09 mars 2021

L'ECHELLE DE JACOB. 4, Nicolas S., pas encore 75 ans, vacciné !

Tout le monde à la trouille !
Tout le monde tripatouille !

Alors quoi, Nicolas ?
Il ne te plaît donc pas,
Le royaume de Dieu
Où les anges sont heureux ?

Tu n’as pas ta place à sa droite ?
Tu es contre la mise en boîte ?

Tu ne veux pas monter à l’échelle ?
As-tu pensé à Pimprenelle ?

Aura-t-elle droit à son vaccin
Contre le virus assassin ?

Aura-t-elle droit à sa piqûre
Pour rester disciples d’Epicure ?

Et moi,
Est-ce par contagion
Que je me pique de religion
Et rejoue les airs du Trouvère
En cherchant Dieu sous les primevères ?

Pour ne pas être malhonnête,
Dois-je poser des talonnettes
A mes chaussures de rando
Ou prendre Bismuth pour pseudo ?

210227 285 006

Posté par Joe Krapov à 11:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


L'ECHELLE DE JACOB. 5, Respirer l’air glacé en cherchant le chat sous les primevères

210227 285 001Sur l’échelle de Jacob, dans l’aquarium divin, pas d’anges ce matin. Juste un petit batracien, une mignonne petite grenouille qui a l’air d’annoncer qu’elle douille.

C’est qu’il a gelé cette nuit et sur le tableau de Bonnard c’est un petit soleil d’hiver qui dore la balustrade de pierre.

Notre sœur de miséricorde – nommons-la Isaure pour un temps - a ouvert la porte à son chat. Elle est rentrée pour préparer bon accueil à son locataire.

Ici, à mi-chemin de tout itinéraire, se dresse la maison du bon Dieu, l’auberge de l’Ange gardien.

L’hôtesse est comme l’infirmière qui te soigne, qui t’administre le réconfort et la présence, qui te rallume la lumière lorsque tu fais des cauchemars.

Souviens-toi toujours de ce lieu, de cette image d’un bon havre. Pense au film de Kaurismaki.

Souviens-toi de ce jour béni où, sans même le savoir, sans même le reconnaître, tu as rencontré Dieu.

Il était inutile de monter à l’échelle, il était inutile que tu remarques celles qui ornaient les bas de la belle

Dieu est venu sur tes genoux ronronner, t’apporter chaleur, douceur de foyer, nuit paisible. Ce matin, par ce froid glacial, il vient de sortir prendre l’air. C’est le chat sous les primevères.

Toi tu peux continuer ta route
Même si le monde et en déroute.

210227 Nikon 001

 N.B. L'Echelle de Jacob est une série de cinq textes produits en parallèle d'un atelier d'écriture en ligne auquel j'ai assisté, disons, en sous-marin... ;-)

Posté par Joe Krapov à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2021

L'ECHELLE DE JACOB. 2, Le Tableau de Pierre Bonnard

210309 Bonnard - Femme à la louche

Qu’a dit le miroir à la dame ?

Que lui a-t-il donc dit pour que,
L’air un peu sombre,
Elle retourne dans l’ombre ?

Que la journée s’annonce belle ?
Que le soleil envahira toute la maison ?

Ou que les fleurs vont se fanant ?

Que nous n’aurons plus d’horizon
Après dix-huit heures ce soir ?

Posté par Joe Krapov à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'ECHELLE DE JACOB. 3, Jacob Cohen

Les sœurs de la miséricorde
Habitent la maison où la nuit est tombée.

Tu étais à mi-chemin de ton voyage.
Elles t’ont vu venir,
Elles ont ouvert leurs portes.

Au milieu du séjour, une échelle de corde
A semblé t’inviter à monter jusqu’au ciel

Mais, Johnny, tu n’es pas un ange
Et Suzanne t’attend là-bas.

Une musique de flûte :
Un ours est descendu
Dire deux ou trois poèmes
Et la nuit te fut bonne

Le lendemain matin
Après le petit déj’
Elles t’ont mis dehors.

Tu as repris ta route
Comme un Canadien errant.



Posté par Joe Krapov à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'ECHELLE DE JACOB. 4, Ce qui ne manque pas de sel

- La mer

- Revoir la mer

- Photographier les rochers roses de l’île Renote où l’on est revenu pour au moins moi la centième fois.

- Voire Isaure Chassériau au réveil, casaque rose, toque de lumière, peinte par Bonnard et trouver ça bonnard !

- Réentendre une cassette de de groupe disparu, « Les Araignées malades ».

- Se souvenir que la musique de « Bonne nuit les petits » a pour titre « Que je ne suis-je la fougère ? ».


- Ce chat indifférent qui nous snobe chez notre hôtesse, se pourrait-il que dieu s’y loge ? Cela expliquerait, car dieu est mélophobe, que le bestiau n’aime pas trop entendre mon harmonica !

- Se demander, puisque Nicolas S. qui n’a pas encore 75 ans vient de se faire vacciner contre le Coronavirus, si sa sœur Pimprenelle a obtenu elle aussi une dérogation et comment.

Le Chat dans la vitrine (réduit)

- La pâte de curry et le lait de coco qui assaisonnent les crevettes aux tomates cerises qu’on accompagne de nouilles chinoises.

- Jouer, au jeu d’échecs, la défense hollandaise sans penser un instant aux tulipes, aux moulins ou à Vermeer de Delft ; juste à poster un cavalier indélogeable sur E4.

- Recevoir l’image d’une échelle plantée verticalement au milieu du désert et la visualiser comme s’il s’agissait d’un tableau de René Magritte ou de Giorgio de Chirico.

- Revoir cette vitrine où sont rangés les verres et se rappeler qu’on l’a autrefois dessinée.

- Hériter d’une mission bibliophilique qui consiste à chercher pour les offrir à son gendre des livres de Brian Jacques.

- Echanger par mail avec un libraire parisien très aimable à propos d’une commande non livrée. Apprendre qu’il a déplacé la pochette contenant ce périodique ancien dans un endroit où son collègue ne risquait pas de le trouver.

 

Posté par Joe Krapov à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 décembre 2020

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 40, Style expéditif (Bon mais alors et)

Saint-Georges et le dragon

171230 265 007B

Bon, c’est un dragon qui vient d’envahir un pays prospère où il peut boulotter les brebis des paysans du coin.

Mais comme on est encore à peu près au Moyen-Age les serfs demandent à leur seigneur qui leur doit protection d’intervenir mais malheureusement pour eux celui-ci ne peut rien faire vu qu’il est entouré de chevaliers pleutres et incapables.

Alors la fille du roi lance une pétition sur les réseaux sociaux de l’époque, crée le hashtag #balancetonmachonul sur Twitter et surtout paye en ligne via Paypal sur le site Bobdenard.com la location d’un mercenaire ad hoc pour soûler au whisky le monstre du Loch Ness qui a débarqué chez eux.

Et c’est ainsi que Saint-Georges Rémi invente le chevalier de Hadoque dont cette aventure inédite me permet ce jour de pondre l’épisode 40, en style expéditif, de « 99 dragons : exercices de style ».


Ecrit à l'Atelier d'écriture de Villejean le 9 janvier 2018 et republié pour apparition dans la liste des recherches sur "99 dragons".

 

Posté par Joe Krapov à 18:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

99 DRAGON : EXERCICES DE STYLE. 59, Anagrammes

200816 Nikon 097

 Gardons-nous des dragons ! Il suffit que débarque ce braque de bestiau pour que survienne en l’Etat-flic haï la chienlit fatale !

Qu’il radine, Poulbot à l’air niais et qu’il boulotte peinard des troupeaux de brebis, n’en laissant que des bribes, ça fâche le bouseux du coin et ça rend, tout ça, Léon Baduchef soucieux (Léon est le responsable de la FNSEA locale). Il s’en va demander de l’aide au château.

Mais le roi est nu, l’ ONU stérile (on ne l’a pas encore inventée) et la lune sortie des nuages n’éclaire pas Atlas : un seigneur désolé se lamente à sa place. Tous ont fui, le chanteur de rue est loin et le protecteur de la veuve et de l’orphelin encore plus. Ô seigneur seringué ! Ton armée n'en fout pas une ramée ! Tu es le tsar d'une armée de rats ! Plus ils quittent le navire et plus ton avenir, lui, court vers la ravine !

Ta valetaille s'est bien gardée de lui tenir la dragée haute à ce dragon frais comme un gardon !

Ton équipe pas piquée des hannetons fait de la peine à voir. C'est plus qu'une épine dans le pied, c'est le catalogue de La Redoute des rois de la déroute réfugiés au café d'en face !

Ta police picole ! Mon pigeon, il faut faire preuve de poigne ! Car bientôt le dragon réclame une princesse accorte ! Pour calmer ce gros enraciné, danse celte, valse viennoise et tango corse ne suffisent plus.

200816 Nikon 098

Justement la princesse est finaude.

- Tu finis la désespérance !, ordonne-t-elle à son paternel et à son dernier ministre. Il n'est rien de pire que d'avoir péri sans combattre ! Barattons, mecs ! Ca ne sert à rien de se faire tout un monde de ce démon. Plutôt qu'une armée faible, mieux vaut utiliser un mec fiable. J'en connais un. Il est fort comme Jean-Paul Belmondo et il a une jambe d'Apollon sans être pour autant unijambiste comme Rimbaud.

- Ah ma fille ! Tu es le fleuron de ma famille ! Mais s'il réussit... il faudra bien offrir une récompense à ce romain ? Un manoir ? Notre trône ? Des voyages au pays où poussent des goyaves ?

- Aucune sale tuile de ce genre ! poursuit la tailleuse de bavette. Le gars préfère l'utile au futile. Il veut seulement répandre sa religion, en fait.

- Et nous du coup nous pérégrinerions en Lada ? Une religion, est-ce une secte qui réussira ? Un évangéliste ! C'est que voilà d'inélégantes U.V. ! Le paganisme a du bon pourtant et cela promet un bal à empoignades théologiques fort passionnant ! Mais bon nous ne sommes plus à cela près. Soit, j'accepte. Fais appel à ce gus pour qu'il nous alpaguasse ce Pif.

- C'est un dragon, Papa, pas un chien qui nous cherche niche ! Et le subjonctif passé c'est « alpaguât », comme tes costumes !

- Comment s’appelle-t-il, ton bonhomme?

- Le chevalier Saint-Georges ! De loin on dirait juste un mec qui a bouffé du lion mais attention à la tentation de ne pas voir en lui un sanguinaire ! Voilà qui va chavirer les généalogistes et les oligarches végétariens qui songeraient à l’enrôler : dans la famille du chevalier Saint-Georges, pas de ségrégations ! On bouffe du dragon cuit à tous ses repas depuis plusieurs générations.

***

Consulte le tarot de marseille. Une lame te dira le sort qui t’est réservé. La dispute est toujours stupide mais bon. Ainsi fut engagé le mercenaire.

Alors maintenant le récit du combat du preux, qu’en penser ? Du capron ? Du cirque blême et piteux, plutôt ! Vous en voulez encore, des extraits du dialogue incendiaire entre le légionnaire caïd de Dieu et le cracheur de feu à écailles ? En voici :

200816 Avida dollars- Carne rance, enfonce-toi ça dans le crâne ! La cause qui consiste à combattre tout ennemi de ma foi je la fais mienne !

- Barre-toi de mon arbre !

- Balise, peu à l'aise Blaise ! Derrière le croisé tout hérétique devient scorie !

- Râle donc au fisc, Claude François !

- L’idée de Dieu m’illumine grave ! La lumière divine me guide, led précurseur dans tes ténèbres !

- Ton amulette est ravinée, l’jedi ! Je vais éteindre ton allumette !

***

Bison raviSaint-Georges, une fois de plus nain triomphateur, sans peur ni angoisses, défit le gnou.

Dans le sang du dragon la tige d’une rose y a trouvé son gîte.

Et moi je suis reparti vers d’autres écritures. Car il n’y a jamais de repos pour ma prose ! Ecrivain forcené, je crèverai confiné une fois atteint 99 ! En 2099 ! 

Posté par Joe Krapov à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 septembre 2020

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 60, San Antoniesque 01

N.B. Cette version est composée de dix chapitres plus ou moins longs,
l'ensemble représentant une longueur de six pages et demie au format A4.

01 Ne mangez pas la consigne

1. Ne mangez pas la consigne !

Quand des gens passablement évolués te donnent pour vérité des abracadabrances, c’est que ces abracadabrances se sont bel et bien produites. Et je ne fermente pas de la calbombe, les potes !

Ce à quoi j’allusionne est une vieille histoire mais vieilles marmites, vieux pétomanes, vieux chanteurs, tout vaut toujours mieux que les nouveaux cons, quoi qu’il advalsedevienne ! Même si, comme disait Kermit la grenouille, « Autre étang, autre nurse ».

Bref nous voilà réunis pour un nouvel épisode de « Georges Dalida contre Lubrizolle la bestiole». Un de ces jours, ce polar, je le téléviserai, c’est sûr. Force m’est, en attendant, de balzacer pour vous permettre de comprendre que si on remet le couvert c’est parce qu’il ne faut jamais perdre une occasion de nous fendre le pébroque quand l’occasion se présente. Alors je vous raconte tout ce blaud pour bien vous camper le paysage où je te vais dérouler une action pas dégueu, tu te doutes bien !

Posté par Joe Krapov à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 60, San Antoniesque 02

2. Les cochons sont lâchés

02 Les-cochons-sont-laches

Lubrizolle le Dragon vient de franchir le seuil de la caverne alibabesque et s’en vient attiliser ce petit paradis sur terre qu’est la Libye. En boulottant sa première brebis du jour, il lui explique :

- Je sais ! Je sais ! Je franchis des Himalaya de réprobation, j’annapurnise dans le désenchantement à chaque fois que je pointe mon museau quelque part mais il faut bien que j’assure ma becquetance, mon ami Shaun ! C’est vraiment con, c’est sur toi que ça tombe mais vois-tu j’aime pas toucher la viandasse de mes temporains. Surtout la bidoche de bonhomme, surtout lorsqu’elle a cette apparence dégodante de tes propriétaires loqueteux. Seulement sous toutes les latitudes, la bouffe c’est sacré, non ? L’heure du combustible, qu’on soit en Gaule, en Libye, en Chine ou chez Plumeau, elle régit le temps. C’est pas que j’aie le culte de la tortore mais j’ai horreur de rester longtemps sans morganer car après on a le prosper qui s’exclame or le borborygme, ça fait négligé ! C’est qu’il réclame, Prosper ! Faut le calorifuger au moins deux fois par jour sinon la boyasse fait des nœuds ! ».

Que voulez-vous que lui répondent les moutons à ce pas tibulaire mais presque et à son argumentaire à la con ? Lubrizolle crache de la fumée, il empuantit l’atmosphère et, qui plus est, il a vraiment une sale gueule. Un qui souhaiterait malgré tout l’embrasser aurait du mal à trouver un emplacement disponible tellement que ça bubonne sur sa frime.

Posté par Joe Krapov à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 60, San Antoniesque 03

3. La fin des haricots

03 La-fin-des-haricots

Mais voilà que ça se met à brouhahater ferme : normal c’est une troupe de pagants qui ramène sa fraise pour émettre de la protestance. Ca hulule dans la broussecaille, on dirait !

- Eh dis donc l’incendiaire ! Les temps sont difficiles pour les petzouilles ; chacun écrème son lait comme il peut, non ? Nous si on élève des moutons, c’est pas pour que tu nous les boulottes, vois-tu ! Alors tu vas arrêter tes façons d’agir à la mords-mon-paf ! On calamite dans la patouille, nous, on morfle avec ta goinfrerie ! Sans compter que ta gueule ressemble à ton foie ! Tu fouettes du couloir pire qu’un scatophage T’es maousse comme polluance, gars ! Faudrait quoi pour t’calmer, saleté ? Qu’on t’enfourne un tomb’reau d’betteraves sucrières dans l’fion ? On te prévient : Bien que n’ayant pas une adoration pour les poulets on va les appeler bel et bien si tu ne décanilles pas vite fait bien fait, compris !

- Soit dix ans passants, vous commencez à me bassiner avec vos jérémiades ! Mais je comprends votre nervouze alors causez, mes drôles et quérez donc votre maréchaussée, convoquez vos chaussettes à clous, prévenez votre pote en tas, je ne vous écoute plus, tant il Eve raie que ventre affamé n’a pas de portugaises !

Posté par Joe Krapov à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,