18 mai 2022

CASTING

- La candidate suivante est née à Guémené-sur-Scorff. Elle s’y connaît donc bien en matière d’andouilles !

- C’est vrai qu’elle va devoir en rencontrer pas mal !

2122-29 JK auto-stop

- Elle a beaucoup voyagé. En stop, de Briançon à Molines.

- Les gens s’arrêtent par là ?

- Oui, beaucoup et souvent. Pour faire pipi dans les confessionnaux du coin. Du coup elle a usé de sept véhicules pour faire ces trente kilomètres. Enfin de six parce que le laitier l’a embarquée deux fois.

- Bagages ?

- Sans doute un sac à dos et une tente de camping par-dessus ?

- Mais non, Alexis ! Bagage universitaire ? Diplômes ?

- Etudes de médecine. Spécialiste de l’embryologie des poissons. Sait donc bien nager en eaux troubles.

- Où passe-t-elle ses vacances ?

- A Lourdes. Elle va tous les ans voir le cirque de Gavarnie, ses clowns, ses lions, ses acrobates.

- Arrête de déconner, Alexis ! On cherche une perle rare qui connaisse bien les territoires. Il faut qu’on renoue le contact avec la province. Autre chose ?

- Ski à Morzine l’hiver mais s’arrête toujours en chasse-neige. N’a jamais décroché sa deuxième étoile.

- Côté sexe ?

- Clean. Aucune tache même si elle a failli suivre à 32 ans un pote gitan rencontré dans un bar de Montparnasse.

- Qu’est-ce qu’elle sait faire d’autre ?

- Essuyer des orages à Saint-André-des-Alpes, dans le Var, en se réfugiant dans sa voiture.

- Oui, ça fait cage de Farfadet.

- Faraday, monsieur le Président ! Faraday ! Et puis regarder le lever de soleil sur l’étang de Gruissan chez sa fille, à Narbonne.

- En écoutant « La Mer » de Charles Trénet, j’imagine ? C’était la dernière fiche ?

- Oui monsieur le Président !

- Ça m’embête bien. Toutes ces dames du bas-peuple sont sympathiques mais votre choix même large me semble quand même trop limité. Je crois que je vais prendre Borne.

- Emile, par jeu ?

- Non. Elisabeth, par dépit !

2122-29 JK Macron et Kohler

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 17 mai 2022

d'après la consigne AEV 2122-29 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 16:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-29 DU 17 MAI 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

La Vie d’un·e autre

 

1)
Listez dix villes de France de dix départements différents, qui apparaissent ou non sur la carte ci-dessous, et dans lesquelles vous êtes déjà allé·e. Dites quand c’était, ce que vous y avez fait d’original ou racontez une courte anecdote, pas plus d’une phrase, à leur sujet.

2) [facultatif]
Ensuite passez la feuille à votre voisin·e. Qui devra romancer ces éléments de votre vie ou dresser un portrait de vous, de manière fictionnelle, à partir d’eux. Ou faire ce qu’il ou elle veut à partir de ça !

Vous pouvez utiliser les éléments biographiques de Jean-Paul, Dominique et Anne-Françoise publiés sur le site de l'atelier pour ce deuxième exercice.

2122-29 Consigne Carte de France

Posté par Joe Krapov à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2022

Si tu veux faire mon bonheur....

... Marguerite, donne-moi ton coeur ! (air connu).

Et donc, ce 13 février 1916, Marguerite De... devient veuve et ses deux enfants, Léon et Constant, 6 ans et 3 ans, orphelins de père. La guerre de 14-18, contrairement à ce que chante Brassens, ce ne sera jamais la guerre que ils et elle préfèrent !

Après il faut du courage à ce beau monde pour porter un tel deuil. N'étant ni psychanalyste, ni historien, je n'ai pas eu à interroger mes aïeux sur cette période alors du coup je n'ai que les dates de Généanet pour faire le lien avec les deux autres photos qui me restent de la famille De... qui peuvent être datées d'avant la deuxième guerre mondiale.

Et donc le 2 novembre 1921, Marguerite, pas forcément vêtue de noir et pas forcément veuve joyeuse de Franz Lehar pour autant, devient Madame Li... Elle épouse Auguste Li..., un autre ouvrier mineur né à Oignies le 1er septembre 1887, fils de Auguste Li... 1853-1902 et Augustine Tu... 1858-1922.

Cet Auguste avait épousé en 1911 une Fernande De... qui lui avait donné deux fils : Auguste Arthur Li... 1912-1996 et Fernand Li... 1913-2004.

Le mystère de Fernande !

Qu'est-il arrivé à Fernande qui me fait tant rire ce soir où j'investigue sur des parfaits inconnus ? Simplement, d'après certaines notices de Généanet, elle serait décédée en 1911 avant de donner naissance à ses deux fils ! J'ai fini par arriver sur la bonne notice qui me dit qu'elle est morte en 1972 à l'âge de 80 ans et qu'elle et Auguste avaient divorcé le 9 mars 1920.

Abrège, Joe Krapov !

Marguerite et Auguste, quatre garçons sur les bras - encore qu'on ne m'ait jamais parlé de ces demi-frères en forme de pièces rapportées de famille recomposée - sont heureux de vous annoncer la naissance de Gilberte-Augustine Li... !

A vous de trouver sa date de naissance d'après la photo suivante !

Alcidie De-No avec Gilberte Li et Jeanne De

 Cette photo a été prise en 1933. Elle représente Gilberte avec ma grand-mère, Victorine, qui tient sa fille Jeanne, ma mère, dans ses bras. Si vous lui donnez entre  neuf et onze ans, elle est née en 1922 ou 1924.

Gilberte Li (demi-soeur de Léon De)

Et comme la vie des pauvres gens n'est parfois qu'une suite de malheurs, Gilberte est décédé d'une méningite seize ans après sa naissance. Cela a bien affecté mes grands-parents qui l'aimaient beaucoup et qui, pudiques ou orgueilleux, s'abstenaient de parler d'elle pour ne pas raviver leur douleur quand on explorait avec eux, avec la grand-mère surtout, les boîtes de photos qu'on avait sorties du buffet du couloir.

***

Mais j'en viens au meilleur en retournant au grand-père Auguste que j'ai dû connaître alors que j'étais tout petit. Il est mort en 1962 alors que j'avais sept ou huit ans. 1962 ! Epoque opaque où tout le monde n'avait pas une voiture, un frigidaire, un joli scooter, une tourniquette à faire la vinaigrette ou un smartphone pour s'empêcher de penser ! L'arrivée de la télévision dans les foyers, ça a été d'abord chez Auguste et Marguerite. Elle était en noir et blanc, une seule chaîne, posée dans le coin de la pièce unique de la longère où ils habitaient. La visite aux aïeux était devenue un rituel pour les différentes branches de la famille : les enfants de Léon venaient du centre du village, ceux de Constant du coin de la rue. Il y avait un poêle à charbon qui ronflait, on pouvait bien être dix ou quinze là-dedans à regarder le jeu de la Chance, Télé-dimanche, à regarder le film, puis, plus tard, Les Trois coups et Thierry la Fronde avant de s'en retourner chez soi. 

Je n'ai pas assisté à la scène mais ma grand-mère me l'a racontée. C'était un dimanche où on passait un bon vieux western des familles avec une bataille entre cow-boys et Indiens. A un moment le Grand-père Auguste est parti dans sa chambre et puis il est revenu armé d'un pistolet à bouchons et à bombardé le poste en hurlant : "Pan t'es mort !" L'ambiance !

 

Piège à oiseaux

Un autre de ses faits d'armes de retraité qui s'amuse comme il peut est le suivant. Il avait fabriqué un piège à oiseaux de ce style. Le bâton qui soutenait la cage était relié à sa main droite par une longue ficelle. Quand l'oiseau allait picorer les graines qu'il avait mises dessous, il tirait la ficelle et le piaf était emprisonné. Il allait le chercher et procédait à la même opération savamment préparée : il avait découpé dans du carton une espèce de crète de coq qu'il avait colorée en rouge ; il l'enduisait de colle et la posait sur le bec de l'oiseau puis attendait que ça sèche. Alors il sortait et relâchait l'oiseau ! Et il se réjouissait quand un oiseau ainsi décoré par ses soins se faisait prendre au piège une deuxième fois !

Si mes enfants passent par ici, qu'ils le sachent : je ne suis décidément pas le plus farfelu des zozos de la famille !

Sacré (arrière-)grand-père, va !

P.S. Vous avez remarqué ? Cet Auguste était fils d'un Auguste tout comme Léon 2 était fils de Léon 1 et comme Constant 2 était le neveu de Constant 1 et comme Léon 3 est le neveu de Léon 2 ! Eh bien, il n'empêche ! Avec ce système de prénommer les enfants comme leur père, je puis affirmer qu'il y a un phénomène constant dans la famille De... : depuis 1885 il y a toujours eu un Léon De... à s'agiter du côté d'Oignies et de Libercourt ! ;-)

Posté par Joe Krapov à 05:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mai 2022

Oh, mes aïeux !

Ce serait bien de classer les photos dans l'ordre chronologique. C'est ce que je fais avec les miennes et j'indique bien, sur la pochette de négatifs, de tirages papier ou sur le dossier de photos numériques, ce dont il s'agit : le lieu, la date, le numéro constitué de l'année suivie d'un numéro d'ordre...

Mais comment faire dans cette photothèque héritée quand le verso des clichés est vierge ? Eh bien on passe des heures sur Généanet et on récolte ceci à propos de son arrière-grand-mère maternelle, Marguerite Du... dont voici la bobine immortalisée sans doute au début du XXe siècle. C'est donc la plus ancienne des photographies familiales en ma possession.

Grand-mère Marguerite jeune

Marguerite Du... est née le 27 juillet 1887 à Annoeulin (59), décédée à Bapaume (Somme) le 11 juillet 1976. 

Elle est la fille de Philippe Du... né en 1854 et de Marguerite Re... née en 1858.

Sa fratrie est composée de :

Pierre Du... 1879-???
Guy Du... 1882-1915
Marie Thérèse Du... 1884-1951
Joseph Du... 1886 - ????
Clarisse Du... 1890-1977
Olivier Du... 1891-1973
Théophile Du... 1901-????

Ici, une photo des deux soeurs aînées, Marguerite et Marie-Thérèse qu'on appelait la tante Thérèse.

Marguerite et Thérèse De-Du

Je crois avoir connu l'oncle Olivier qui avait épousé une tante Berthe un peu portée sur la bouteille (mais qui ne l'est pas un peu dans le Nord ? Elle buvait du Muscat). La tante Clarisse est allée habiter dans les Vosges, peut-être après avoir épousé un nommé Georges-Joseph An..., sans doute le fameux parrain chez qui mon grand père avait fait un stage d'apprenti boulanger-pâtissier et qui l'entraînait en le faisant courir derrière sa moto pour qu'il gagnât "le tour de Charmes ", une épreuve de course à pied que, d'après ses dires, il remporta effectivement.

Parenthèse : La vie est merveilleuse ! En cherchant sur Gallica, j'ai trouvé le compte-rendu de cette épreuve sportive disputée le 14 juillet 1929. Eh bien, c'est vrai, dites donc ! Et peut-être bien que le parrain a lui-même gagné le 800 mètres organisé ce même jour pour les vétérans !

Léon victorieux du tour de Charmes le 14-07-1929

Mais revenons à Marguerite. Elle épouse le 3 décembre 1909 à Libercourt (62) Léon De... Lui est le fils de Adolphe De... 1837- et Virginie Br... 1844-

Il est né le 28 février 1885 à Oignies (62) et décédera sur le front le 13 février 1916 à Bellemagny (68), à l'âge de 30 ans. Il a été soldat en 1907 puis ouvrier mineur en 1909.

Il est le frère de Constant De... qui a épousé Marie-Thérèse Du... le 23 février 1903. Si vous êtes perdu·e, résumons : les deux soeurs ont épousé les deux frères !

Léon De 1 le grand-père à moustache (réduit)

Léon De... est le fameux grand-père à moustache dont j'ai déjà parlé ici. (On peut voir aussi mon grand-père jeune, au service militaire, sur cette même page).

De leur union naîtront deux fils :

Léon De... 1910-1986, mon grand-père

Constant De... 1913-1988 dont voici la photo de mariage avec Marie Li...

Constant De (frère de Léon) et son épouse Marie Li le jour de leur mariage

Comme la vie n'est pas un long fleuve tranquille et comme le montrent les dates de décès des deux frères, les deux soeurs deviendront veuves à la fin de la guerre. Ca fâche vraiment quelqu'un si je répète avec Prévert que c'est une connerie, la guerre ? Eh bien tant pis, je le pense vraiment.

Acte de décès de Léon De

 

J'ai encore deux photos de mon arrière-grand-mère.

Une avec sa soeur Marie-Thérèse. Le bébé qui est dans ses bras est ma mère. La date est donc 1933. D'après une note au dos de la photo la tante Thérèse serait la maman d'un Olivier Delfosse dont Généanet ne dit rien mais que j'ai connu. J'ai des photos de son fils André, instituteur, qui est venu en vacances avec nous une année en Auvergne et qui m'a aidé sur un problème de maths lorsque j'étais en 6e.

Je crois me souvenir aussi que la tante Thérèse habitait une maison du genre coron en face de celle de Marguerite de l'autre côté de l'avenue Jean-Baptiste Delobel à Garguetelles, un hameau de Libercourt qu'on appelait aussi "Guerté".

Grand mère Marguerite avec sa soeur, Tante Thérèse De et Jeanne De

Ici je peux aussi dater approximativement la photo. Marguerite tient sur ses genoux ses deux petits-fils, Georges, fils de Léon et Léon fils de Constant. Si vous leur donnez deux ou trois ans, la photo est de 1948 ou 1949. La jeune fille à droite est ma maman, Jeanne, fille aînée de Léon et la jeune fille à gauche ma grand-tante Lucie, soeur de ma grand-mère. Oui, bizarre, hein : la tante et la nièce ont le même âge ! Mais là on passe du côté des No... et Généanet est bien muet sur les "immigrées d'Erchin" !

Grand'mère Marguerite avec Jeanne De, Lucie No et les cousins Georges et Léon De

Allez hop, fini pour aujourd'hui !

Posté par Joe Krapov à 15:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2022

Mes grands-parents à Karpacz en 1950 !

Il y avait aujourd'hui 15 mai 2022 dans "le dimanche Ouest-France" un article très intéressant intitulé "Les petits souvenirs de famille écrivent l'histoire". C'est une historienne de Rennes 2, Caroline Muller, née sous le signe du cancer (tiens donc !), qui raconte comment les documents familiaux de tout un chacun peuvent intéresser la recherche universitaire.

L'article est disponible ici pour je ne sais combien de temps, avec une interview en podcast de la dame.

Cela tombe d'autant plus à pic pour moi que je me suis débattu cette semaine avec mes deux caisses de photographies héritées de ma famille. Me voilà donc à pester contre l'absence d'étiquetage, de localisation, d'identification, de datation de ces petits objets de papier dont certains sont très abimés. Mais aussi à avancer un peu grâce à des éléments extérieurs. Ainsi de ces deux photos prises à Karpacz en Pologne (Silésie, Monts des géants) en 1950, le 12 août précisément. C'est écrit en filigrane sur la photo. On y voit mon grand-père et ma grand mère maternels et leurs deux enfants, donc ma mère et mon oncle. Je ne sais rien du couple qui est présent sur la première photo. Ils ont des têtes de Polonais, je trouve. Ce que dit Caroline M. est vrai : c'est ma grand-mère qui a inscrit la date du 12 août 1950 sur la première. Mon grand-père a écrit "1951" au dos de la deuxième !

Léon, Alcidie, Jojo et Jeanne à Karpacz (Pologne) en 1950

Sur la deuxième je reconnais, à droite, Joseph Legrand qui fut maire de Carvin et député de la 14e circonscription du Pas-de-Calais.

Léon, Alcidie, Jojo et Jeanne à Karpacz (Pologne) en 1950 avec Joseph Legrand

Là-dessus, illumination ! La photo de ma grand-mère habillée en costume polonais qui a trôné sur la cheminée tout le temps où nous avons habité au 73... elle date du même séjour !

Bingo ! Elle porte le même filigrane !

Mémé en costume polonais à Karpacz en 1950

Heureusement que je l'avais scannée parce que... je ne la retrouve plus ! Ca doit être congénital : maintenant c'est moi qui mets le souk dans ce boxon ! Au secours, Caroline ! ;-)

En complément d'enquête j'ai trouvé sur le web cette photo-ci qui représente la cascade devant laquelle tout ce monde a posé. C'est un déversoir-barrage de la rivière Lomnica.

De plus le fait de recenser les lieux dans lesquels ils sont passés m'a donné une idée d'atelier d'écriture pour mardi prochain !

Karpacz réservoir de Lomnica pour photo de 1950

Posté par Joe Krapov à 19:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 mai 2022

APHORISMES ET PÉRILS !

 

DDS 715 punk

C'est vrai : plus on avance en âge moins on utilise le verbe "pogoter".

- La Femme est l'avenir de l'Homme ! C'est elle qui l'illumine parce qu'elle lui apporte la lumière (lux en latin)
- Et donc, Joe Krapov ?
- Vive la lux-ure !
- Sors d'ici immédiatement !

Il faut définitivement préférer "Lettre et le néon" de Vegas-sur-Sarthe à tous les écrits sartriens. D'ailleurs Camus lui-même les fuyait comme la peste car ils lui restaient étrangers.

Quand on lui a posé la question "De quelle couleur sont les souvenirs ?" Alois Alzheimer a répondu : "Je l'ai su mais je ne m'en souviens plus."

Le Cupidon de la Saint-Valentin a tiré une volée de flèches : quatorze fées vrillées ! Ok, je sors !

C'est rageant de ne pas trouver ce qu'on cherche sur Internet quand on voit tout ce qu'on trouve et qu'on ne cherchait pas !

La musique et la poésie sont le contrepoint de la folie des hommes. Mais cette derrière court toujours, telle une dératée sourde ou un canard sans cou !

Sur le confinement : « Les vieux sortent parce qu'ils en ont marre de respecter la chanson de geste d'Alain Barrière, les faits et gestes du garde-barrière et même les jardins du casino Barrière !
Les vieux sortent parce qu'ils ne se mouchent pas du coude à usage unique ! ».
Je n'ai encore une fois pas tout compris ?

- De quoi nous plaignons-nous ? Nous ne sommes pas confinés sous la cendre, nous !
- Oui mais nous dansons sur un volcan, Joe Krapov.
- Exact ! Comme une patate en ce qui me concerne !
- Sous la cendre ?

Merci de ton invitation mais n'oublie pas que je suis vegan !
- Et moi végétalienne !
- Moi je suis abstème !
- Et moi allergique au gluten !
- Moi simplement flexitarienne.
- Vous êtes chiant·e·s, surtout, oui !

Il faut tout ce questionneMENT
Pour démêler bon grain d’iVRAIe !

Il y a encore des gens qui essaient de construire le meilleur des mondes sans voir que 1984 est déjà derrière nous ! Ou que les deux sont déjà là !

De Michel Onfray j'ai lu récemment "Les Avalanches de Sils-Maria" : toute la pensée de Nietzsche résumée en cinq phrases, ça fait faire de sacrées économies de lecture. Dommage que j'ai déjà oublié les cinq phrases depuis !

Sic transit Gloria Lasso ! Copyright opera mundi !

Il y a des gens qui cherchent fortune autour du Chat noir et qui ne rencontrent... que Ninib peau d'chien ! ;-)

On devrait les jeter du haut d'un avion avec leur parachute doré : je suis sûr qu'il ne marche même pas, ce truc, et qu'ils s'écraseraient au sol !

Finalement un blog entretenu quotidiennement avec de l'écriture et des images montrant des moments de vie humaine, c'est un concept qui mêle bouteille à la mer et pochette-surprise. Et pourtant nous ne sommes ni naufragés sur une île déserte, ni à la fête foraine tous les jours !

Vivent les décroissants au beurre !

On commence par se disputer pour une dinde puis après on échange des marrons. C’est classique, non ? Surtout à Noël ?

Faire flèche de tout bois contre Amazon, quelque part, c'est normal, non ?

C'est ça le drame : on n'est plus que des internautes, des auditeurs au bout du fil, une part de pourcentage dans un camembert qui sera oublié dès après lecture du sondage. Des asticots, quoi !

L'insouciance des passagers du Titanic n'a d'égale que la solidité des icebergs. Heureusement que le réchauffement climatique de la planète va les faire fondre et que nous pourrons vivre bientôt dans un monde sans danger !

"Polenta et tartiflette", on dirait un titre d'Exbrayat ! Alors que "What a Wonderbra world !" ça évoque plus San Antonio que Louis Armstrong !

Ah oui, c'est vrai, Le Catalogue des Trois cuisses où ces dames se déshelvêtent et celui de la Redoute nous ont bien ad-r-oubés !

"Tous les Défis du samedi sont difficiles" commente l'éléphant qui habite un magasin de porcelaines et à qui on vient d'offrir un yoyo !

Quelle coïncidence ! Il y a quatre ailes dans le mot libellule ! ;-)

La cuisine c'est comme le bonheur ! S'il y avait une recette infaillible tout le monde serait heureux sur terre. Il faut ajouter des larmichettes, des suppléments d'âme, une touche personnelle, laisser mijoter, retirer du feu, saisir au bon moment, créer l'ambiance adéquate... C'est un boulot de navigation où l'on est seul sur le pont ! Et ça explique pourquoi parfois, le cuisinier, quand il est à l'abri des regards, s'ouvre et se réchauffe une boîte de cassoulet industriel pour souffler ! ;-)

Tant que l'oeil n'est pas dans la tombe à regarder Caïn, on peut dire que tout va bien !

« La Lorelei, malgré son bon coup de Rhin
N’a pas le pied marin »

« C’est après avoir choisi le métier d’en-seignant qu’on s’aperçoit de l’utilité du sparadrap d’Archibald (Haddock of curse) »

Le tatouage est une façon silencieuse de faire du tintouin au Congo ! ;-)

On ne s'attendait pas à se retrouver dans le port d'Amsterdam mais pourquoi pas ? Tant qu'on ne nous tranche pas le cou avec la francisque à Brel, je n'ai rien contre la poésie voyageuse !
OK, je sors, il est vraiment mauvais, cestuy calembour-là, reine !

- Un maître du barreau, c'est celui qui t'évite de te retrouver derrière !
- Derrière quoi ?
- Derrière les barreaux. Ou Gros Jean comme devant si tu préfères !"

La tradition du comique troupier est restée vive en France : ils viennent défiler sur les écrans tous les cinq ans. On appelle ça les élections présidentielles. Mais ils sont de moins en moins drôles ! ;-)

On mène sa barque comme on le peut, les vagues sont fortes, les récifs dangereux...
Quelle lutte est-ce ! C'est, au fond, un pari : fluctuat nec mergitur !

La société demande qu'on sache bien écrire et bien parler "comme tout le monde" alors que l'essentiel dans la vie c'est le silence qui suit l'interprétation d'une oeuvre de Mozart ou accompagne un coucher de soleil !

Quand les gens vous font visiter leur maison ou leur appartement, ils ne vous font jamais entrer dans la chambre. Soit parce que c'est un lieu où ils font des choses pas très catholiques dans un silence parfois religieux ou pas, soit parce que le lit n'est pas fait et que la pile à lire menace de s'écrouler.

Morale entendue sur le GR 34 (le sentier des douaniers bretons) : God save the kouign amann !

DDS 715 OK je sors

C’est fou ! Quand je transforme mes fulgurances en liste d’aphorismes, elles ne me font plus rire ! Alors que sous forme de commentaires de billets de blogs elles me font me bidonner comme jamais !

Posté par Joe Krapov à 04:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 mai 2022

Le Musical social club au kiosque du Thabor à Rennes le 8 mai 2022 (1)

C'est déjà le retour des dimanches du Thabor. J'y suis allé et j'ai repris ma série de "portraits de musiciens  d'ici et d'ailleurs"

2022-05-08 - Nikon 45

2022-05-08 - Nikon 47

2022-05-08 - Nikon 48

2022-05-08 - Nikon 53

2022-05-08 - Nikon 56
"Les Brass Bands
 voient le jour à la Nouvelle Orléans à la fin du 19ème siècle où ils se composent de cuivres et de percussions. Le Musical Social Club tient à partager cette pratique artistique sous une forme plus exaltante et plus vibrante : De la tradition des hymnes aux Negro-Spirituals, pour conclure sur un épilogue de Soul &Funk : une manière de sauter dans le présent en se servant du passé, et pourquoi pas, construire un autre avenir."

Posté par Joe Krapov à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Musical social club au kiosque du Thabor à Rennes le 8 mai 2022 (2)

2022-05-08 - Nikon 61

2022-05-08 - Nikon 64

2022-05-08 - Nikon 65

2022-05-08 - Nikon 73

2022-05-08 - Nikon 74

Des musiciens talentueux mais discrets : je n'ai pas trouvé de vidéos à partager
sur le Net pour vous les faire entendre !

Posté par Joe Krapov à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2022

Vues du Thabor à Rennes le 8 mai 2022

2022-05-08 - Nikon 6

2022-05-08 - Nikon 7

2022-05-08 - Nikon 10

2022-05-08 - Nikon 32

2022-05-08 - Nikon 44

Soit on est écroulé·e (de rire ou d'indolence), soit on téléphone !

Elle n'est pas belle, la vie (à Rennes) ?

Posté par Joe Krapov à 09:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mai 2022

PRENEZ LA TEMPÉRATURE DE PARIS !

C’est ce que vous propose la Société Française d’Itinéraires Oniriques (SFIO) qui, à l’instar de ce que faisait jadis en Bretagne Mlle Isaure Chassériau avec son Agence de Flânerie Amoureuse de Rennes, organise des visites guidées très originales des différents quartiers de Paris.

La dernière proposition en date a ceci de particulier que le groupe de touristes, thermomètre en main, mesure les variations de température que l’on peut constater en fonction des lieux auscultés et du réchauffement climatique de la planète. Les comptes-rendus établis par les premiers groupes ne laissent pas de surprendre.

Cinquante quatre ans après les événements de mai 1968, la rue Gay-Lussac est toujours fiévreuse. Même en été la température est constamment très peu élevée à la station de métro Glacière. Par contre elle remonte dans le quartier de Pigalle où les rues sont plus chaudes qu’ailleurs.

Si vous êtes intéressé·e par ces visites écologico-médicales, contactez Mme Hidalgo qui les organise au siège de la SFIO, 10 rue de Solférino, une artère très souvent bouchée dans laquelle la température récente était de 1,7° et où l’encéphalogramme de la capitale est plutôt plat.

2122-28 Jean-Paul - Paris température Mars

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 10 mai 2022

d'après la consigne 2122-28 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 14:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,