03 février 2022

PRIERE

2122-18 Jean-Paul - Paysanb breton

Notre Paysan breton qui êtes aux cieux
Que votre biscuit Thé de Lu soit fête,
Que votre Rustica arrive !

Bénissez nos Amora
S’il Yoplait !

Danonez-nous aujourd’hui comme cuiller
Notre Boursin quotidien
S’il Yoplait !

Rendez-nous la clé du jardin de Jaffaden :
Cette histoire de Nesquik défendu
Ce n’était qu’un P’tit déli !
S’il Yoplait !

Depuis vous nous jugez boudez boudoir
Au Biovillage sans Plantation
Vous nous faites mauvaise réputation.

S’il Yoplait
Camembert Président,
Soyez un peu plus coulant !
Moins capricieux, les Dieux !

Notre Paysan breton,
S’il Yoplait ? 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 1er février 2022

d'après la consigne 2122-18 ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 13:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


02 février 2022

DEUX PORTRAITS D'INCONNUE

Portrait d’inconnue. 1

Père :                            un vent d’Eole
Mère :                          un attrait de Diane
Lieu de naissance :    au coeur de l’onde
Religion :                    collapsologie
Ecoles fréquentées : Institution Notre-Dame des miroirs du Ciel, Université de la surface des choses
Domicile :                   sans. Toujours en mouvement vers un bord de plage
Métier :                       mère porteuse d’esquifs en tous genres et de gais surfeurs
Loisirs :                       d’ordre théâtral. Joue le Capitaine Fracasse dans « L’Ecume des jours »
Nom :                          la vague

2021-08-12 - 285 15

***

Portrait d’inconnue. 2

Profession du père :      fabriquant de pastis
Profession de la mère : cueilleuse d’olives
Lieu de naissance :        quelque part en Provence
Religion :                         présentement hédoniste
Ecoles fréquentées :      essentiellement buissonnières
Domicile :                        à l’ombre d’un arbre
Métier :                            ambianceuse méditerranéenne
Loisirs :                            guitare et chant
Signe particulier :          possède une voisine acariâtre et surtout pas prêteuse

Nom :                               la cigale

AEV 1819-03 la-cigale-et-la-fourmi B

 

N.B. La caricature de l'auteur de ces deux poèmes en cigale de la fable est de Michel Hivert

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 1er février 2022

d'après la consigne 2122-18 ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 10:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

POÈME À CRIER DANS LES RUINES

- C’est aujourd’hui la fin, ô Jane ! » dit Tarzan
Tandis que les pumas piaillent dans les betteraves,
Que le volcan vomit fumerolles et laves
Jusque sur sa Jaguar garée sauvagement

Sous la cabane où ils vivaient au fil des jours.
- Je sors de mon appartement somptueux et je crie
Pour dénoncer ce crime odieux, cette infâmie :
Le fleuve est l’étranger et tu es mon amour

Mais rien ne reste plus de nous ! C’est ridicule :
Un gros serpent python, affamé, monstrueux
A fait repas de dingue au studio trente-deux :
Ce crétin a bouffé toute la pellicule ! 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 1er février 2022

d'après la consigne 2122-18 ci-dessous.

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-18 DU 1er FÉVRIER 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Agenda poétique

 

Nous continuons ce jour d'explorer "L'Agenda du presque poète" de Bernard Friot.
Choisissez parmi les dix consignes ci-dessous celles qui vous inspirent et écrivez un ou plusieurs petits - ou grands - poèmes ou textes poétiques.

 1) Ecrire un poème modeste : Ecrire en n’utilisant que les cinquante mots les plus fréquents de la langue française (on peut conjuguer les verbes) :

 le de un être et à il avoir ne je son que se qui ce dans en du elle au pour pas vous par sur faire plus dire me on mon lui nous comme mais pouvoir avec tout y aller voir bien où sans tu ou leur homme si deux 

2) Ecrire un poème pangramme : Ecrire un poème court dans lequel apparaissent les vingt-six lettres de l’alphabet

3) Ecrire un poème questionnaire : Ecrire sur ce modèle (on peut supprimer ou changer les questions) :

Père :
Mère :
Lieu de naissance :
Religion :
Ecoles fréquentées :
Domicile :
Métier :
Loisirs :
Signe particulier :

Exemple : 

Père : le marbre
Mère : la rose
Lieu de naissance : au fond de toi
Date : année sans année
Religion : l’océan quand il est domestique
(Alain Bosquet)

4) Ecrire un poème consumériste en y intégrant des noms de produits alimentaires ou d’entretien

 5) Ecrire un poème dont le titre est :

 Le fleuve est l’étranger et tu es mon amour - Triste petit train de vie - C’est aujourd’hui… - Je sors de mon appartement somptueux - Poème à crier dans les ruines – Rien - Dans cet arbre

 6) Ecrire un poème ne comportant que des noms (sans articles ni déterminant), des verbes à l’infinitif et des adjectifs

 7) Ecrire dans le noir : Fermer les yeux et laisser venir le premier vers. Ouvrir les yeux et le noter. Refermer les yeux et laisser venir le second. Etc.

 8) Ecrire un poème hypothétique : tous les verbes sont au conditionnel.

 Exemple : Il y aurait un homme, n’importe quel homme, moi ou un autre sinon il n’y aurait rien (Paul Eluard)

 9) Ecrire un poème futuriste : Tous les verbes sont conjugués au futur.

 10) Ecrire un poème impératif : Tous les verbes sont à l’impératif.
Ex. : Marrez-vous d’la bobine / Courez comme un pou sur le parchemin ! / Ayez un type pas net ! (Christian Prigent) 

 

Posté par Joe Krapov à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2022

LE VOYEUR ET LE COUPLE ROYAL

La fin de l’humanité vient de débuter. En fait non. C’est la fin du séjour du roi Louis XVI au sein de l’humanité qui vient de commencer. Est-ce sa passion pour la reine Marie-Antoinette qui lui a fait perdre la tête ? Son temps sur terre a été raccourci contre son gré. Un peu brutalement, même.

2122-17 JK - marie-antoinette-45624

Mais tout n’est pas dit dans ce préambule. Il y manque certainement la référence à la pop-culture des années 2000. Messieurs Isaac et Malet, historiens scolaires du début du XXe siècle, ne pouvaient pas imaginer les dégâts que l’industrie cinématographique hollywoodienne provoquerait dans nos représentations. Ils avaient certes connu Alexandre Dumas qui s’accordait le droit de « violer l’histoire à condition qu’on lui fît de beaux enfants ».

J’ouvre ici une parenthèse : qu’attend donc Madame Dièse-Mitou pour faire mettre au pilori ou au pilon les billevesées machistes que le fils du général faisait écrire à son nègre Auguste Maquet ? Sexiste et colonialiste-esclavagiste en plus ! Je referme la parenthèse.

Malet et Isaac, donc, ne pouvaient pas savoir que Sofia Coppola, la fifille à son papa, donnerait à la plus étrangère des reines de France les traits aussi juvéniles que délicats de Mademoiselle Kirsten Durst. Tant pis pour la vérité historique ! Un bonbon de sortie d’école, ce n’est pas de la grande confiserie mais c’est très plaisant parce qu’instantané. Quand on dit « Marie-Antoinette », maintenant, on voit Kirsten Durst.

***

Une fois mort, Louis XVI, décollé, a décollé vers le Ciel en emportant sa tête sous son bras. C’est ça, l’avantage de croire en Dieu ou au diable. Après le trépas on se retrouve au Paradis ou en enfer.

Pour lui, ça a été le Paradis. Saint-Pierre l’a accueilli avec un grand tube de Seccotine et il a recollé la tête sur les épaules du monarque « N’a qu’une flèche ». « N’a qu’une flèche » c’est là le petit nom que la princesse autrichienne donnait à son Loulou chéri, on ne sait trop pourquoi mais on croit deviner.

***

Le Paradis est un village dans les nuages. Un genre d’EHPAD ou de motel ou de camping des années 2000 avec un bungalow pour chacun et chacune. Oui, parce que tous les couples, même les plus unis, y font chambre à part et mènent vie collective. N’y ont accès que des célébrités terrestres. Pourquoi ? Je ne sais pas. Si vous voulez des explications détaillées, désolé, ce n’est pas l’objet de ce livret.

Les bienheureux sont tous habillé de blanc, ils ont des ailes dans le dos, ils s’appellent « mon ange » et ils n’ont plus de sexe. Et voilà pourquoi ils font chambre à part !

Parce que la gourmandise est un vilain défaut et parce que la gastro est une maladie chiante on ne mange plus non plus et on boit encore moins. Dieu et sa bande veulent bien vous assurer l’immortalité de l’âme mais s’il faut livrer des pizzas où supporter des odeurs de fast-food, c’est non.

Ce n’est pas mal étudié, en fait. Les gens qui sont là ont suffisamment vécu d’aventures sur terre pour pouvoir, en toute cordialité, se les raconter les un·e·s aux autres. Et comme il y a des gens de toutes les époques, c’est intéressant. Il se crée des liens d’amitié surprenants.

Carlos Gardel et Sarah Bernhardt, par exemple, sont devenus très copains. Il lui a fait découvrir la musique argentine sur laquelle elle vibre comme ce n’est pas permis. Lui jouer un tango est irrésistible. Il faut voir comme elle secoue sa jambe de bois.

Évidemment, ça n’a pas beaucoup plu à Dieu qu’Astor Piazzola soit venu leur fredonner ses mélodies. Parce que Dieu est mélophobe : il déteste la musique. Il n’y a pas un seul piano, aucune trompette, pas le moindre tambour dans tout le paradis. Encore moins de bandonéon.

***

Que pensez-vous qu’un imbécile ferait dans ce monde-là ? Dans un univers de culture, de tolérance et d’empathie comme celui-là, Louis XVI, au début, a joué les bégueules. Se mêler à ces plébéiens dont la plupart sont, Dieu seul sait pourquoi, des républicains, trop peu pour lui ! Il est venu toquer tous les jours à la porte de Saint-Pierre.

- Kèkvouvoulez ? a demandé le concierge.

- C’est possible de redescendre sur terre ?

- Non !

- C’est possible d’avoir un atelier de serrurerie ?

- De la serrurerie ? Pour quoi faire ? On ne ferme pas les portes ici à part la grande de l’entrée.

- Je m’ennuie comme un rat mort. J’aimerais m’occuper les mains en bricolant un petit peu.

2122-17 consigne BartholdiIl l’a tellement tanné jour après jour que l’autre a cédé. Il avait déjà concédé par le passé un atelier de sculpture à Bartholdi qui y construisait une réplique de la statue de la Liberté.

Comme la nouveauté attire les curieux et comme tout est toujours ouvert au Paradis, des bienheureux sont passés voir ce que Louis traficotait. C’est comme ça que Loulou est devenu pote avec le docteur Petiot.

Mince alors ! Vous croyez que c’est possible, ça, vous ? Le docteur Petiot est au Paradis !

Ca doit être comme les 7 % de pertes humaines auxquelles l’armée français a droit. Il doit y avoir un pourcentage d’erreur ou un gros bug dans le logiciel Parcoursup du Purgatoire. Ou alors ils n’ont pas voulu de lui en Enfer. Toujours est-il que ces deux-là sont devenus copains comme cochons. Et « cochons », c’est le mot qui convient.

2122-17 JK - 51WN5l4cZkLPetiot a montré à Loulou les pamphlets qui ont été écrits, en son temps, sur l’Autrichienne et que l’on cachait alors, bien entendu, aux yeux de Sa Majesté. Rien de ce que fait le couple royal ne lui échappe, à la presse et au monde du ragot dont le docteur est si friand que ça confine au voyeurisme. Et savez-vous ? Ca fait bien plaisir à Louis XVI de découvrir qu’on prête à Toinette des turpitudes auxquelles elle ne s’est jamais livrée, en tout cas pas avec lui.

On a beau ne plus avoir de sexe, la littérature érotique de dessous le manteau, ça fait encore de l’effet, au moins aux serruriers et aux pervers.

***

Mais depuis quelque semaines, il se passe quelque chose de bizarre au paradis. Petiot et Louis XVI ont installé une serrure et plus personne ne peut entrer dans leur atelier. Comme tout le monde ici ils sont en manque de documentation et le gars qui vient livrer des vieilles revues et des livres à la bibliothèque n’assure plus la liaison avec le monde d’en bas. Il paraît qu’ils ont chopé un méchant virus sur Terre. A la réception, Saint-Pierre se plaint d’être débordé.

Les deux psychopathes en liberté s’en fichent, ils ont prévu de réagir. Sait-on jamais à quoi rêvent les pions ! Ces deux-là ont un projet : construire une chatière à la porte du Paradis et se barrer. Ne serait-ce que pour aller une fois au moins dans un cinéma voir Kirsten Durst interpréter Marie-Antoinette !

2122-17 JK - marie-antoinette-gq-1540995370_0

 Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 26 janvier 2022

d'après la consigne 2122-17 ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 15:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-17 DU 25 JANVIER 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

La Chatière de la porte du Paradis

 

Choisissez parmi les formules ci-dessous celle qui sera le titre de votre texte :

La colère comme bonne conseillère
Un psychopathe en liberté
A quoi rêvent les pions ?
Espoir, désespoir et volupté
Croire en Dieu ou au diable
Placer la beauté avant la victoire
Y a-t-il une chatière à la porte du paradis ?
La fin de l’humanité
Le voyeur et le couple royal

Insérez dans ce que vous allez écrire au moins trois des formules suivantes :

Mange, c’est bon pour toi !
Lui jouer un tango est irrésistible.
Mais tout n’est pas dit.
L’instinct du chasseur.
Une délicate et discrète décapitation dont je me délecte d’avance.
J’arrive alors au bord du gouffre.
La gourmandise est un vilain défaut.
On ne réfléchit pas quand on charge des tanks à la baïonnette.
Voir un mort-vivant sortir de sa tombe.
Je la savoure avec luxe, calme et volupté.
N’importe quoi, même « Pan ! Pan ! » avec la bouche.
Je commence à respirer même si ce n’est que d’une narine.
Si vous voulez des explications détaillées, désolé, ce n’est pas l’objet de ce livret.
Un troisième cavalier !
Il y avait comme un soleil qui brillait dans mon cœur.
Que pensez-vous qu’un imbécile ferait ?
Et elles font ça plutôt bien, non ?
Un bonbon de sortie d’école, ce n’est pas de la grande confiserie mais c’est très plaisant parce qu’instantané.
Rien de ce que fait le couple royal ne lui échappe.
Mince alors !
Vous croyez que c’est possible ?
Successivement enthousiaste et dépressif, décidément le fou est... fou !
La fin de l’humanité vient de débuter.

Vous pouvez également vous inspirer de cette image si cela vous est utile :

2122-17 consigne Bartholdi

Posté par Joe Krapov à 13:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2022

POÉSIE DE JANVIER

5_Im6

 

L’hiver s’en vient dans les maisons
Sortir de ses blagues de givré
Le vieux tabac de la grisaille
Et cela dure des semaines.

On est piégé. 

5_Im8

 

Quand vient l’horrible saison froide
Même l’alouette y laisse des plumes.
Pierrot qui passe
En ramasse une
Puisqu’au clair de la lune
Son voisin le distrait a égaré la sienne.

 

 Au chaud, dans le plus grand secret
Les buffets se régalent des sachets de lavande,
Des albums de photos et porcelaines rares
Ou des habits de deuil que l’on y entrepose.

3_Im6Où trouver le courage ?
Se lever au matin sans ramasse-poussière
C’est perdre assurément les débris des étoiles
Qui sont venues la nuit
Illuminer nos rêves.

Dans le geste d’écrire ?
On a beau tendre son cahier
Tel un miroir au monde
Rien ne s’y réfléchit,
Rien ne s’écrit dedans.
On ferait mieux sûrement
De tendre une tablette,
De ramener des photos du ciel
Ou de l’immeuble d’en face.

Peut-être, sur le cahier,
Fallait-il appuyer quelque part ?

En attendant, oui, j’écris.

S’il fallait mettre son espoir dans le Seigneur
Alors j’ai tout raté.
J’ai juste pour ma part
Mis un pied devant l’autre
Et rencontré l’humanité
Et même aussi parfois L’Humanité-dimanche !

Mais, c’est vrai, rien n’est simple.
La complicité avec le poète
Ne s’établit pas en un clin d’œil :
Ce voyant est peut-être un voyou
Et ce dévoiement du langage
Un désert empli de cailloux !

Sous le pavé de sept cents pages
S’étend peut-être juste
Une plage de nudistes
A l’oeil terne,
A la joie éteinte :
Des fracassés loquaces
Et inintéressants.

Qui décide que les pavés brillent ?
La pluie passagère ?

Ecrire, est-ce poursuivre
Des visions ?

1_Im2
Des êtres de légende, la plus inaccessible

Et la plus honorable parmi les homicides,
Chimère,
N’a d’yeux que pour Rodrigue
Et lui baye aux corneilles !

 

 

Trouve-t-on la joie au tourner du temps ?

Concert de nouvel an à Vienne :
Le gai tourbillon de la valse
N’enchante pas le musicien.
L’œil rivé sur sa partition,
Il procède à l’exécution,
Sans cesse menacé d’une réprimande
Par la baguette autoritaire du chef d’orchestre.

Alors on rentre se réchauffer
Et sans cérémonie
- On n’est pas au Japon -
Vers cinq heures on prend le thé.

220119 cabaret vert

Seulement une chose est sûre :
Désormais je n’entrerai
Que dans des cabarets à la façade verte
Et si en lieu et place d’une serveuse accorte
C’est un barman aigri qui apporte
Mon sandwich au jambon
Je lui enverrai ma bière au visage !

Hiver !
Saison d’enfer !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 18 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-16 ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-16 DU 18 JANVIER A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Dictionnaire en désordre

 

Choisissez un bloc de douze mots dans les tableaux ci-dessous. Recopiez chacun d’eux sur un bout de papier au format 10,5 x 14,8 cm. (une feuille A4 coupée en quatre).

Pour chacun des mots, sur cette feuille, écrivez une phrase d’allure poétique dans laquelle ce mot est obligatoirement utilisé. N’ayez aucun souci de continuité en passant d’une feuille à l’autre. 

fontaine éclaircie étranger amoureux
oiseau musée épave itinéraire
nuages fraisiers forêt vivant

 

cabaret pavé Clin d’oeil espoir
tourbillon alouette miroir secret
matin chimère semaine thé

 

colchiques palais crépuscule voyageur
porte saltimbanques brasier neige
dame automne cheval sapins

 

peintre valse novembre clairière
insoumission caresse Ecole buissonnière nocturne
almanach mémoire mélodie archer

 

éternité soif rivière exil
angelot Paris fête bateau
fleurs soeurs mains Vénus

 

Lorsque cette opération est terminée mélangez les morceaux de papier puis composez un texte en assemblant ces douze fragments. Vous pouvez les ordonner à votre guise, ajouter et supprimer librement dans tout ce matériau.

2122-16 Dictionnaire en désordre


Consigne tirée de "L’Agenda du presque poète" de Bernard Friot (page du 19 mai).
Mots empruntés à Jacques Prévert, Paul Verlaine, Guillaume Apollinaire, Charles Cros et Arthur Rimbaud.

Posté par Joe Krapov à 11:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2022

LE CHAT NOIR

 Il y a grand monde au cabaret
Pour présenter ses meilleurs vœux
Aux jeunes mariés très heureux.

C’est ici qu’on cherche fortune
Lorsque la lune est plus sereine ;
Aristide a trouvé la sienne !

Elle est jolie, s’appelle Blanche
Et la semaine et le dimanche
Elle rend la vie plus amène.

De ce bouge un peu dégueulasse3_Im1
La gamine a fait un palace
Et l’enrichit de ses chansons.

On n’reconnaît plus l’Aristide :
Le Bruant devenu timide
Est tout aux soins de sa poupée.

Elle a fleuri d’amour en cage
«Le Chat noir» et tous ses parages :
Les fleurs embaument le quartier.

Le chat, sur l’enseigne, est inquiet :
Voilà le petit canari
Qui parle de quitter Paris !

Se pourrait-il que d’aventure
On transborde en sous-préfecture
Son populaire paradis ?

Il sait qu’il y mourrait d’ennui
Alors, patiemment, il attend
Que dans la nuit noire monte un chant

Du genre, forcément alléchant
Pour son museau, :
« Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux... ».

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 11 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-15 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

LA PRINCESSE JAUNE

3_Im2

- Il me vient une idée »
A dit la princesse jaune.

Mon tout petit pays,
Entouré de royaumes ennemis,

Peut faire à tout moment
L’objet d’une invasion.

Réunissons les rois,
Carreau, Coeur, Pique et Trèfle.

Enseignons-leur le goût
De lutter pour des nèfles.

Promettons-leur
Que je serai le prix
Que je serai la proie
De choix
Du vainqueur
D’un tournoi. ».

Ils sont venus, ils sont tous là.
Elle leur a expliqué toutes les règles.
Elle a donné toutes les cartes
Elle a servi le vin de Sarthe
Et depuis, jour et nuit, ils jouent à la belote
En descendant Jasnières et Coteau-du-Layon.

Elle vient le matin
Dans la chambre de chacun
Voir si dans leur culotte
Traîne encore un dragon,
Histoire de redonner
A ce carré de rois
La force de rêver,
En clamant « Dix de der !»,
Qu’ils l’auront à jamais
Pour soi seul.

Elle se fend la gueule :
Pendant ce temps qu’ils jouent
Et descendent des verres,
Ils ne font pas la guerre !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 11 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-15 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,