16 août 2018

MONSIEUR YOUTUBE M'ÉCRIT

Monsieur Youtube m'écrit... et me fait mourir de rire !

Ami(e)s belges, accrochez-vous ! L'oncle Sam vient, par le biais de ce courrier, d'interdire René Magritte aux moins de dix-huit ans ! Lisez vous-mêmes et contemplez l'objet du délit !

Bonjour Joe Krapov,

Comme vous le savez peut-être déjà, le Règlement de la communauté décrit les contenus autorisés et interdits sur YouTube. Votre vidéo Nagasaki ne profite jamais / par Joe Krapov a été signalée et soumise à examen. Après examen, nous avons conclu qu'elle n'est pas adaptée à tous les publics. Elle a donc été soumise à une limite d'âge.

Restrictions relatives aux contenus vidéo :
En général, les vidéos présentant un contenu à caractère sexuel, pornographique ou présentant de la nudité ne sont pas acceptées sur YouTube. Nous examinons les contenus au cas par cas, et n'autorisons que quelques exceptions quand le but de la vidéo est explicitement d'ordre pédagogique, documentaire, artistique ou scientifique. Dans ce cas, ce contenu peut être soumis à une limite d'âge pour que seuls les internautes autorisés puissent le regarder. 

Posté par Joe Krapov à 10:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 décembre 2017

N'EST-IL PAS EXQUIS ?

N'EST-IL PAS EXQUIS ?
(Adapté par Joe Krapov de "Ain't she sweet ?" Paroles de Jack Yellen ; Musique de Milton Ager )

1
N’est-il pas exquis,
Mon joli petit mari ?
Cent-trente-et-un kilos et demi
Tout nu sur le tatami

Judoka
Tu n’peux pas n’en pas faire cas
Si tu l’affrontes c’est plié
Tu deviens origami

Jette juste un œil
Dans sa direction
Et fais ton deuil
Il est la perfection oui
Un point c’est tout

2
Tout l’monde l’aime
C’est un homme plein d’attentions
Et mon Dieu qu’est-ce qu’il est beau
La nuit sans son kimono

Notre amour
Est comme une prise de judo
Et je pousse des hurlements
Mieux qu’ne f’rait Yoko Ono

C’est un mari
Extraordinaire
Je suis ravie
D’être l’épouse de mon
Teddy Riner

3
Ceinture noire
Si jamais ô désespoir
Il s’ mettait en tête d’aller
Chercher une autre souris

Coup d’poignard
D’un couteau à trancher l’lard
Je leur sauterais dessus
Et j’leur f’rais hara-kiri

C’est un mari
Extraordinaire
Je suis ravie
D’être l’épouse de mon
Teddy Riner

4
Mishima
Mangaka Ikebana
Kamikazé Nagasaki
Kyoto Banzaï

Kabuki
Hiroshima mon amour
Toky-o Hotel Kawasaki
Suzuki Bonzaï

Karatéka
Pikachu Lajaunie
Fukushima
Tamagochi Nô geisha
Yoko Tsuno

5
Jiu jitsu
Akira Kurosawa
Et le petit chien qu’il m’a ram’né
il nous jappe au nez !

Posté par Joe Krapov à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 décembre 2017

LA CHANSON DE L'AMNÉSIQUE (2)

Voici les paroles de cette la "Chanson de l'amnésique" que j'ai écrite fin novembre 2017 en la plaquant sur l'air de "Je n'suis pas bien portant" d'Ouvrard.

1

5675_xl

L’autre jour à ma porte on sonne
J’ouvre et je vois mon pot’ Manu :
Il est là dehors qui frissonne !
Pas étonnant : il est tout nu !

Je lui demand’ « Qu’est-ce qui t’arrive ? »
Tout en lui filant un peignoir.
Il me dit « Je sais pas ! J’ dérive !
J’crois qu’ j’ai des problèmes de mémoire »

J’ai oublié mon chapeau
Sur le paravent d’Véro
J’ai oublié mon manteau
Chez la femme de Modiano

Mon pull en laine chez Fabienne
Mon cabig chez Anaïg
Ma chemise chez Louise
Mon Marcel chez Dupontel

J’ai perdu mon ceinturon
Dans l’bureau d’Brigitte Macron
Mon veston chez Mélanchon
Mon K Way chez Theresa May

Mes rangeos chez Sebarjo
Mon thermolactyl chez Gilles
Mon complet chez Simplet
Mon slip kangourou chez Gilou

Mon parapluie chez Lucie
Mon calbute chez Belzébuth
Mes tatanes dans la savane
Mes pantoufles dans mes moufles

Mon Caleçon à Alençon
Mon Smoking chez Burger King
Heureusement j’ai mes lunettes
Et j’ai pu voir ta sonnette

Refrain

Ah mon dieu qu’c’est embêtant
D’être tête de linotte

Ah mon Dieu qu’c’est embêtant
Me voilà sans culotte !

2

miroir

J’lui dis : Tu tomb’s bien c’est génial
C’est bientôt la nouvelle année
Je vais faire ta photo à poil
Pour la mettr’ dans l’calendrier »

Je prends sa photo d’vant l’ miroir
Mais lui complètement parti
Se fichant du tiers comme du quart
Poursuit sa triste litanie

J’ai oublié mes soquettes
A Eylau chez Miss Arlette
J’ai oublié mes baskets
En Bourgogne chez Colette

J’ai oublié mes tennis
Chez ma tante de Saint-Flour
J’ai oublié mon pénis
Ah non, lui je l’ai toujours !

J’ai oublié mon Damart
Dans le fond de mon plumard
Et ma paire de sandales
Sur un chemin du Népal

J’ai perdu aussi je pense
Mon slip chez Madame Hortense
Mais ça j’n’en suis pas certain
C’est p’t’êt’ chez Christine Boutin

J’ai laissé mon pull en V
Chez Christine et chez Vévé
J’ai oublié mes sabots
Dans la maison d’Isabeau

J’ai oublié mon Odile
Dans les crocs d’un crocodile
Mais j’ai r’trouvé les micros
Dans la boîte de la sono

Refrain

Ah mon dieu qu’c’est embêtant
D’être tête de linotte

Ah mon Dieu qu’c’est embêtant
Me voilà sans culotte !

3

couplet 3

Depuis ce jour Mesdames je rêve
Que sur le palier de chez moi
Ce soit l’une de vous en t’nue d’Eve
Qui s’tienne devant ma porte en bois

Lors de mes bras fort prévenants
Je vous ferais un paravent
Et tout en calmant vos frissons
J’écouterais votre chanson :

J’ai perdu mon soutif
Quelque part dans la manif
J’ai oublié mon hennin
Je crois bien chez Saturnin

Mon imper chez ma belle-mère
Ma guêpière chez l’abbé Pierre
Ma jarretière dans la cafetière
Mon mohair chez Albert

Mon étole chez Marie-Paule
Mes dentelles chez Abdel
Mon sous-pull chez Ursule
Mon téléphone à l’hôtel

Ma capeline chez dame Christine
Ma crinoline chez Amine
Mes bottines chez Martine
Ma zibeline chez la voisine

Mon caraco chez Marco
Ma parka chez Massoud III
Mon Bikini chez Dany
Ma ceinture chez Jean-Arthur

Ma voilette chez Violette
Ma nuisette chez Josette
Mon Dos nu à Corps-Nuds
Mon boubou à Nouvoitou

Refrain

Ah mon dieu qu’c’est embêtant
D’être tête de linotte

Ah mon Dieu qu’c’est embêtant
Me voilà sans culotte !

Posté par Joe Krapov à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mai 2017

UN JEU DE CON DU PROFESSEUR KRAPOV

Le samedi 17 juin, si tout va bien, je risque de me retrouver à Tours avec "Am’nez zique et les Biches" pour un concert dans un café associatif. Nous sommes menacés, mais la menace est fort agréable, de devoir partager la scène, en deuxième partie, avec une troupe de théâtre d’impro, «Les Passe-rêves».

Je ne sais pas comment cela va se passer mais j’ai suggéré à Manu de leur envoyer ces thèmes d’improvisation qui correspondent à des chansons de notre répertoire. Saurez-vous deviner de quel titre et de quel chanteur - quelle chanteuse – il s’agit ?

- Le père Ubu et sa femme, la mère Ubu, préparent un coup d'état pour devenir roi et reine de Belgique.

- Au fond de la mer deux hommes grenouilles, une sirène et un gendarme qui veille à la moralité de l'espace-sous marin.

- Monsieur W. va aux putes : ça va lui coûter cher d'aller se balader dans le Bronx !

- Bobby vient proposer à Violette un tour de scooter. Mais Violette n'est pas là et c'est son petit frère Toto qui le reçoit. Quand Violette arrive elle envoie paître Bobby.
Bobby aura-t-il plus de chance avec Irma à qui il propose une séance de cinéma ? Non !

- La plus serviable, la plus fidèle, la plus aimable des femmes est toujours... celle qui est mariée à notre meilleur ami !

- Juchée sur une charrette de foin, une jeune et jolie paysanne propose la botte à cinq chômeurs. Un coup fumant !

- 1945 : l'arrivée du jazz contrarie l'accordéoniste du coin de la rue qui jouait des javas et faisait danser les filles.

- Quand on est amoureux on devient un nain masochiste. Un ver de terre devant une étoile ! Pas vrai, mec ?

- Les aventure d'une olive sur la table de l'apéro

- Le marin Jean-François débarque de campagne. La plus belle servante l'emmène dans sa soupente

- La mort du capitaine Haddock

- Les canards et les poules ne sont ni des aigles ni des albatros

- Tous mes copains font du bateau

- Jojo tombe amoureux de toutes les femmes qui passent dans son champ visuel

- C'est la décroissance (ou la vieillesse) qui nous menace ! Bientôt plus d'autos ! Plus de motos ! Des vélos ! Le métro ! La marche à pied ! Le déambulateur ?

- Le danseur de tango argentin fait une scène de jalousie à sa concubine cubaine

- Mademoiselle Jeanne, dites-nous comment séduire Gaston Lagaffe en trois étapes

- Que serais-je sans toi ? Sans tes cheveux ? Sans tes seins ? Sans tes hanches ? Sans... Hého ! Ca va pas non ?

- Concours de vantardise chez des travailleurs antillais

- Dans un bistrot, un type dans la débine, pratiquement ivre mort écoute les discours réconfortants de... la pendule !

- Appels téléphoniques dans la nuit. Personne ne décroche ?

- Où donc a disparu la chanteuse baba-cool qui m'avait enjôlé quand j'avais dix-sept ans ? Que faisait-elle dix ans plus tard avec ce joueur de banjo ? Maintenant que je l'ai retrouvée sur Facebook et que j'ai 70 ans, puis-je l'inviter à un thé dansant et plus si affinités ?

- La concurrence entre le marchand de beurre et la marchande d'épinards connaît enfin le mot fin : ils se marient samedi et fusionnent leurs deux enseignes.

- Georges Brassens arrive au Paradis

- Stanley Kubrick tourne "Lolita chez les intermittents du spectacle"

- Les filles de joie ont bien de la peine

- Le conseil de révision : vous allez être mobilisé dans l'armée pour un an ! Mais d'abord, faites la queue comme tout le monde, bordel !

SOLUTION :
Ubu / Dick Annegarn
La Java des hommes-grenouilles / Ricet Barrier
Monsieur William / Les Frères Jacques
Eh Toto / Boby Lapointe
La Femme d’Hector / Georges Brassens
La Fille du coupeur de joints / Hubert-Félix Thiefaine
Le Jazz et la java / Claude Nougaro
Je me suis fait tout petit / Georges Brassens
Julie la petite olive / Les Wriggles
La Marine / Georges Brassens
Oncle Archibald / Georges Brassens
Les Oiseaux de passage / Georges Brassens
Les Copains d’abord / Georges Brassens
Les Passantes / Georges Brassens
Pour me rendre à mon bureau / Georges Brassens
Qui sait ? / Henri Salvador
La Recette de l’amour fou / Serge Gainsbourg
Rien à jeter / Georges Brassens
T’as pas tout dit / Boby Lapointe
Ta Katie t’a quitté / Boby Lapointe
Le Téléfon / Nino Ferrer
Le Tourbillon de la vie / Jeanne Moreau
Débit de l’eau, débit de lait / Charles Trénet
A Brassens / Font et Val
La princesse et le croquenotes / Georges Brassens
La Complainte des filles de joie / Georges Brassens
Au suivant / Jacques Brel

Je ne résiste pas au plaisir de réécouter celle-ci :
 


Font et Val A Brassens par Antipathes

Posté par Joe Krapov à 08:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mai 2017

RIKKI LA LOOSE

RIKKI LA LOOSE
(adaptation française de Rengin Laulu, chanson finlandaise)

1

170519 Rikki 1

A la va comme je te pousse
Je vis ma vie sans m’faire de mousse
Dans une ferme de Finlande
Pas près des fjords, non, sur la lande

Je travaille comme un forcené
Aucun repos dans la journée
Y’a des valets qu’en fichent pas une secousse
Moi je n’me tourne jamais les pouces

On me surnomme Rikki la loose
Parce que je n’ai jamais le blues
De toutes mes tâches je me Kaurismakite
Mais le soir on me rend visite

2
Le lundi c’est la chambrière
Qui vient frétiller du derrière
Dans l’écurie où qu’c’est qu’c’est que je crèche
On passe la nuit dans la paille sèche

Ainnika la cuisinière
Vient le mardi dans ma litière
Bien sûr elle me trouve un peu plat de nouilles
Mais elle aime bien mes papouilles

 

170519 Rikki 2

On me surnomme Rikki la loose
Parce que je n’ai jamais le blues
De toutes mes tâches je me Kaurismakite
Et toutes ces dames me plébiscitent

3
Le mercredi Elisabeth
Vient faire un tour dans ma chambrette
Il est bien rare qu’on se mette au dodo
Sans avoir fait la bête à deux dos

Le jeudi c’est le jour d’Helga
Qui me laisse flapi, flagada
Et vendredi j’enchaîne avec Joanna
Qui est une folle du radada

On me surnomme Rikki la loose
Au p’tit matin j’trouve plus ma blouse
De toutes mes tâches je me Kaurismakite
C’est vrai qu’ j’ai une belle… réussite

4
Le samedi c’est madame Brigitte
Qui m’fait profiter de son gîte
Pendant qu’monsieur est au marché aux ch’vaux
Je lui montre ce que je vaux

 

170519 Rikki 3

Le dimanche enfin jour de fête
S’en vient Rebekka leur cadette
Elle est vraiment vraiment phénoménale
E’m ‘bat à la bataille navale

A la va comme je te pousse
Je vis ma vie sans m’faire de mousse
On me surnomme Rikki Rikki la loose
Je fais le bonheur des épouses !

A la va comme je te tire
Je souffre parfois le martyre
Je suis valet de ferme sans écus
Mais je gagne à être connu.

 

Pondu hors ateliers d'écriture le 18 mai 2017

Posté par Joe Krapov à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,