque fois qu’il gagne de l’or frais. On l’aime surtout parce qu’à l’Atelier d’écriture de Villejean elle a été longtemps l’inspiratrice d’Anne-Françoise et que nous lui devons, de ce fait, des fous-rires féeriques.


Audrey Hepburn


Qu’elle fasse du scooter dans Rome, qu’elle tienne une librairie, qu’elle déambule dans une New-York kitsch ou dans un Paris glamour des années 50 elle fait montre d’une élégance et d’une classe inégalables. A l’écran comme dans la vie elle est toujours la plus émouvante et la plus naturelle des vedettes du cinéma américain.

o-AUDREY-HEPBURN-facebook


Julie Andrews


La nounou idéale (Mary Poppins) devient la maman idéale à la fin de « La Mélodie du bonheur ». De quoi redonner vie à votre complexe d’Œdipe si vous êtes un mec. Si vous ne savez pas exactement ce que vous êtes, regardez-la dans « Victor Victoria ». Vous ne saurez pas plus mais, parce que tous les films de son mari, Blake Edwards, sont des chefs-d’œuvre de finesse et d’humour, vous aurez forcément ri et n’aurez donc pas perdu votre temps.


Annie

le-club-des-cinq-contre-attaque-nouvelle-bibliotheque-rose

C’est un des personnages, avec François, Mick, Claude et Dagobert, du Club des cinq d’Enid Blyton. C’est sans doute la première héroïne de roman dont je suis tombé amoureux. Mais si je regarde ma situation maritale du moment, j’ai quand même plutôt l’impression d’avoir épousé l’autre fille du quintette. Plutôt que l’ange de douceur, le garçon manqué. Merci de n’en rien déduire quant à l’image que vous vous faites de ma masculinité. De toute façon, comme je me trouve très bien de cette situation maritale et qu’il n’y a pas de marche arrière sur mon existence – c’est un modèle vintage qu’on ne trouve plus dans le commerce –relisez « Oui-Oui » du même auteur si vous voulez et n’en parlons plus !

 

INVENTAIRE DES FÉES ET SORCIÈRES (2)

Les Sorcières


Christine Angot

L’insistance avec laquelle Madame Angot se vautre dans l’autofiction masochiste, dans l’étalage plaintif et dramatisé de son histoire personnelle à longueur de rentrées littéraires et de sorties de Doc Gynéco nous pousse à la ranger dans la catégorie des sorcières.

J’y mets aussi Annie Ernaux qui est cependant beaucoup plus lisible et toutes ces autof(r)ictionneuses dont je repose instantanément le livre si la quatrième de couverture me promet des merveilles de psychologie autour du viol, de l’inceste ou des mauvais traitements qu’elles ou leurs héroïnes ont subis au sein de leur famille toujours plus ou moins bourgeoise mais jamais très honorable dans un monde à se flinguer mais elles sont courageuses et étalent leur souffrance et monnaient tout ce qu’elles ont déjà raconté à leur psy sans que ça ne les aide vraiment alors "pourquoi pas la littérature ?".

A ce tarif-là, on va finir par voir débouler dans les librairies les aventures d’une dame-pipi bruxelloise au Japon !

« Et puis après tout, pourquoi pas ? » comme disait le Commandant Charcot !

Bref je me méfie un peu des écrivaines, à l’exception d’Agatha Christie et de Fred Vargas.

Oui, et d’Enid Blyton aussi. ;-)


Les Sorciers


Michel Houellebecq

Pareil ! Ce monsieur manifeste autant de joie de vivre qu’un cocker épagneul atteint d’un cancer généralisé en phase terminale et pourtant, si on regarde bien, tout va bien pour lui ! Il a rempli son compte en banque en déclinant de manière continue un blues aussi monocorde que misanthrope mais cependant bien insoucieux des déforestations liés à l’édition de best-sellers occidentaux, obtenu le Goncourt. Il pourrait avoir la décence de crier « Youpi tra lala » de temps en temps, pendant l’orgasme peut-être pas parce que ça ne serait pas très joli à voir ou à entendre mais au moins quand les bleus marquent un but ? Non ?


Francis Bacon

En même temps, on ne peut pas lui en vouloir à ce peintre : avec un nom pareil, pouvait-il peindre autre chose que de la bidoche et de la charcuterie ?

bacon_figuremeat_136

Posté par Joe Krapov à 21:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :