18 janvier 2023

Marais et Miranda

Dillon 01

Je vois ce livre tous les jours. Il est posé, avec d'autres recueils de chansons, à côté de la chaîne hi-fi dont nous utilisons surtout le tuner, le matin, le midi et le soir.

Je me souviens que je l'ai acheté au festival de contes de Botmeur, dans le Finistère, une année où il pleuvait. J'aime beaucoup le style désuet des illustrations et pourtant ça ne date que de 1964.

Les chansons recueillies viennent d'un peu partout, d'Ecosse, de Suisse, des Pays-Bas, d'Afrique du Sud mais elles ont été traduites en anglais. Ça donne très envie de les traduire-trahir-adapter en français, d'aller sur Internet essayer de rassembler des versions audibles, de constituer une anthologie de Marais et Miranda, de copier, pour celles qu'on ne trouverait pas, les partitions dans Noteworthy... Il y a même celle d'un air breton instrumental dont j'aimerais savoir à quoi il ressemble.

Mais où trouver le temps de faire ça alors que partout déjà "Je suis en retard ! Je suis en retard !" ?

Si vous êtes intéressé·e par cette expérience de collectage forcément "vintage" il y a pour commencer une chaîne Youtube consacrée à ce duo devenu "kitsch" voire "hurluberlu" ici :

https://www.youtube.com/channel/UCujAuCBORppYJJeh-82eOYQ

Il y a forcément des petits bijoux là-dedans, en supplément de "la tante Koba" du billet d'hier :

 

Marais et Miranda - La Pastourelle

 

Marais et Miranda - La Petite Marguerite

(à suivre ?)

Posté par Joe Krapov à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09 janvier 2023

La B.O. de Mum : Cups (When i'm gone)

Je ne suis pas ici pour raconter ma vie mais... nous sommes venus hier soir à bout de la série anglaise "Mum" de Stefan Golaszewki. Trois saisons de six épisodes avec toujours le même leitmotiv d'un Roméo et d'une Juliette sexygénaires qui tardent à se déclarer leur amour et surtout à le déclarer à leur entourage, une famille de type "Vive la famille sans point d'exclamation" exaspérante au possible. La discrétion et la délicatesse face à la bêtise et la prétention. Avec, pour les spectateurs, autant d'éclats de rire que de consternation !

Voilà, ce sera tout pour l'aspect intime de ce billet. Réendossons aussitôt notre costume de professeur Burp de la musicologie contemplative et signalons que la chanson du générique de début et de fin, entendue trente-six fois cette dernière année, nous est, du coup, restée dans la tête. Comme elle n'est pas mentionnée au générique, le Sherlock Holmes rennais a mené l'enquête hier soir.

La chanson s'appelle "Cups (When i'm gone)". Sur le générique de début, on entend la version de Lulu and the Lampshades. 

Sur le générique de fin c'est celle d'Anna Kendricks publiée par Jean Simone, déjà utilisée dans le film "Pitch perfect" (The Hit girls" ou "La Note parfaite", trois titres pour un seul et même nanard américain ?).

 

 Jugez vous-mêmes d'après ce clip si c'est bien la même chanteuse :

Et maintenant rigolons ! Cette rythmique marquée avec des gobelets semble bien connue des cours de lycées d'Amérique, de France et de partout. En témoignent nombre de vidéos publiées sur Youtube dont celle-ci est assez touchante, car très bien chantée, jouée et filmée : 

Et savourons le gag final : il s'agit à l'origine d'une chanson de A.P. Carter qui date de 1931 !
La Carter family ! Mais je ne connais qu'elle qui figure sur le triple vinyle "Will the circle be unbroken" de Nitty Gritty Dirt band, bien au chaud dans ma discothèque  !

Vivent les vieilles marmites, même revisitées ! 

Posté par Joe Krapov à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 janvier 2023

Le Pince-fesses / Georges Brassens

Ceci est un billet d'entr'aide musicale ! J'avais déjà publié cette interprétation d'une chanson inédite du grand Georges Brassens. Elle a été mise en musique et interprétée par Alain Armel. Un internaute prénommé Christophe a visité cette page et a déploré l'absence sur la toile, sinon d'une partition ou d'une tablature, du moins des paroles avec leurs accords. Les voici ci-dessous, mises en forme par votre serviteur. 

Georges Brassens - Le Pince-fesses (musique d'Alain Armel) 

 

Posté par Joe Krapov à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'Aube de juin / Alain Armel

Voici une autre chanson d'Alain Armel réclamée sous forme d'accords par Christophe. Même si elle est bien interprétée, elle me parle moins, sans doute parce qu'elle est de Paul Claudel et que je ne puis penser à ce poète sans songer à "Misogynie à part" de Georges Brassens où il est cité avec une certaine moquerie - tout à fait gentille au demeurant -. La chanson débute à 2'08. 

Alain Armel - L'Aube de juin / Paul Claudel

 

Posté par Joe Krapov à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 janvier 2023

Bloavez mad / Gérard Jaffrès

A peine de retour d'un séjour  à Lannion pour découvrir d'autres trésors dans le Trégor, voici Joe Krapov déjà au travail. Les paroles et les accords de cette chanson de Gérard Jaffrès ne figurent sur la toile que sous forme d'un manuscrit sur le Fb du monsieur. Je me suis permis de les retaper et de transposer dans ma tonalité de mi mineur. Si quelqu'un les veut en la mineur avec capo 3 comme sur l'original je peux la faire aussi !

Merci à Gérard Jaffrès pour cette chanson péchue qui aide bien à commencer l'année !

Bloavez_mad_/_Gérard_Jaffrès_(en_mi mineur)

 

Posté par Joe Krapov à 20:12 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


27 décembre 2022

Bons moments de 2022 (1)

Les répétitions et l'interprétation des chansons de Brassens avec la "chorale géante" de la Ballade avec Brassens. On retrouve ça ici dans cette vidéo de Charlie Meunier trouvée sur le web hier : 

Posté par Joe Krapov à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 décembre 2022

La Pendule de mon voisin / Yvette Théraulaz

J'ai retrouvé un nom noté sur un post-it. C'était celui d'Yvette Théraulaz. Je pense m'être abstenu jadis, par pudeur extrème, de parler de cette dame et je crois que j'ai eu tort.

Je ne sais plus par quel hasard j'étais tombé sur cette page-ci : http://www.genealogie-bazadais.fr/La%20pendule%20de%20mon%20voisin.htm

Il s'agit d'un recueil de vieilles chansons. J'ai bien évidemment cherché s'il n'existait pas, sur la toile, une version chantée de ce joli texte et c'est là que j'ai trouvé L'Yvette : 

Si vous désirez découvrir le reste de son répertoire qui vaut vraiment le coup prévoyez une ou deux bonnes heures de navigation : la dame a tout mis sur sa chaîne Youtube, des pièces de théâtre, des récitals, des concerts, des émissions de télé... Bon amusement ! Et merci à Dame Yvette pour cette chanson réjouissante. Il faut que je pense à chercher ses accords pour la mettre dans ma guitare ou mon ukulélé.

Posté par Joe Krapov à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 novembre 2022

Les Chansons du dimanche 20 novembre 2022

221120 Julie Dufils - Contes coquins

Bien sûr qu'on ne peut pas tout enregistrer, photographier, archiver. Et c'est bien aussi de pouvoir dire "J'ai vu passer un superbe papillon" sans l'avoir épinglé ou de dire "J'ai entendu des gens qui chantaient très bien une chanson que je ne connaissais pas. Je les remercie de m'avoir ravi un instant et je me souviendrai d'eux lorsque j'aurai mis cette - ces - chanson.s dans ma guitare et que je la rechanterai".

Alors merci à Julie Dufils, vue et entendue avec grand plaisir à la Maison du Ronceray hier soir, pour ses contes coquins et son interprétation de "Nerveuse"  d'Odette Laure.

Ce dimanche, avec mon camarade Le Bichon, nous étions invités à un "goûter d'enfants". C'était plutôt un goûter de parents d'enfants mais on s'est bien amusés quand même à bien chanter du Brassens et du Boby Lapointe.

Merci à Stéphane et Anne-Sophie qui m'ont fait découvrir "Léo, Léa, Elie" de Jean Gabin. 

Et Merci à Jean-Louis qui nous a dit sans se tromper le "Qui tuer" de Raymond Devos : 

Posté par Joe Krapov à 20:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2022

Chansons sur Paris

Comment définir mon nouveau statut social ? "Adjuvant sanitaire" me va bien au teint. J'aide mes voisins et mes voisines à bien se porter en leur permettant de pratiquer des sports intellectuels divers et variés.

Le jeudi après-midi je fais l'entraîneur échiquéen pour des messieurs qui ne feront jamais de compétition mais qui ont grand plaisir à rigoler et à souffrir derrière leurs seize petits bouts de bois dans la cafétéria du Diapason sur le campus de Beaulieu.

Le mardi soir je fais animateur d'atelier d'écriture sado-masochiste à la Maison de quartier de Villejean. Ça n'est efficace qu'en présentiel avec les Rennaises. Si je ne viens pas ou si je propose un atelier en ligne, il n'y a plus personne.

De manière ponctuelle j'accompagne depuis peu le jeudi matin une chorale éphémère qui compte se produire lors de l'inauguration d'un graff à Villejean. Il n'y a qu'une chanson mais chacun va y ajouter des couplets de son cru pour présenter son association. Terrain glissant, hein ? Je crains toujours le pire mais je n'ai jamais peur de rien ! Ça n'est même pas mon drame, c'est juste la preuve que la vie est une farce ! La chanson s'appelle "Tout rebarbouiller". Elle est d'Alain Schneider.

Un mardi matin sur deux, au Diapason toujours, j'accompagne à la guitare et à l'harmonica un violoniste, un accordéoniste diatonique et une bonne quinzaine de chanteurs et chanteuses à qui j'ai plus ou moins imposé de porter le nom de "M'A2R1 d'O douce". On rigole bien mais c'est énormément de boulot pour moi.

Alors autant que vous en profitiez de ce que je fais pour ce groupe-là. Le dernier projet en date consiste à chanter des chansons sur Paris.

J'ai concocté deux partitions à deux voix, mis en forme les paroles pour impression de six chansons et envoyé hier les liens vers des vidéos sur Youtube. Dans le lot, deux découvertes :

- "Sous le ciel de Paris" n'est pas comme je le croyais une chanson de Francis Lemarque et ma version de référence, celle d'Yves Montand, se trouve dépassée, en qualité, par celle d'Edith Piaf et celle d'un groupe plus récent appelé Pomplamoose.

- On trouve de bonnes versions instrumentales et des partitions sur le site de Musescore.com mais c'est payant pour les télécharger. On peut par contre les écouter gratis.

Voici le programme du mois de novembre et, à la suite, quelques vidéos ou fichiers représentatifs de ce que je viens de raconter dans ce billet.

Sous les ponts de Paris (Lucienne Delyle) : https://www.youtube.com/watch?v=GCsdLIBIhAk
Sous le ciel de Paris (Edith Piaf): https://www.youtube.com/watch?v=SC06NyI6KKU
Sous le ciel de Paris (Pomplamoose) : https://www.youtube.com/watch?v=Vol9dZ-t93s
Pigalle (Georges Ulmer) : https://www.youtube.com/watch?v=Mdx_Ujta9wg
Les Champs-Elysées (Joe Dassin) : https://www.youtube.com/watch?v=0JPTSEdrGxY
Il est cinq heures… (Jacques Dutronc) : https://www.youtube.com/watch?v=Nz-njDzl4Wc
La Romance de Paris -Charles Trénet : https://www.youtube.com/watch?v=3qqbTxGijUg 



Pomplamoose - Sous le ciel de Paris



Edth Piaf - Sous le ciel de Paris



Jacques Dutronc - Il est cinq heures Paris s'éveille



Alain Schneider - Tout rebarbouiller



Les Champs-Élysées by Bernard Delahaye

Posté par Joe Krapov à 16:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2022

REDON DANSE

Si tout va bien, j'aurai chanté hier soir aux Apéros poétiques de la Bogue à Redon ce poème de circonstance furieusement intellectuel ! ;-)

J'ai plaqué les paroles, pondues vendredi matin, sur la musique de "Dance, dance, dance", un vieux titre de Neil Young.

REDON DANSE

1
Voici revenu le temps de la Foire Teillouse !
On met son mouchoir par-dessus son vieux blues,
On file à Redon faire provisions de toutes sortes ;
On se marche sur les pieds : attention aux femmes fortes !

Dense, dense, comme Redon est dense !
Que de monde !

Ce rassemblement trouble plus d’un sociologue
Mais c’est une évidence : Redon dense à la bogue !

2
L’époque est opaque ! On a besoin d’autre chose
Que d’voir Macron-Poutine ou de lire Jean Échenoz !
Pendant qu’ils se bombardent et qu’ils se biniou-causent
On met ses bottillons et on file au fest-noz

Danse, danse ! Comme Redon danse !
Cendrillon

Va perdre sa pantoufle et rentrer en pirogue
Mais son prince saura que Redon danse à la bogue

3
On voit des sonneurs de haut rang sur les estrades
Et des musiciens qui jouent comme des malades
Dehors dans les grilloirs y’a les marrons qui pètent
Sous tous les chapiteaux de Redon c’est la fête

Danse, danse ! Comme Redon tricote
Des gambettes !

Oubliant les soucis, les mots des désastrologues
Redon danse danse ! Redon danse à la bogue !

4

Attention, il y a une devinette et un piège ici!

La bière et les coups d’cid’ réjouissent les Chimène,
Les Guirec, les Kevin et même les Ségolène
Sur le parquet de bal tout le monde son costard ôte
Et s’ prend l’auriculaire pour danser… le rond de Saint-Vincent

(Ca ne rime pas mais on ne se prend pas pas par le petit doigt pour danser le kost ar hoat !)

Danse Danse ! Dans' la Redon-danse
Comme tout le monde

Si tu n’aimes pas danser ou si t’es d’humeur rogue
Alors reste au comptoir bois des coups à la Bogue !

5
Même au Grenier à sel rendez-vous des poètes
Les mots viennent danser et chanter dans les têtes
On déclame, on susurre, tous les signes trompettent !
A tournoyer dans l’air les rimes se la pètent !

Danse ! Danse ! Y a les mots qui dansent
La Redon-danse !

Poème, conte, slam, airs plus ou moins en vogue,
Quand Redon dense danse, y’a tout le catalogue !

6
Tant pis si je dilue, je délaye ou répète !
La superfluité réjouit les esthètes
Je me dis que de jouer au gugusse un peu bébête
Si s’que ça pléonasme, ça plaira aux minettes !

J’aime j’aime ! J’aime la redondance
A outrance !

Aussi pour mettre un terme à cet aveu de drogue
Je vous le réaffirme en guise d’épilogue

7
Quand Redon dense danse c’est un peu une transe
Un signe d’allégeance ou bien d’appartenance
Un goût d’intempérance, de retour en enfance
Entre la survivance et même la transcendance

Danse ! Danse ! Alors, Redon, danse
Encore longtemps !

Sans jamais te soucier de tous ces déclinologues
Danse, danse, Redon !
Danse, danse à la Bogue ! 

Posté par Joe Krapov à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,