11 juin 2018

Choses vues au festival Les Fleurs du mail le 8 juin 2018

180608 265 002

180608 265 003

Trottinette-valet de pied !

180608 265 005

180608 265 006

 Le petit Chaperon rouge a bien grandi !

180608 265 011

180608 265 017

180608 265 016

 1, 2, 3... Partez !

Posté par Joe Krapov à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Choses vues au festival Les Fleurs du mail le 10 juin 2018 (2)

180610 265 001

C'est l'heure de se mettre à table ! Raconte !

180610 265 002

180610 265 168

Dans la famille Pot-Potin, je demande la grand-mère !

180610 265 169

Dans la famille Pot-Potin, je demande le père, Félix, qui porte si mal son prénom !

180610 265 170

Posté par Joe Krapov à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Choses vues au festival Les Fleurs du mail le 10 juin 2018 (3)

180610 Nikon 022

180610 Nikon 023

180610 265 167

Parfois j'ai des bonheurs idiots comme celui qui consiste à pénétrer dans un lieu où je n'ai jamais mis les pieds. Ici on est dans le cloître de la Maison saint-Cyr. Je suis bien content aussi que la statue de la Madone ait pu entendre le conte russe "Vassilissa la Belle" dit par Claudine Barrin et mis en musique et sons par Laurie Dyèvre.

180610 Nikon 012

180610 Nikon 013

Visité aussi la chapelle de cette ancienne institution religieuse devenue maison de retraite.
Désolé pour le Choeur du Thabor qui s'est produit là mais un programme est un programme : 16 h n'est pas 15 heures 30. Je suis ressorti pour aller écouter les conteurs ! Parfois j'ai des rigueurs idiotes  aussi !

Posté par Joe Krapov à 11:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

LE GENRE DE GARS AVEC LESQUELS IL FAUT COMPOSER, PARFOIS, J’TE JURE !

Lakévio 111 Harold Harvey - Lettre à Elise

Ma chère Elise

J’ai tellement tapé comme un sourd sur mon piano toute cette journée que je n’ai plus aucune énergie pour ce qui est de te proposer la bagatelle.

Elle est en la mineur, elle n’a pas de numéro d’opus et c’est la 59e de mes œuvres sans numéro. Woo ! Il y a de quoi perdre le Nord, n’est-il pas, si les œuvres sans numéro en ont quand même un !

J’aurais bien aimé que tu la lises, que tu la déchiffres, la joues, l’apprécies et que tu m’offres en remerciement une bise.

Mais le début pour toi n’est pas assez balèze aussi vais-je l’offrir à Thérèse.

Je ne pense pas que l’Histoire retiendra cette oeuvrette !

Ludwig Van B., peintre naïf.
 



Ecrit pour le jeu de Lakévio n° 111 à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 05:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juin 2018

Argentiquités. P 94/02, Sablé-sur-Sarthe dans la Brume en février 1994 (1)

J'avais prévu jadis de réserver un site web "espécialement" pour mes travaux de numérisation.
Je l'avais commencé puis je l'ai utilisé pour rédiger mes brouillons d'ateliers d'écriture en ligne ! 
Je ferai peut-être un jour le transvasement de ces brouillons
(je peux aussi les supprimer, c'est vrai, vu que je republie ces textes ici et qu'ils restent sur les ateliers !).

En attendant, le dimanche, désormais, ce sera Argentiquités ici !
Bienvenue dans la Sarthe, ce jardin extraordinaire  où chaque 24 heures compte plus qu'ailleurs !

P 94 02 Sablé dans la brume en février 1994 03

P 94 02 Sablé dans la brume en février 1994 04

P 94 02 Sablé dans la brume en février 1994 05

P 94 02 Sablé dans la brume en février 1994 06
P 94 02 Sablé dans la brume en février 1994 07

Posté par Joe Krapov à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


09 juin 2018

TÊTE DE SÉRIE MYSTÉRIEUSEMENT ÉLIMINÉE A MELBOURNE !

A quatre pattes sur la moquette, je m’étais mis en quête de ma paire de chaussettes.

Houla le mal de tête ! Quelle tempête sur le faîte de mon crâne ! Mes aïeux, quelle casquette ! Tout tournoie ! Faut que j’arrête la piquette ! Pourtant je n’avais rien bu la veille. Juste un peu d’anisette. Et aussi plus bas, quel besoin de balles neuves, quelque part !

Quand je soulevai la couette tombée dans nos ébats de cette nuit de fête, je trouvai ma conquête dans une posture fort peu coquette. Sûr qu’elle avait une drôle de binette, toute violacée sur la moquette, étranglée qu’elle était avec les cordes d’une raquette. Finies les galipettes, ma minette !

Pas de doute, comme disait le maître de requêtes Samuel Beckett, il allait bien falloir que j’échappe à l’enquête.

Et tant pis si j’étais le principal suspect.

Ah non : y avait aussi cet aviateur français, Roland Garros, à qui Phryne balançait sans cesse «Roland, arrête, t’es bête ! ».

Et l’écrivain également, un nommé Dashiell Hammett, qui ne m’avait pas semblé très honnête quand il jouait à la roulette.

Tout partait en sucette ! Mauvaise pêche ! En levant Miss Fisher, cette drôle de midinette, j’avais fait une boulette et perdu le premier set !

Je remis mes baskets, ma liquette, ajustai le toutime et je pris la poudre d’escampette. Par la sortie de service, bien entendu ! Pas question que je tombe dans les filets du brigadier Collins et de l’inspecteur Robinson, ces enquêteurs à la noah !
 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 510 d'après cette consigne : Quête

N.B. : Si vous aimez ce genre de jazz, vous pouvez écouter la B.O. de ce feuilleton ici.
Autre chose : l'interprète de Miss Fisher s'appelle Essie Davis. ca vous la coupe non ?