21 septembre 2022

LIVRET DE FAMILLE

Filigrane jeu 80 vintage-funny-photos-by-rene-maltete-29

C'est peut-être parce qu'on s'appelle Bb… Bbo… Bonney qu'on a la tête près du... du bo… du bon… du bonnet.

Mon père qui s'appelle Bb… Bbo… Bob est raide comme un piquet ou comme un type qui a étudié le droit. Mais c’est une ill… une illusion. Il a même passé quelques temps derrière les bba… les bars… les barreaux. Il en a gardé l’habitude d’ancien bba… baba... bagnard de porter des tenues bibi… biki… bbicolores.

(Pour une meilleure lisibilité nous avons supprimé dans la suite du texte le bb… bébé… bégaiement du bb... bamba… bambin).

Ma mère, née Mary Mc Carthy, mais surnommée Calamity, en a allongé plus d'un. Fallait pas là traiter d'horizontale sous peine de s'y retrouver. Le nombre de lignes verticales de sa robe indique le nombre de malotrus et de mecs barrés qu’elle a rayés de la carte.

Vaut mieux pas pour vous vous mettre en travers de leur chemin : un coup de barre ici est vite arrivé. Respectez le code sur les planches sinon vous risquez de vous retrouver entre quatre. Entre quatre z’yeux d’abord puis entre quatre planches, même s’il en faut six pour clore un cercueil.

Filigrane jeu 80 PLC 53 01Moi, leur fils, je m'appelle William mais on dit Billy.

- Billy, cesse de voler des bonbons et des livres anciens ! Billy cesse de traîner les cafés ! Billy, lis autre chose que les annuaires téléphoniques ! Billy tiens-toi à carreau sinon on va t'envoyer en pension du côté d'Annecy !

J'irai pas en pension ou si j'y vais je fuguerai.

Je fuguerai tellement que je deviendrai le roi de l'évasion et peut-être même qu'un jour, à force de raconter leurs coups tordus et mes mille et une façons d’échapper à la police, on me donnera le prix “Nos belles” !


Ecrit pour le jeu n° 80 de Filigrane (La Licorne) d'après cette consigne

 

 

Posté par Joe Krapov à 15:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


17 juin 2022

GOGOLIEN

Filigrane jeu 77 piles de livres

- Lardu ? Ouksékté ? C’est Loreille !

- Je suis dans la bibiothèque ! Au guichet !

- De kèk tu fous là-d’sous ? Montre donc ta binette !

- Ch’peux pas ! J’ai une tête monstrueuse ! Y m’est arrivé un truc pas ordinaire !

- Keskecé donc ?

- J’ai pus d’ nez !

- Tu ne sens plus rien ? C’est la Covide ? L’anosmie ?

- Non, mon appendice nasal s’est fait la malle ! Tu sais que j’ai toujours adoré bouquiner ?

- Sûr, c’est pas les livres qui manquent, chez toi !

- Même que mes parents s’en plaignaient toujours : « Çui-là, kès’k’on va n’en faire ? L’est toujours le nez plongé dans ses livres !".

- Mais t’as pas tout raté, Lardu ! T’es quand même devenu bibiothécaire ?

- Oui mais figure-toi qu’hier soir je me suis endormi comme d’habitude, le nez dans mon bouquin. Eh bien ce matin je ne l’ai pas retrouvé !

- Le livre ?

- Non, le nez ! Ni le livre non plus, t’as raison. Alors depuis je retourne toute la bibiothèque pour le retrouver.

- N’en v’là encore d’une drôle d’histoire ! Tu veux-t-y que je t’y aidasse ?

- Je préfère pas. Y’a que moi pour m’y retrouver dans mes piles.

- Tu veux dire dans tes PAL ? Tu veux vraiment pas que je t’épaule ? A défaut de tomber le pull, je peux te suggérer des pistes. T’as regardé dans « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand.

-Tu penses bien que c’est par là que j’ai commencé ! En matière de tirade du nez, hein !

- « Le Parfum » de Patrice Süskind ?

- J’ai pas, ça !

- Celui de la dame en noir de Gaston Leroux ?

- Pas trouvé de nez dedans.

- « L’É-nez-ide » de Virgile ?

- Y était pas.

- Les Mémoires du maréchal Ney ?

- Pas plus !

- Celles de Tony Blair ?

- Nothing !

Filigrane jeu 77 le nez de Gogol

- « Les nez des Ferchaux » de Simenon ?

- L’est au grenier, çui-là.

- « La Perspective Nez-vsky « de Gogol ? Dans une édition achetée sous le manteau ?

- Lui, je l’ai viré à cause de la guerre, avec toute ma collec’ de littérature russe.

- C’est particulièrement con vu que Gogol était ukrainien ! T’as regardé dans tes bandes dessinez ? Peut-être dans Gaston Lagaffe, confisqué par l’agent Longtarin, ton pif ?

- Pif ! Pif ! Pif ! T’es génial, Loreille, je n’ai pas cherché là et pourtant j’en ai lu un hier soir ! Tiens le voilà ! Youpi, il est là, mon nez, dans « Les Aventures de Pif » n° 53 ! Merci, merci, cher ami ! Je te suis infiniment… infiniment… C’est quoi l’adjectif pour exprimer la gratitude ?

- Recon-nez-sant ?

- Oui, c’est ça, reconnaissant !

- Si je peux me permettre un conseil, Lardu…

- Oui ?

- Pour ne plus avoir à chercher ton nez dans les bouquins... investis dans une liseuse !

PLC 53 01

 

Ecrit pour le jeu n° 77 de Filigrane (La Licorne) à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 15:36 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2022

LA GLOIRE DE MON PÈRE

Filigrane jeu 77 photo-mains-noir-et-blanc-photographie-enfant-et-parent-artistique

La gloire de mon père est très similaire à celle du capitaine Haddock. Ces deux individus bruts de décoffrage sont, ou plutôt étaient, toujours sur leurs gardes, prompts à s’emporter et surtout capables d’invectives fleuries.

Dans le répertoire de mon père il y avait par exemple « Flamind d’bos » (Flamand de bois). Pourquoi en avait-il contre les Belges ? On n’en connaissait pas, on n’allait jamais Outre-Quiévrain même si on était des Boïaux rouches (boyaux rouges) vu qu’on habitait la partie extrême-orientale du Pas-de-Calais ! Et surtout la découverte, certes tardive, grâce à un cousin, de notre arbre généalogique du côté paternel montre que ses ancêtres, peu mobiles il est vrai, ont été Belges pendant près d’un siècle !

On ne voyait pas plus d’Espagnols dans le coin, plutôt des Polonais puis des Algériens et des Marocains, mais le mal dégourdi, l’imbécile étaient forcément des « agosils », mot qui vient de l’ancien « alguazil » des Ibères.

Un « trop d’gueule » désigne un beau parleur, « faquin » un hâbleur trop bien habillé, « Marie Toutoule » une femme qui parle pour ne rien dire, une pas grand-chose. L’« ébeulé » est un abruti. Le « pourchiau » n’est autre qu’un cochon mais #balancetinpourchiau ça le fait moins que #dénoncetonmacho.

Je n’ai pas retrouvé « bouloute » (pour Mouloud ?) qui désigne un individu mal vêtu, dépenaillé.

Ses expressions étaient également assez pittoresques :

« Ramasse tin cô, y a les pattes cassées » invitait le destinataire à rabattre son caquet, à se montrer moins vantard ou moins fanfaron. Et pourtant il n’y avait pas de ces traditionnels combats de coqs du Nord par chez nous.

« Compte tes blèques ! » vient sans doute de la belote quand l’adversaire n’a fait qu’un ou deux plis.

« Qui qu’ch’est qui t’a dit gros genoux, ti qui as d’aussi belles gampes ? » permet de mettre un bémol, de calmer le ton et les susceptibilités quand l’agressé-agresseur monte sur ses ergots. (Qui t’a traité de « gros genoux », toi qui as de si belles jambes ?)

De ma cousine très bavarde il disait qu’« elle avait été vaccinée avec une aiguille de phonographe ».

A part ça la vie de mon père n’a rien eu de très glorieux et, semblable en cela à bon nombre de ses congénères, dont le dénommé Archibald Haddock quand on fait sa connaissance à bord du Karaboudjan dans « Le Crabe aux pinces d’or », il avait un penchant certain pour la bouteille. De ce fait, comme il passait toutes ses soirées au bistrot, j’ai très peu connu mon père et je suis très mal placé pour parler de sa gloire.

Filigrane jeu 77 Andy Capp

Celle-ci m’a paru surtout être du genre posthume et très vite éphémère. Le jour de son enterrement on a découvert qu’il était connu « comme le houblon » et apprécié de tout le village. Enfin de tous les habitants du village qui, comme lui et comme le personnage fictif d’Andy Capp, le « héros » de papier de Reg Smythe, consacraient l’essentiel de leur temps à picoler chez Sidonie, chez Marie Taillez, chez Albin ou chez Figaro. Avant ce jour-là je n’avais jamais vu autant de trognes d’alcooliques, bien marquées par la cirrhose naissante ou galopante, rassemblés dans un cimetière !

Mais qui suis-je pour juger? Je n’ai pas très envie de me faire traiter de « trop d’gueule » même si je sais que j’en suis un quelque part.

Déjà, allez savoir pourquoi, je suis un très petit buveur dans ma catégorie : je ne fréquente pas les cafés, je ne bois que chez moi, de l’eau gazéifiée le plus souvent, un porto rosé le samedi et une vodka polonaise le dimanche. Je ne suis même pas rancunier : je lève mon verre à la santé de mon père, de ses copains d’estaminet et à celle du capitaine Haddock, en fait à la santé de tout le monde à part peut-être Madame Thatcher, Vladimir Poutine et quelques autres agosils plus ou moins sinistres ici et là de par le monde.

Je bois surtout à la santé de mes deux enfants dont je me demande parfois ce qu’ils pourront se dire à propos de « la gloire de leur père ».

- Qui, vous dites ? Papa ? Celui qui a donné la petite graine à Maman pour qu’on naisse ? Le gars qui jouait au jeu d’échecs et qui chantait des chansons stupides ? Ah si ! On se souvient ! On sait même : il faisait très bien la cuisine et il racontait sa vie sur Internet sous le pseudonyme de Joe Krapov !

Mais bon, ils n’auront même pas à se préoccuper de ce questionnaire Pagnolo-Proustien vu que je serai encore là, encore et toujours là. C’est que voyez-vous, Messieurs et Mesdames, je suis immortel, moi ! « Et ch’est pas des cacoules !» (Ce ne sont pas là des carabistouilles !).

Que celles et ceux qui, à la lecture de cette dernière assertion se sont posés le bout de l’index sur la tempe, l’ont fait tourner quatre fois en pensant « Y’est dumm dumm, ch’ti lal ? » se le tiennent pour dit : dans ce que m’a légué mon père, mon proverbe préféré est « Intique, intasse, n't’occupe pas de ch’ti qui passe !".

Ce qui signifie, en quelque sorte, « Bien faire et laisse dire » !


Ecrit pour le jeu n° 76 de Filigrane (la Licorne) d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 17:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mars 2022

24 HEURES DE LA VIE D'UNE FEMME

Filigrane jeu 74 Joe Krapov - 24-heures-de-la-vie-dune-femme-2002

« 24 heures de la vie d’une femme », de Stefan Zweig, ça pourrait être l’histoire d’une femme, Mrs C., en manque d’amour, et d’un homme en manque d’argent.

L’un passe dans la vie de l’autre et donne envie à celle-ci de commettre un impair. Mais la roulette de l’histoire ne tourne pas aussi facilement que ça. Le « Happy end », ici, n’est pas de mise. Rien ne va plus, faites vos jeux, le conte est apocalyptique.

Lui n’a qu’une seule envie, c’est de retourner au casino. Cette institution fait miroiter son blé. C’est une aimable voisine à laquelle l’absence de morale et l’image du général russe permettent de tout prendre. Suffit de sauter la barrière, comme disent les officiers vulgaires et les bandits pas manchots qui souvent s’acoquinent !

La lady anglaise et sa promenade en calèche ne pèsent pas lerche à côté de la fièvre du jeu. Au lieu de prendre le train avec son argent charitable il retourne se mettre à table et flamber sur le tapis vert.

T’as pas vu Monte Carlo ni la fièvre à El Pao ?

Cet idiot fait sauter la banque. Avec un missile hypersonique.

Il y a des débris partout. Ca fout les jetons, non ? C’est Mrs C qui doit les ramasser : elle est la seule survivante de la catastrophe mondiale.

Échecs, petits soldats, jolis parleurs ou brutes épaisses, les hommes sont des joueurs, les femmes font bouillir la marmite.

 « Tout le monde veut faire la révolution mais personne ne veut descendre la poubelle » comme disait Jean Yanne.

 Filigrane jeu 74 l-ultime-combat

 

Écrit pour le jeu n° 74 de Filigrane (La Licorne) d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 02:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

21 février 2022

ILS ÉTAIENT DIX

Filigrane jeu 73 Ils étaient dix

Le dimanche 13 août 1961 un jeune homme belge nommé Jason Butternut se trouvait en vacances chez son correspondant anglais dans l'île de Jersey. Tous deux étaient alors âgés de 18 ans.

Le hasard permit ce jour-là à Jason d'accomplir un de ses rêves de gosses et de se découvrir une vocation pour plus tard. En effet on était rendu à la date, annuelle et rituelle, du critérium cycliste de Saint-Helier.

Cette épreuve sportive consiste en un circuit en boucle de 13 kilomètres autour de la ville portuaire que les coureurs doivent accomplir treize fois.

Parmi les participants à cette course il y avait Rik Van Looy, un champion cycliste populaire pour lequel Jason avait une adoration certaine. Il allait enfin le voir courir "en vrai".

Le correspondant de Jason s'appelait Justin Podium mais cela n’a pas d'importance dans notre récit. Greg Lestrade eût pu convenir aussi. Justin et Jason avaient pris place sur le trottoir parmi d’autre amateurs de vélo afin de voir passer le peloton et d'encourager les rois de la petite reine. Jason n'avait d’yeux que pour Rik Van Looy et Justin, quant à lui, en véritable looser, encourageait l'équipe locale, les Jersey black devils, dont le maillot était de couleur noire.

Filigrane jeu 73Voiture-balai

Dès le premier tour il y eut une échappée. L'espagnol Federico Bahamontes, cherchant la montagne – il ne la trouverait jamais, Jersey étant une île relativement plate par rapport aux Pyrénées -, avait pris quelques 200 mètres d'avance au peloton.

Au deuxième passage Justin remarqua l'absence, dans le peloton ou à l’arrière de celui-ci, du coureur Wargrave, le capitaine  des Blacks devils. Peut-être avait-il été victime d'une crevaison et été distancé ? Parfois ont fait ce qu'on peut et le pneu peut peu. Mais bientôt un motard précédent la voiture-balai laissa planer un premier mystère sur la course. Wargrave aurait abandonné au bout de même pas 20 kilomètres et serait monté à l'intérieur du véhicule de ramassage des lâchés en perdition ? Quand même pas ?

Au troisième tour le peloton passa groupé, Bahamontès, déçu par la morne plaine, ayant été repris après une chasse terrible d'André Darrigade. Mais cette fois chez les Black devils c’est Claythorne qui manquait à l'appel.

Au quatrième tour, Brent était aux abonnés absents.

Au cinquième, plus de nouvelles de Mc Arthur. Où avait on mis son corps ? Justin attira l'attention de Jason sur ce phénomène d'évaporation, sans doute irrégulière bien que régulière, de l'équipe de Jersey.

- Oui, c’est bizarre, convint Jason, mais en attendant l'équipe belge est aux avants-postes. M'étonnerait pas qu'elle tue la course pour que ça se termine en victoire au sprint de Rik Van Looy !

Au sixième tour du circuit exit le nommé Lombard. Arrêté dans une pizzeria ?
Au septième tour plus d'Armstrong ! Expédié dans la Lune ?
Au huitième, plus de nouvelles de Marston.
Au neuvième tour on déplorait la perte de Blore.
Au dixième ce fut au tour de Roy Rogers de disparaître.
Au 11e son frangin John pointait absent du peloton et de ce fait il n'y avait plus aucun représentant des Jersey black devils dans la course.

Ils étaient dix à avoir disparu sans que ça n'inquiète ou n'intéresse personne d'autre que nos deux jeunes gens.

Comme pronostiqué par Jason, Van Looy gagna l'épreuve au sprint mais Justin attendit que le dernier coureur, la lanterne rouge comme on dit dans ce sport, eût passé la ligne pour en avoir le coeur net sur les disparitions des cyclistes. Se pouvait-il que toute l'équipe locale se fût retrouvée dans la voiture-balai ?

Mais justement, comme par un fait de sorcellerie, la voiture-balai ne franchit jamais la ligne d'arrivée. On ne la revit plus de l’après-midi.

Les deux amis se rendirent au commissariat et y racontèrent leur histoire.

- Vous les connaissez ? Vous faites partie de leur famille ? leur demanda-t-on. Le véhicule est à vous ? Ou le balai ?

- Non.

- Vous savez, jeunes gens, chacun est libre d'aller et venir comme il le souhaite ici. Ils vous ont volé quelque chose ?

- Non plus !

- Alors, s'il vous plaît, mêlez-vous de vos British fesses et de votre Belge postérieur, les kids ! Caltez, maintenant !

Filigrane jeu 73 Rick Van LooyLes deux jeunes gens retournèrent auprès du car-podium où une charmante Jerseyan lady claquait deux bises à Rik en lui remettant un énorme bouquet de fleurs.

Ils avisèrent un officiel auquel ils demandèrent le nom du chauffeur de la voiture-balai.

- Quelle voiture-balai ? Personne n'abandonne jamais dans cette course. Il y a les voitures des directeurs techniques en cas de pépin mais c’est tout !

- Mais on l'a vue ! Elle a tourné derrière les coureurs. Sauf au dernier tour !

- Je ne vois pas vraiment de quoi vous voulez parler. Vous avez trop arrosé de cherry votre repas de ce midi ?

Avaient-ils eu la berlue ? L'équipe des Jersey black devils existait-elle seulement ? Ils en venaient à douter de leurs sens. Quand soudain Jason Butternut se tripota le bout relevé de moustaches imaginaires et eut une illumination dans ses petites cellules grises.

- Cela ne peut pas être l’adjudant Chanal ou un autre de ces pervers détraqués qui conduisait le véhicule ! Comment un homme seul pourrait-il en violer dix autres sans que ceux-ci n’opposent de résistance ? Trouvons le nom du chauffeur et nous saurons quel louche trafic se cache derrière la disparition de ces dix hommes. Quand tu m'a parlé de ce phénomène la première fois, j’ai pris soin de noter le numéro de la plaque minéralogique de la camionnette : 3745 ES 40. Retournons au commissariat.

Le même préposé digne, courtois mais un chouïa vulgaire sur la fin les reçut à nouveau avec flegme.

- Nous aimerions savoir à qui appartient ce véhicule.

L'agent Bobby, ébaubi, regarda le numéro puis il appela un autre service. Quelques temps après il obtenait la réponse.

- Cette camionnette Peugeot est immatriculée en France. Elle appartient à un dénommé Auguste Maquet.

- J'ai tout compris ! dit Jason à Justin. On peut rentrer chez tes parents prendre le thé !

***

Lorsque le soir fut venu, Jason Butternut demanda à Justin Podium de réunir tous ses neurones dans la bibliothèque du château de ses parents. Ce fut vite fait car le correspondant n’en avait pas beaucoup.

Filigrane jeu 73 Agatha

- Il existe quelque part sur le continent une clinique médicale tenue par un docteur très malin. Nommons-le Alexandre Dumas arrière-petits-fils car c'est bien de là que tout est parti. C'est essentiellement une maison de repos, située à la campagne ou à la montagne, voire à la mer, va savoir ! La clientèle est principalement constituée d'écrivains ou d’écrivaines en mal d'inspiration ou en dépression ainsi que de scénaristes excédés ou vidés. Le docteur Dumas a mis en place une espèce de commerce triangulaire. Avec l'argent que les éditeurs ou producteurs lui confient pour soigner leurs poulains ou leurs pouliches il va acheter un peu partout des rédacteurs remplaçants, des gens qui vont écrire des romans ou des scenarii à la place des auteurs en déprime. Je pense qu’ils sont logés pour cela dans un centre de vacances à Mimizan-plage, dans les Landes. J’en ai vaguement entendu parler par ma copine Josiane qui passe ses étés et a beaucoup flirté par là-bas. Lorsque le rédacteur-vacancier a terminé son manuscrit, il l’envoie au docteur qui le remet à l'auteur. Celui-ci le retouche et repart un peu guéri pour un temps vers de nouvelles aventures. Il va enfin pouvoir à nouveau passer à la télé ou causer dans le poste.

- Mais alors il n'y a rien d'illégal dans la course cycliste ? s'étonna Justin.

- Tout ce qui se trafique dans un paradis fiscal est parfaitement légal même si c'est parfois immoral et Rik Van Looy est bien le meilleur. Il n'a pas besoin d'une quelconque tricherie pour le prouver.

***

Filigrane jeu 73 Quel petit véloLes vacances de Butternut étaient terminées. Le lendemain matin Jason retourna sur le continent. En montant à bord de l'hydroglisseur de la Brittany-ferries il ne fut nullement surpris de renifler l'odeur caractéristique du ragoût de mouton aux haricots de l’English breakfast qui l’avait étonné à l’aller ni d’apercevoir, assemblés autour de deux grandes tables, dix jeunes hommes habillés de costumes noir, portant lunettes noires et chapeaux et occupés à taper sur des machines à écrire portatives.

Jason se dirigea vers eux et dans son anglais faiblard mâtiné de surréalisme belge, de visions Carrolliennes et de précognition de Georges Perec, il demanda aux men in black :

- J'ai tout compris à la disparition mais... Pourquoi des coureurs cyclistes à guidon chromé au fond de la cour ?

C'est le capitaine de l'équipe, Wargrave, qui lui répondit :

- Parce que pour écrire autant d’inepties à la chaîne sans dérailler complètement il faut soit en avoir sous la pédale soit être complètement piqué !

- Et nous on en a et on l’est ! ajouta Claythorne, ce qui déclencha un éclat de rire général de la part des dix nouveaux petits nègres.


Ecrit à l’insu de son plein gré pour Agatha Christie le 20 février 2022 par Joe Krapov.


Ecrit pour le jeu n° 73 de Filigrane (La Licorne) d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 14:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


11 janvier 2022

PAUVRE BORIS ! (L'ÉCUME DES JOURS)

La piscine Molitor redevient patinoire,
Les anguilles et les truites vivent dans les robinets,
Les pianos servent à fabriquer des cocktails,
Les rayons du soleil finissent en billes d’or
Aux cuisines où les souris dansent.

Que de beautés dans l’Univers !
Les oursons s’appellent Ursula,
Il y a du vent dans tous les crânes
Sauf dans le tien :
L’ingénieux ingénieur joue de la trompinette,
Touche à tout et conduit
La Brasier Torpedo
Avec brio.

220111 Vian-03

Mais comme le négatif qu’on a mis à sécher
Avec des pinces à linge
Sur un fil trop fragile
Le coeur est perforé,
Le coeur est trop serré
Pour le flot d’énergie qui remue le génie.

Filigrane jeu 72 pellicule

Fi de la normalisation !
Il y a un empire à bâtir,
Des romans à traduire,
Des chansons à produire
Pour moquer, dénoncer
Les ratichons baigneurs
Les généraux joyeux bouchers
Et les honteuses guerres
Des marchands de canons.

Il y a des cantilènes mises dans la gelée,
Des bombes atomiques danseuses de java,
Les bisons sont ravis,
La cécité vairon,
Et le rock’n’roll mops,
Un voisin qui s’appelle Prévert,
Saint Pierre au Paradis qui ne veut pas de vous…

220111 Boris_Vian_lecume_des_jours_1018

Et ce chef-d’oeuvre que tu laisses
C’est le roman de la Jeunesse,
Celui qui donne envie d’écrire
Pour découvrir et dire Ailleurs,
Tout le gré de la fantaisie
Contre la gravité d’un monde
Qui ne souhaite même pas entendre.

Il faudrait te relire plus souvent,
Boris Vian,
Pour accepter ce phénomène :

C’est seulement après le fracas
Des vagues sur la plage,
Des phrases sur la page,
Que l’écume des jours
Fait cadeau à l’estran
De ses trésors cachés
Dans l’océan du temps.

Et ce sont d’autres promeneurs,
D’autres générations
Qui en profiteront.

Tant pis !
Tant mieux !
Merci,
Mon vieux,
Car ton solo était très beau ! 


Ecrit pour le jeu n° 72 de Filigrane (La Licorne) d'après cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 15:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

19 décembre 2021

E= MC2 MON AMOUR

Jeu 71 de la Licorne - bisou

Entre deux bisous sur la bouche, les enfants qui s’aiment se disent des mots doux sous l’évier.

- Comme je t’aime, mon théorème !

- Tu es ma seule et unique muse, mon hypoténuse !

- Je t’adore, mon Pythagore !

- Je te trouve suprêmement belle, mon isocèle !

- Oh comme tu m’obsèdes, mon parallélépipède !

- Que tu es intelligente, ma jolie tangente !

- Tout me plaît dans ton physique ! Si je m’écoutais, je t’écrirais des quantiques !

- Tu me démultiplies, ma trigonométrie !

- Tu me fais monter au ciel, mon gros exponentiel !

- Si tu savais comme je te calcule, mon intégrale !

- Tu me fais vibrer le plexus, mon savant Cosinus !

- Je te désire avec passion, mon équation !

- E = MC2, mon amour !

- Aplusbégalix, le combat des chefs !

- Mon penchant pour toi forme le même angle avec le sol horizontal que la tour de Pise !

- Permets donc que je te bise !

- Pi = 3,1416 !

- Permets donc que je t’appelle Thérèse et que je t’écrive une lettre à Elise, mon trapèze !

- Mon angle obtus, tu me mets le feu aux joues !

- Tu me donnes des transes, ma circonférence !

- Je te chéris, mon décamètre !

- T’aimer me donne des ailes, ma belle parallèle !

- Je te vénère, mon octogone même pas Lyonnais !

- Si tu savais comme bien je te blaire, ma douce perpendiculaire !

- Bon c’est pas le tout ça, Daniel ! Tu la sors de son étui, la chignole et on le fait, ce trou ? Sinon je vais penser que ta méthode mathématique n’est rien qu’un tuyau crevé !

La maman de Daniel entre dans la pièce et s’écrie :

- Mais enfin ! Qu’est-ce que vous faites sous l’évier, les enfants ?

- On essaie de résoudre le problème de maths que nous a donné notre maître, Monsieur Einstein !

- Et quel est-il, ce problème ?

- « Un lavabo fuit à la vitesse d’un cm3 par minute. Sachant que le TGV qui met 3 heures 23 pour aller de Paris à Marseille part de la voie 9 à 8 h 47, dites au bout de combien de temps l’escargot atteindra le sommet du panneau et, sachant que tout est relatif, donnez l’âge exact du capitaine du Titanic né le 27 janvier 1850 à Hanley au moment où le lavabo débordera et où l’iceberg percutera le navire, faisant chuter l’escargot et dérailler le train. ».

- Et vous avez besoin de faire un trou dans la tuyauterie pour ça ? Daniel, va me ranger cette chignole immédiatement dans la caisse à outils de Papa et toi Lauren, il est l’heure de rentrer chez toi, maintenant.

- Bien, Madame Michon ! A demain Daniel ! A demain Madame Michon !

Lauren sort et Daniel remballe ses outils.

- Surdoués ! Surdoués ! maugrée Madame Michon. Je veux bien l’admettre puisque les psys le disent. Mais j’ai surtout l’impression qu’ils sont surdoués pour les conneries, ces deux-là !

 
Ecrit pour le jeu n° 71 de Filigrane (la Licorne) à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 09:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2021

99 DRAGON : EXERCICES DE STYLE. 67, Disparition du n° 5

Casting :

Giorgio Dalida, working class Hiro-Hito ;
Papy Moujot, paysan quasi cajarcois ;
Rachid « Wild » al Rachid, roi sans pouvoir ;
Kominbalai, dragon.

***

Qu’on s’introduisît dans la pampa ou dans la toundra sans visa, pass ni PCR, ça lui faisait ni chaud ni froid à Papy Moujot, paysan quais cajarcois. Ca lui causait aucun souci. L’immigration ? L’invasion ? Pas son truc à lui, l’administratif  ! On a un roi pour ça, non, mis là on n’sait plus quand pour qu’aucun Attila malfaisant n’vînt assouvir son goût du pouvoir ou nous glapir son baringouin d’au d’la du Rhin.

Nonobstant ça, c’ qui lui plaisait pas du tout au paysan, ç’qui l’ chagrinait dru, c’mardi-là, c’tait qu’un dragon pas du coin s’attaquât à son gagn’pain !

Aussi n’ tarda-t-il pas à brandir sa faux, furibard, furax rapport aux moutons qu’on lui boulottait puis il partit vomir son vitriol au grand vizir :

- Alpaguons Rachid « Wild »al Rachid ! Il y a là du travail pour son armada ! Fantassins, spadassins, haschichins, cornichons à chichon, bachi-bouzouks, soldats du souk, avatars d’assassins, au turbin !

- Qui va-là ? lui opposa-t-on aux abords du palais. Puis il fut saisi, conduit au roi qui lui ordonna la fin du barouf car sinon ça s’rait Moujot droit au gnouf.

- Non mais dis donc, roi plus sourd qu’un pot, n’ouis-tu pas du ramdam dans nos champs ?Kominbalai, dragon pas commun, y fichant bazar, crois-tu qu’on va pouvoir subir l’individu sans qu’ici, à ta cour, nul n’ait souci du charivari commis ? Roi, vassal ou locdu, chacun doit au pot commun ! A ton tour, Rachid al Rachid ! Fais-nous voir ton pouvoir, ton savoir, ton tranchoir ! Fous nous donc au saloir l’animal malfaisant !

Las ! Un pays parfait où tout s’accomplirait suivant un plan divin, faut sortir tôt du lit pour foutr’ la main d’ssus !

Voilà pourquoi, quand Rachid « Wild » al Rachid brailla :« Soldats thalasso ! Pardon, j’ai fait la liaison mal-t-à propos : Soldats z’à l’assaut ! » la maison Poulaga, la maison Soldata, oyant « dragon » « combat » « Aux fusils !», « Taïaut !», « banzaï !», « sus à King-Kong !» « bataillons ! » « sang impur dans nos sillons !» aussitôt mit adjas, bouts, fila, calta, s’carapata ! Frank zappa sur « Taratata » !

***

Par hasard passa par là un Romain qui avait pour nom Giorgio Dalida. Un gros costaud tout droit tout flamboyant sur son grand pur-sang blanc. Il arborait la croix sur son scutum brillant. On voyait à ça qu’il avait la foi. Du coup, on s’ fia à lui. Il dit qu’il pouvait, lui, raccourcir l’animal.

Il fixa son prix : pyramidal, pontifical, dur pour l’anal !

Sans solution à l’horizon car Kominbalai poussait Mamy dans l’artichaut au point qu’il commandait qu’on lui livrât la chair d’humains fort mignons, pas trop croûtons, plutôt dodus, vingt ans pas plus, - Putain ! L’Gargantua, lui, ho ! - on marchanda mais ça coûta un max. On vous dira ça plus loin.

On combattit.

saint_georges_terrassant_le_dragon

Giorgio gagna. D’un coup sur son tarin il occit l’Tarascon. Kominbalai finit dans un hachis Rossini.

A la fin du combat on adopta la foi du Romain. A lui, Giorgio Dalida, ça n’rapporta pas lourd. Il n’obtint nul Oscar à Hollywood, fut omis dans l’Who’s who, n’apparut pas plus dans l’bottin mondain puis, surtout, fait paradoxal, il finit martyr, un 23 avril, l’occiput distrait du corps.

Passons sur l’humiliation. Oublions l’an 303, s’il vous plaît. Quoiqu’on ait fort appris du truc : jamais plus un rasta n’arriva pour nous brandir sa loi, nous mugir son bon vouloir ou nous bonnir son diktat : on s’arma pour ça d’un paladin sanguin : Mouammar Khadafi.

Qui a ri, par ici ? T'aurais pas dû ! Puni cagibi, Nicolas Sarkozy !

Jeu 70 de La Licorne

 

Ecrit pour le jeu n° 70 de Filigrane (la Licorne) d'après cette consigne.

15 septembre 2021

C'EST MOZART QU'ON ASSASSINE !

La Licorne Jeu n° 68 - image de C'est Mozart qu'on assassine

Sur le piano
Dans la cuisine
C’est Dark Vador qui est aux fourneaux
Et qui fulmine
Mais c’est Mozart qu’on assassine !

Elles font toutes comme ça les vedettes
Abusant de la vinaigrette
Servant l’Moët et Chandon (Giovanni !) ‘vec une paille
Et très grand lèvement de saucière austère ! Aïe !
Mais c’est Mozart qu’on assassine !

Le sabre laser tue les dièses,
Le four est une vraie fournaise
Les casseroles sont pleines de bémol
Et la béchamel est toute molle !
Mais c’est Mozart qu’on assassine !

Devant ce gâchis de pognon
Qu’il nous mitonne aux p’tits oignons
La menace n’est pas fantôme
Qu’il ne nous serve qu’un bout de tomme !
Mais c’est Mozart qu’on assassine !

Il a enfermé sous burqa
La cuisinière Papagena
Et assaisonne de doubles croches
La poiscaille comme la bidoche
Mais c’est Mozart qu’on assassine !

Triste gougnafier du désert,
Rentre donc aux Etats-Unis !
Remballe ton maudit hamburger
Et tes airs de reine de la nuit !
C’est Mozart que t’assassinais !

Un peu plus et c’est Vivaldi
Que tu trucidais, lapidaire,
Arguant que tu es « notre père » !
Retourne-t-en dans ton domaine,
Cuistot à la petite semaine !

Vivement le retour du jeudi…
Et du tournedos Rossini !


Ecrit pour le jeu n° 68 de La Licorne (Filigrane) d'après cette consigne 

Posté par Joe Krapov à 04:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 août 2021

LES ÉTRANGES RÊVES DE MARCEL P. Chapitre 8, Bonjour tristesse

Parfois on éprouve le besoin de fuir, de s’échapper, de se perdre.

C’est ce qui était arrivé à Odilon et Céleste, le chauffeur et la bonne à tout faire de Marcel P. Sur cette situation inconnue dont l’ennui certain et la douceur supposée l’indisposaient franchement, celui-ci hésitait à apposer le nom, le beau nom grave de «Congés payés». C’était pourtant bien le cas et à la suite du «troc» négocié avec le couple d’employés, ils étaient partis, le laissant seul dans l’appartement du boulevard Haussmann. Seul ou à peu près.

Marcel, bon prince, leur avait prêté sa voiture et eux lui avaient confié la cage de leur canari, à charge pour lui de nourrir le volatile pendant une semaine.

Le premier matin, une fois le lit défait, l’asthmatique aux longues phrases n’avait pas voulu montrer à l’oiseau qu’il avait des bleus à l’âme mais Caliméro – quel nom idiot ! –, le doux oiseau de la jeunesse, avait bien perçu qu’un orage immobile menaçait, qu’un certain sourire crispé déformait quelquefois le visage de l’écrivain et c’était là le signe qu’un chagrin de passage envahissait l’appartement. Les domestiques manquaient au maître qui ne comprenait pas cet abandon imprévu de leurs rituels communs et ce uniquement pour s’en aller chercher sans lui à St-Tropez un peu de soleil dans l’eau froide. Et ce piaf à nourrir c’était en quelque sorte l’écharde de trop dans le contrat. Avec un canari il fait beau jour et nuit, dit-on. Celui-ci ne chantait pas, celui-ci ne sifflait pas : Caliméro tirait la tronche lui aussi.

La cohabitation des deux protégés de Céleste ne dura du reste que deux jours. Au matin du troisième Marcel était sur le trottoir en bas de chez lui avec une petite valise et la cage de Caliméro dans laquelle – bonheur, impair et passe – on avait l’impression que «faites vos jeux !» rien n’allait plus. Avec quoi le canari avait-il joué à la roulette russe, à quel barbiturique devait-il son coma bizarre ? La bête était allongée au fond de la cage, l’œil étrangement ouvert fixant à travers les barreaux les merveilleux nuages de l’été 1954 mais la garde du cœur vivant de l’oiseau par Marcel semblait bien avoir tourné court : plus question pour l’organe vital de battre la chamade eût-on dit.

***

Bien sûr, depuis l’histoire de l’Aronde 54 et les entreprises érotico-farcesques d’Odette Dejeux, Marcel se méfiait des femmes au volant mais là il y avait urgence : il fallait rendre Caliméro à Céleste A. dont le rire incassable venait à bout de tout problème. Qui plus est, en matière de science vétérinaire, elle était la sentinelle de Paris, capable de soigner toute fièvre, de ranimer le cheval évanoui avant qu’il ne fît le régal des chacals. Elle seule eût pu, à l’instar du père d’Odette D., extirper une molaire au lion de Belfort s’il eût seulement souffert d’une rage de dents au lieu de faire le fier dehors.

Comme Odilon n’était plus là pour le véhiculer, il avait eu recours aux ami·e·s automobilistes et son chauffeur du jour qui se garait justement là devant lui n’était autre que la princesse Valentine de Sagan, l’épouse du prince «caracollant». Les Sagan étaient de toutes les premières, de tous les bals, de toutes les fêtes, du tout Paris aimant, du tout Paris dément et le couple l’avait pris en amitié. Marcel avait droit aux petites tapes derrière l’épaule de la part de Maurice qui le surnommait par moquerie «Le gigolo» tandis que Valentine lui confiait, quand ils se voyaient seul à seule, le récit des chassé-croisé de ses relations saphiques ainsi que d’autres secrets d’alcôve et d’alcools contre lesquels elle n’avait absolument rien. Elle et lui, finalement, étaient devenues «de très bonnes copines» de cheval car elle faisait aussi de l’équitation.

Voilà pourquoi il monta bien plus rassuré que la dernière fois dans ce petit bolide, une Jaguar de type E, que la Sagan conduisait toujours les pieds nus. Moyennant quoi, une fois quittée la capitale, il serra les fesses tout le temps que dura le voyage. La jeune femme un peu garçonne avait un profil perdu de pilote automobile italien et, telle Fangio, ne conduisait jamais en dessous de 160 kilomètres à l’heure. Sur cette belle nationale 7 « que l’on soit quatre cinq six ou sept, qu’on aille à Saint-Trop’ ou à Sète » que Charles Trénet chanterait et enregistrerait un an plus tard, il avait souvent vécu l’enfer pour ne pas mettre pied à terre et se faire traiter de « poulette mouillette ».

Jeu 67 de la Licorne jaguar

***

Nous n’utiliserons pas les faux-fuyants habituels. La nuit que Marcel et Valentine passèrent dans la maison de Raquel Véga fut une de ces nuits d’ivresse et de folie qui font la renommée de la Riviera française. Il est des parfums qui ne trompent pas et celui de l’opium dans ce bal costumé, la vue des poudres blanches et des verres coolorés – ce n’est pas un néologisme, c’est une faute de frappe bienvenue - emplis de cocktails étranges, l’alcoolisme et le désir d’éclate de tous ces fêtard·e·s déguisé·e·s laissaient à penser de façon sûre qu’on pratiquait ici les toxiques au premier degré.

 

Jeu 67 de La Licorne Proust en cornette

Dans la bousculade des plateaux à petits fours et des coupes de champagne entrechoquées Marcel P., déguisé en bonne sœur à cornette et trimballant toujours la cage de l’oiseau moribond pour lequel il se faisait un sang d’aquarelle, avait eu droit aux confidences d’une licorne rose.

- Car que cherchons-nous ici, sinon à plaire ? disait-elle. Je ne sais pas encore si ce goût de conquête cache une surabondance de vitalité, un goût d’emprise ou le besoin furtif, inavoué, d’être rassuré sur soi-même, soutenu. Pourquoi il ne bouge plus votre petit oiseau ?

- Je crois qu’il dort. Le voyage en Jaguar a dû le fatiguer. Vous a-t-on déjà dit que vous avez des yeux de soie ?

- Oui ! On me le dit souvent et j’adore passer des nuits de satin blanc. Seriez-vous l’heureux propriétaire d’un château en Suède, ma soeur ? J’ai toujours rêvé de visiter la Suède avec des chaussures bleues et la bénédiction de la religion.

Plus loin la robe mauve de Valentine avait fait beaucoup d’effet à une jeune Lucrèce Borgia déjà bien pulpeuse. La femme fardée, vêtue d’un costume de diable rouge bien qu’elle ne fût pas belge, lui avait confié qu’elle était actrice de cinéma et qu’elle tournait actuellement avec Jean Marais dans un film de Marc Allégret dont le titre serait « Futures vedettes ».

Au fur et à mesure qu’avançait la nuit des couples improbables se faisaient et se défaisaient, s’éclipsaient parfois dans des chambres derrière un écriteau « Ne pas déranger » et d’où s’échappaient souvent quelques cris étouffés, on sait se tenir, quand même, même quand on se lâche.

On put croiser ainsi une carpe et un lapin, une Castafiore et un marin doté d’un anneau à l’oreille, un clone de Landru avec une Piaf minuscule dont la petite robe noire toute simple avait su allumer le cœur et chauffer les sens du bonhomme car ils partirent tout de suite après terminer la nuit dans le foyer du monsieur.

Valentine avait disparu elle aussi avec sa Lucrèce-Brigitte. Etaient-elles allées prendre sur le coup de minuit un bain de lait d’ânesse ou jouaient-elles quelque part dans la grande villa au jeu de la bête à deux bardots ? C’est toujours ce qui se passe chez Bellini quand la Norma drague, non ? De guerre lasse Marcel, un poil éméché et plutôt barbouillé de mélanges divers et de tristitude d’été, finit sa nuit dans la Jaguar en racontant à Caliméro des fadaises de ce genre-ci :

- La netteté de mes souvenirs à partir de ce moment où je trempe ma madeleine dans le thé m'étonne. J'ai acquis une conscience plus attentive des autres, de moi-même. La spontanéité, un égoïsme facile ont toujours été pour moi un luxe naturel. J'ai toujours très bien vécu comme cela. Or, voici que depuis trois jours ta présence m'a assez troublé pour que je sois amené à réfléchir, à me regarder vivre. Je passe par toutes les affres de l'introspection sans, pour cela, me réconcilier avec moi-même. Ce sentiment de la mort du travail est bête et pauvre, comme ce désir de séparer les maîtres et les domestiques est féroce. C’est vraiment une connerie, ces «congés payés» ! Pourquoi pas bosser trente-cinq heures par semaine et avoir la retraite à soixante ans pendant qu’on y est ? Bonjour, tristesse des temps nouveaux ! Enfin, s’il faut être absolument moderne, comme a dit je ne sais plus qui, n’attendons pas ! Dans un mois, dans un an, il sera trop tard. De toute façon, c’est là et bien là ! Las et bien las !».

Après quoi il s’endormit.

***

Jeu 67 de la Licorne Saint-Tropez

Le lendemain matin, tout courbatu, sans se soucier de retrouver Valentine et Brigitte qui avaient dû filer sur une plage abandonnée ramasser coquillages, crustacés et bribes du parfait amour, il prit son petit-déjeuner dans un bistrot du port où l’on ne s’étonna pas plus que ça, avec tous ces fadas de Parigots qui débarquaient l’été, de servir des croissants et du thé à une bonne sœur à moustache, dotée d’une cage à serin, et qui réclamait des madeleines. Serein, on le restait toujours dans ce troquet même si, certains jours, l’envie ne manquait pas au patron d’inscrire du meurtre à la carte des plats servis !

Comme il ne possédait pas l’adresse ici d’Odilon et Céleste il passa à l’Office des maisons louées où il fit chou blanc. Il traîna dans les rues du village de pêcheurs, flâna dans les boutiques de mode, revint poser au marbre de la table en terrasse du bistrot des cartes postales qu’il entreprit de remplir en sirotant un nouveau thé.

Exécuter ce cérémonial avait pour objectif de retrouver les petites musiques des scènes qu’il avait vécues depuis qu’il avait quitté Paris. Les violons parfois s’envolaient dans les aigus pour souligner le passage au-dessus de la Loire et Valentine qui avait klaxonné tout le long du pont de Nevers pour marquer sa joie d’être libre, jeune et heureuse. Un piano dans l’herbe évoquait de façon joyeuse le restaurant «Les Routiers» où ils avaient déjeuné, tels des nobles s’encanaillant, en compagnie de camionneurs baraqués ; du pauvre, forcément, le piano, avec des bretelles et des boutons pour soutenir le pantalon en accordéon. Un quatuor de clarinettes rappelait le jeu des quatre coins du cœur – et du cul ! – dans la maison de Raquel. Une flûte élégante et solitaire illustrait un certain regard tendre de la Licorne aux yeux de soie. Et puis, bien sûr, le silence au bas de la carte – un soupir, ça allait de soi ! – pour y écrire, avant de signer « Avec mon meilleur souvenir et toute ma sympathie ».

***

Jeu 67 de La Licorne plage

 Et puis le miracle des retrouvailles eut lieu. Sur le coup d’onze heures il se rendit à la plage où il y avait un monde fou. Il ôta ses souliers et ses chaussettes pour marcher pieds nus sur le sable au milieu des enfants, des ventres rebondis, des parasols, des coups de soleil, des ballons, des jeux de jokari et sa silhouette de bonne sœur à cornette devait, de loin, apparaitre aussi reconnaissable, incongrue et remarquable que celle de mon oncle Hulot, le fumeur de pipe à chapeau, sur la plage de Saint-Marc-sur-Mer.

Céleste et Odilon qui se chahutaient comme des mômes autour d’un matelas pneumatique Fina furent évidemment bien surpris de s’entendre héler par cette religieuse austère qui jurait dans le paysage en agitant une cage à oiseaux au-dessus de sa cornette. Intrigués ils sortirent de l’eau et s’approchèrent de la jaune laide nonne qui criait «Help !».

- Monsieur Marcel ? Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous avez viré travelo ?

- C’est à cause de l’oiseau. Il s’est réfugié dans le fond de la cage et il ne bouge plus.

- Et vous avez fait le voyage de Paris uniquement à cause de ça ? demanda Odilon. Peut-être bien qu’il est tout simplement crevé !

- Il n’y a pas de raison. Le voyage a été calme. La princesse de Sagan n’a pas conduit trop vite. Elle n’a jamais dépassé le 160 kilomètres à l’heure.

- 160 ? Il a dû faire une crise cardiaque dans un virage, voilà tout !

- Faites voir la cage, ordonna Céleste.

Elle ouvrit la porte de la petite prison, saisit le corps de Caliméro mais celui-ci se mit à battre des ailes, à voleter vers la sortie, empli de la joie d’entendre à nouveau la voix de sa maîtresse. Il trouva même le moyen de calter à l’air libre et d’aller se percher sur l’une de ses épaules afin de lancer des trilles énamourés aux oreilles recouvertes d’un bonnet de bain en caoutchouc blanc de Céleste.

Marcel restait abasourdi par ce passage de la catalepsie à un excès contraire mais finalement il était tout heureux de ce rendez-vous manqué de l’animal avec la mort.

***

Sur la route du retour, enfin débarrassé de son déguisement de nonnette en cornette et de l’oiseau capricieux qu’il avait laissé à ses maîtres après le repas au restaurant, il confia à Valentine disparue puis retrouvée ses sentiments intimes.

- Finalement, les oiseaux ne sont pas des cons. Celui-là a réussi à me manipuler et il s’est retrouvé là où il voulait aller, auprès de sa maîtresse, en vacances, à danser le twist à Saint-Tropez.

- Peut-être ! Peut-être, Marcel ! répondit la princesse de Sagan tellement plongée encore dans les brumes de l’alcool, l’ivresse des drogues et le souvenir de l’amour d’une seule nuit que par prudence elle ne roulait plus qu’à 140. Mais peut-être que les oiseaux sont des cons quand même : tu viens sans doute de faire la connaissance d’un canari homophobe !

Cela laissa Marcel muet jusqu’à ce moment du putain de camion où la conductrice dut faire une embardée afin de l’éviter et où la voiture finit sa course folle contre un platane (What else, in France ?).

Là il cria et se redressa en sursaut sur son lit. Il alluma sa lampe de chevet et lut «4 h 47» à sa montre.

A moitié soulagé, il remit le drap sur sa cage, s’agrippa des deux pattes au barreau et se rendormit tout heureux d’avoir survécu aussi au pire dans cet univers-là. Pour un peu il aurait siffloté la berceuse de Brahms dont il ne savait pas s’il l’aimait ou pas. Mais son organisme préféra ronfler comme un moteur de Ferrari.


Ecrit pour le jeu n° 67 de Filigrane (la Licorne) d'après cette consigne