12 janvier 2022

LE CHAT NOIR

 Il y a grand monde au cabaret
Pour présenter ses meilleurs vœux
Aux jeunes mariés très heureux.

C’est ici qu’on cherche fortune
Lorsque la lune est plus sereine ;
Aristide a trouvé la sienne !

Elle est jolie, s’appelle Blanche
Et la semaine et le dimanche
Elle rend la vie plus amène.

De ce bouge un peu dégueulasse3_Im1
La gamine a fait un palace
Et l’enrichit de ses chansons.

On n’reconnaît plus l’Aristide :
Le Bruant devenu timide
Est tout aux soins de sa poupée.

Elle a fleuri d’amour en cage
«Le Chat noir» et tous ses parages :
Les fleurs embaument le quartier.

Le chat, sur l’enseigne, est inquiet :
Voilà le petit canari
Qui parle de quitter Paris !

Se pourrait-il que d’aventure
On transborde en sous-préfecture
Son populaire paradis ?

Il sait qu’il y mourrait d’ennui
Alors, patiemment, il attend
Que dans la nuit noire monte un chant

Du genre, forcément alléchant
Pour son museau, :
« Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux... ».

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 11 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-15 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


LA PRINCESSE JAUNE

3_Im2

- Il me vient une idée »
A dit la princesse jaune.

Mon tout petit pays,
Entouré de royaumes ennemis,

Peut faire à tout moment
L’objet d’une invasion.

Réunissons les rois,
Carreau, Coeur, Pique et Trèfle.

Enseignons-leur le goût
De lutter pour des nèfles.

Promettons-leur
Que je serai le prix
Que je serai la proie
De choix
Du vainqueur
D’un tournoi. ».

Ils sont venus, ils sont tous là.
Elle leur a expliqué toutes les règles.
Elle a donné toutes les cartes
Elle a servi le vin de Sarthe
Et depuis, jour et nuit, ils jouent à la belote
En descendant Jasnières et Coteau-du-Layon.

Elle vient le matin
Dans la chambre de chacun
Voir si dans leur culotte
Traîne encore un dragon,
Histoire de redonner
A ce carré de rois
La force de rêver,
En clamant « Dix de der !»,
Qu’ils l’auront à jamais
Pour soi seul.

Elle se fend la gueule :
Pendant ce temps qu’ils jouent
Et descendent des verres,
Ils ne font pas la guerre !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 11 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-15 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

ZODIAQUE


7_Im1
- On a coupé la montre en douze
quartiers égaux.

- Si t’as cinq minutes je t’explique !

On a coupé le ciel en douze
signes zodiacaux.

- Si t’as cinq minutes je t’explique !

On se souvient d’Hercule
Et de ses douze travaux.

- Si t’as cinq minutes je t’explique !

- On a mis douze mois dans l’année
ça vaut ce que ça vaut.

- Si t’as cinq minutes je t’explique !
Mais si tu fais tourner à rebrousse-temps la montre
On arrivera au temps de notre non-rencontre
Et tout repartira dans le même non-sens
Alors, sois gentille :
Rends-moi les aiguilles,
Retourne le cadran,
Allons de l’avant !

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 11 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-15 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

UN SOIR UN TRAIN

5_Im1

Moi je t’offrirai la Belgique,
Une île de fantaisie
Dans une pluie de perles !

Des gens qui restent-là
Quand passent les Teutons !

Des sages qui font tout
Pour ne pas perdre le Nord !

Des Flamandes qui dansent
En silence !

Même quand le train a déraillé
Et que la musique s’est arrêtée !

 



Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 11 janvier 2022

à partir de la consigne 2122-15 ci-dessous

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-15 DU 11 JANVIER 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Dixit

 

Voici trente six jolies cartes d'un jeu nommé Dixit, récupérable en partie ici.

Le jeu original consiste à faire retrouver à ses adversaires une carte qu'on a choisie, mêlée à d'autres, en leur donnant une phrase-indice relativement ambiguë : il ne faut pas en effet que tous les joueurs la retrouvent ni non plus que personne ne la retrouve sinon on ne marque pas de points.

Nous y avons joué un peu ce soir, le temps de récupérer dix de ces formules-devinettes :

- Pour ne pas perdre le Nord
- Moi je t'offrirai la Belgique
- Il me vient une idée
- C'est ici qu'on cherche fortune
- Un amour de Mouloudji
- Meilleurs voeux
- Rêver
- Bercer
- Le marché de Cherbourg
- La musique s'est arrêtée

Il vous est demandé de choisir entre une et six de ces illustrations et d'écrire ce qu'elle ou elles vous inspire(nt) en incluant deux des formules ci-dessus dans votre texte.

Vous pouvez cliquer sur chaque image pour l'agrandir

 1_Im0

 1_Im1

 1_Im2

 1_Im3

 1_Im8

 1_Im5

 1_Im6

 1_Im7

 1_Im4

 3_Im0

 3_Im1

 3_Im2

 3_Im3

 3_Im4

 3_Im5

 3_Im6

 3_Im7

 3_Im8

 5_Im0

 5_Im1

 5_Im2

 5_Im3

 5_Im5

 5_Im4

 5_Im6

 5_Im7

 5_Im8

 7_Im0

 7_Im1

 7_Im2

 7_Im3

 7_Im4

 7_Im5

 7_Im6

 7_Im7

 7_Im8

Posté par Joe Krapov à 12:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


05 janvier 2022

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 68, Apocopes

99 dragons 68 woodcut-st-george-slaying-the-dragon

Les cassoces de la cambrousse sont venus se plaindre au surgé. Ca gueule en stéréo dans les couloirs du castel : pas besoin d’ampli ni de micro quand les pros de la réclame viennent en faire des kilos côté manif à propos de l’actu déplaisante. Ils font autant de barouf qu’un rhino qui aurait chopé une rhino, qu’un Béru qui souffrirait d’une blenno.

Bref, le roi leur a accordé une audience et voilà les prolos de la bouse avec leurs pieds dégueus et leurs fourches brandies qui abîment le lino de son living.

- On l’a chopé en flag, majesté ! Et c’est pas une hallu ! Une espèce de dino qui taille des bifs commaques dans nos pauvres agneaux ! Il sort des flammes de son goulot et de la fumée de ses naseaux, pire qu’une loco ! S’il ne venait que pour l’apéro, encore mais c’est la cata ! Barbeuc trois fois par jour ! Y’aura bientôt plus rien dans nos frigos ! Il prend nos prés pour son resto ! Y bouffe toute notre prod, cet affreux jojo ! C’est pas réglo ! Or il est prévu dans le règlement de la commu ou dans les statuts de l’asso, quelque part, que dans ce cas de figure vous envoyez l’armée attaquer le machin au démonte-pneu. C’est-y pas vrai ?

- Vous avez raison, pas besoin de vérif, c’est bien à moi de faire le shérif ! a concédé le monarque. Y’a pas photo, tout est réglo. Je lui mets la brigade des stups aux fesses ! Rentrez vous confiner chez vous, d’ici peu on aura alpagué ce gaucho toxico. J’envoie les paras !

***

99 dragons 68 guy-de-lisleC’était une belle démo de discours démago, d’intox digne de « Bourrage de mou-hebdo ». Il a fait venir illico celui des ses collabs qui était chargé de la soldatesque et donc de la sécu du royaume. C’était un colon baraqué qui faisait de l’haltéro mais pesait peu de poids face à ses feignants de sous-offs alcoolos qui ne tenaient pas leur troupes abonnées à jamais à la glande en transat.

- Encore cette saleté de redif avec le dragon folklo ? Mais c’est de la provoc ! On l’a déjà lu soixante fois, votre poly, cher dirlo ! Vous savez bien que personne chez nous n’est cap d’aller fabriquer un sac en croco avec le cuir de ce bestiau ! Faudrait être pété du transfo pour aller affronter ce Yougo ! Vous savez quelle est ma philo ! Nos bidasses ont beau clamer partout qu’ils sont hétéros, ce ne sont que des petits pédés qui font de la gym et de la muscu en collant fluo. Il n’y a guère qu’en matière de petits bisous dans le cou qu’ils sont pour le développement du rab !

- Votre discours de beauf est limite homophobe, mon colon ! Ce n’est donc pas la peine que je promette la main de ma fille en récompense ?

- Votre mijaurée est en promo ? Peu leur chaut à mes zigs ! Ne jouez pas au proxo, sire ! Ces fils de putes de simili-Apaches des fortifs n’aiment pas les greluches ! Nulle envie de nympho ou de reine du porno pour ces accros à la gonflette. Puisque je vous dis qu’ils sont homos ! Et puis on le connaît bien votre numéro de saxo. Cette histoire de dragon libyen , c’est juste de la pub pour ces mythos de cathos ! Un plan com’ des jèses pour mettre un coup de projo sur leur secte. Moi je ne suis pas fan de cette équipe de romanos masos. Appelez donc plutôt Moers au labo !

***

Saint-Georges 68

Et voilà pourquoi, une fois encore, le seul véto dispo chargé de faire la piquouse à la bête s’appelle de nouveau Saint-Georges. Extra, le scénar ! Le roi de la récup sort du service de repro avec un scan du contrat et le voilà, tout armé, tout brillant dans son armure en alu, qui sort sa seringue pleine de Pfizer et s’en va allonger Toto ! Il le connaît par coeur, à force, le tuto !

C’est le grand jeu de la colo, la super soirée diapos, avec le gentil mono déguisé en héros bobo, genre ancien des Bat’s d’Af mais à tronche d’intello sympa qui connaît plus de mots du dico. Et le voilà qui part à l’assaut du vilain coco, qui tranche dans le vif et il y a du sang, du vomi, de la gastro, pas du ketchup ou de la mayo, du vrai de vrai de meurtre, pas de la simu comme au ciné pour les ados ! Il va lui défoncer le postère, l’envoyer en réa à Pontchaille ou plutôt ad patres parce qu’il y a déjà trop de populo à l’hosto ! Pisse ton sang, fais la jaillir, ta rose rouge, puis disparais, l’antiquaille !

Fin du doc ! Rien de neuf dans la bio ! Passe ton bac d’abord, mon dino, puis de vie à trépas, à crédit et en spéléo !

D’ailleurs l’exo est fini, vous pouvez poser vos stylos et rêver de poupées plus sympas, avec soutif ou pas, sur la plage d’Apocopacabana !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 4 janvier 2022

d'après la consigne 2122-14 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-10 DU 4 JANVIER 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

 Apocopes  



2122-14 ApocopeUne apocope, du grec apokoptein/ἀποκόπτειν («retrancher»), est une modification phonétique, parfois utilisée comme figure de style, qui se caractérise par l'abréviation du mot complet, en gardant uniquement son ou ses premiers phonèmes ou syllabes, par exemple « auto » pour « automobile. (Wikipédia)

Insérez un maximum des abréviations ainsi obtenues dans un texte dont l’action ne se situe pas de nos jours (récit historique, conte poème ou légende).  

accu pour accumulateur actu pour actualité ado pour adolescent agglo pour agglomération ou agglomérés
alu pour aluminium amphi pour amphithéatre ampli pour amplificateur anar pour anarchiste apéro pour apéritif appart pour appartement appli pour application astro pour astronomie, astrophysique archi pour architecte ou architecture asso pour association auto pour automobile bac pour baccalauréat basket pour basket-ball bi pour bisexuel
bio pour biologique, bob pour bobsleigh
cap pour capable cardio pour cardiologue cata pour catastrophe catho pour catholique chimio pour chimiothérapie ciné pour cinéma chrono pour chronomètre claustro pour claustrophobe clim pour climatisation coco pour communiste collab pour collaboration collabo pour collaborateur colo pour colonie de vacances coloc pour colocation ou colocataire colon pour colonel commu pour communauté conf pour conférence
conso pour consommation covoit pour covoiturage ou covoitureur
croco pour crocodile dactylo pour dactylographe
deg pour dégouté
dégueu pour dégueulasse démo pour démonstration dermato pour dermatologue diapo pour diapositive dico pour dictionnaire diff pour différence dirlo pour directeur dispo pour disponible ou disponibilité
doc pour docteur ou document ou documentaire dupli pour duplication éco pour économie ou écologie 
écolo pour écologiste
exo pour exercice écrit expo pour exposition extra pour extraordinaire
fac pour faculté (éducation)
fan pour fanatique flag pour flagrant délit fluo pour fluorescent
folk pour folklorique musical
folklo pour folklorique, dans le sens excentrique foot pour football frigo pour frigorifique gastro pour gastro-entérite gaucho pour gauchiste géo pour géographie gym pour gymnastique
hallu pour hallucination
hand pour hand-ball
haltéro pour haltérophilie hebdo pour hebdomadaire hélico pour hélicoptère hétéro pour hétérosexuel homo pour homosexuel
indé pour indépendant imper pour imperméable (vêtement) info pour information ou informatique
intello pour intellectuel
kart pour karting
kilo pour kilogramme
kiné pour kinésithérapeute
Libé pour Libération
loco pour locomotive
lino pour linoleum magnéto pour magnétophone ou magnétoscope maso pour masochiste maths pour mathématiques mayo pour mayonnaise mecano pour mécanicien
mégalo pour mégalomane météo pour météorologie métro pour métropolitain micro pour microphone ou micro-ordinateur mono pour moniteur enseignant ou son monophonique
moto pour motocyclette muscu pour musculation
nimp pour n'importe quoi nympho pour nymphomane ophtalmo pour ophtalmologue ordi pour ordinateur
ostéo pour ostéopathe
para pour parachutiste
pédé pour pédéraste
perm pour permission ou permanence philo pour philosophie phono pour phonographe photo pour photographie pola pour polaroid polio pour poliomyélite poly pour polycopie porno pour pornographie pneu pour pneumatique pro pour professionnel prod pour production promo pour promotion prof pour professeur prolo pour prolétaire provoc pour provocation pub pour publicité radio pour radiographie ou radiophonie réac pour réactionnaire récré pour récréation scolaire
redif pour rediffusion d'émission audiovisuelle
ref pour référence réglo pour réglementaire repro pour reprographie restau ou resto pour restaurant récup pour récupération d'objet rhino pour rhinocéros ou rhinopharyngite saxo pour saxophone scan pour scannérisation sécu pour sécurité sociale simu pour simulation sous-off pour sous-officier spéléo pour spéléologie sténo pour sténographie
stéréo pour son stéréophonique stup pour stupéfiant stylo pour stylographe surgé pour surveillant général sympa pour sympathique synthé pour synthétiseur taxi pour taximètre télé pour télévision ou téléobjectif3 tram pour tramway trans pour transsexuel ou transgenre transat pour transatlantique transfo pour transformateur vélo pour vélocipède vidéo pour vidéophonie volley pour volley-ball yougo pour yougoslave  

Posté par Joe Krapov à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 décembre 2021

SOUS LA PLUIE

210722 Nikon 082 recadrée

Ils me plaisent bien, ces deux-là ; je leur adresse mes vœux muets de bonheur tandis qu’ils tournent dans la rue Dupuis, pressent le pas sous l’averse qui éclate.

Et puis non, tiens ! Je vais aller leur dire tout de go qu’ils ont raison de s’aimer malgré les bonnes sœurs qui vous confisquent « Madame Bovary », malgré les curés qui mettent Emile Zola à l’index et l’index où il ne faut pas, malgré les talibans et les pétainistes.

Alors moi aussi je tourne dans la rue Dupuis et là j’ai la surprise de ma vie ! Je ne suis plus à Paris, je suis au Japon ! Les enseignes pleines d’idéogrammes clignotent, se reflètent dans les flaques. La pluie a constellé mes lunettes de gouttes qui me donnent une perception hamiltonienne du dépaysement soudain. Et malgré cela, le couple de jeunes gens, je l’identifie : c’est Pierre et Manon !

Qu’est-ce qui est arrivé à la rue Dupuis ? Suis-je tombé avec elle dans une faille spatio-temporelle ? Est-ce parce que j’ai mentionné David Hamilton, photographe des années 70 assez flou en son centre et peut-être pédophile sur les bords que je me retrouve entouré de Renault 16, de DS 19 et de Simca 1000 dans un Japon de pacotille ?

Et si Pierre et Manon ont vingt ans, est-ce que j’ai moi aussi retrouvé cet âge-là ? Pierre est né juste un jour avant moi. Un coup d’oeil dans une boutique de miroiterie me le confirme. J’ai sur mon nez mes premières lunettes à monture d’écaille, je suis coiffé avec cette raie à gauche dans les cheveux et cette mèche qui tombe sur l’oeil droit, je porte encore un pull à bandes horizontales et un K-Way vert franc sur un jean en velours. Il manque juste le sous-pull à col roulé mais c’est parce que le pull l’est déjà, à col roulé.

Par contre, dans la tête, je le sens bien, je suis toujours le même vieux crabe qu’en 2021 ! Est-ce que j’ai le droit, du coup, de m’approcher de mes anciens amis et de leur dire ce que je sais de leur avenir ?

Me croiront-ils seulement ? Sous le parapluie, le couple arrêté échange des baisers quasi-clandestins. Si je les préviens de ce qui les attend, je me demande si Pierre et Manon iront sur leur île grecque, s’ils y vivront un jour d’amour et d’eau fraîche et puis, à force d’y retourner tous les ans, d’autres jours de reproches et d’engueulades jusqu’à leur rupture définitve avec des mots cruels et aucun retour en arrière possible pour eux.

Ils ont repris leur marche à pas rapides. La fatigue commence à alourdir les miens. Je m’élance derrière eux, les rejoins, dégoulinant de pluie. Je tape sur l’épaule de Pierre.

Ce n’est pas Pierre, ce n’est pas Manon. Ce sont deux Japonais ! Je m’excuse en agitant stupidement les mains et en répétant plusieurs fois « Sorry ! Sorry ! ».Visiblement ils ne comprennent rien à la situation puis ils sourient et vont s’abriter sous le dais trempé d’un hôtel de luxe.

Que faire ? Que faire d’autre pour ne pas avoir l’air d’un con « lost in translation » sans aucune Scarlett qui me réconforte d’une présence et me nourrisse d’espoirs inavouables ?

Oui, c’est ça, disparaître, poursuivre mon chemin et tourner à droite pour me trouver hors de leur vue. Et la première à droite, justement, c’est encore autre chose.

La jeune femme qui marche dans la rue Saint-Martin avec les gestes encore gauches de l’adolescence possède de grands yeux naïfs, prompts à s’émerveiller. Elle aussi, je la connais. C’est la marquise de B***, elle a trente ans, le teint frais, le nez court, les yeux noirs. Elle préfère l’été à l’automne et les remords aux regrets.

210722 Nikon 049 recadréeIl n’y a plus d’enseignes japonaises ici mais des maisons à colombage, une atmosphère de ville de province. Au bout de la rue on aperçoit la mer. En bordure de plage une oriflamme arbore au vent les deux lions jaunes sur fond rouge qui symbolisent la Normandie. Trouville ! C’est parfait, ça va me rafraîchir ou plutôt me sécher. Déjà il ne pleut plus et la rue Dupuis n’est plus qu’un lointain souvenir. Je rejoins ma jeune épouse. Nous sommes mariés depuis une semaine. Tout va très bien avec Madame la marquise ! La voilà, mon île grecque à moi !

Si je veux perpétuer cet état de bonheur, je sais ce qui me reste à faire : oublier l’avenir et ne plus jamais tourner dans une rue à droite !

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 14 décembre 2021
d'après la consigne 2122-13 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 17:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-13 DU 14 DÉCEMBRE 2021 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Petit éloge des vacances

 

2122-13 Consigne - Petit éloge des vacances

C'est le titre d'un court recueil de nouvelles sur le thème des vacances. Il est dû à la plume de Frédéric Martinez.

L'animateur à relevé le titre, la première phrase et la dernière phrase de neuf d'entre elles.

A vous de jouer avec ces éléments.

Facultatif : vous pouvez (ré)utiliser les illustrations de la consigne précédente "Scrabble à Cléder" si elles vous inspirent. 

 

Titre

Première phrase

Dernière phrase

Passantes

— Où partez-vous ?

Rien ne sert de partir quand on ne sait plus voir.

Nostalgie du mardi soir

La jeune femme qui marche dans la rue Saint-Martin avec les gestes encore gauches de l’adolescence possède de grands yeux naïfs, prompts à s’émerveiller.

La parenthèse heureuse s’ouvrait dans la voiture où m’attendait mon grand-père et tandis que défilaient derrière les vitres de la Simca les immeubles et les maisons de la banlieue sud, je m’apprêtais à boire jusqu’à la dernière goutte ce concentré de vacances.

Une évasion

Une évasion désigne une fuite hors d’un endroit déterminé, le fait de s’échapper d’une prison pour un détenu.

C’est plus facile que ce qu’il pensait ; le voici déjà entre ciel et terre.

Sous les arbres

Aussi loin que je me souvienne, il y a le ciel et les tilleuls.

 

 

Quand tombait la première, lente, silencieuse, c’était pourtant comme une déflagration et je savais, le cœur serré, que les vacances filaient vers leur fin, que nous avions commencé de descendre la pente douce de l’été.

L’été sur toutes les lèvres

 

Je continue ma promenade dans Paris que les grandes vacances n’ont pas encore changé en ville fantôme.

Il faut fuir, s’arracher à la ville, à la torpeur moite qui s’y installe ; mais aucun train, aucun avion ne mène au pays que je voudrais rejoindre…

Vacances antiques

Tandis que Lola achevait son Coca, j’ai pu reprendre des forces.

Trouville, c’est parfait ; ça va me rafraîchir.

Sous la pluie

Ils me plaisent bien, ces deux-là ; je leur adresse mes vœux muets de bonheur tandis qu’ils tournent dans la rue Dupuis, pressent le pas sous l’averse qui éclate.

Un couple y échange des baisers clandestins ; je me demande si Pierre et Manon iront sur leur île grecque, y vivront un jour d’amour et d’eau fraîche.

La folle journée de Mme de B***

 

La marquise de B*** a trente ans, le teint frais, le nez court, les yeux noirs ; elle préfère l’été à l’automne et les remords aux regrets.

 

La voilà, mon île grecque !

D’amour et d’eau fraîche

La fatigue commence à alourdir mes pas.

— Où partez-vous ?

Posté par Joe Krapov à 14:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2021

PARIS-PROVINCE

Bien entendu, six mois après, je mélange un peu les randonnées. Celles, normandes, d’Annoville et celles, bretonnes, de Poulennou. Ce que c’est que d’aller dans les bouts du monde dont le nom comporte deux « n » ! Me souviendrais-je mieux d’une ascension de l’Annapurna ou de la randonnée périphérique autour d’Annapes ou de Vincennes ? Pas sûr !

210722 Nikon 075 recadrée

Ma mémoire a jeté le nom de ce manoir aux orties. Peut-être est-ce Kérizy ? Il se situe sur le chemin qui va, dans l’intérieur des terres, de Poulennou à Cléder et sur lequel à un moment, j’ai cru m’être perdu et avoir pénétré dans une grand propriété privée. Heureusement les garde-chasse du coin ne me sont pas tombés dessus avec leur tromblon ; je n’ai pas dû subir, même par le verbe, ces violences que des flics imbus de leur force et de leur pouvoir infligent à des gilets jaunes en vadrouille. On est plus civilisé qu’à Paris dans le Finistère !

Pour vérifier ce Kérisy, il suffirait que j’aille consulter mon avant-dernier cahier d’écriture nomade. Ou, sur l’ordinateur, le répertoire des photos de juillet 2021. Ces deux instruments-là me servent de dateurs et j’ai aussi la ressource de ressortir la carte IGN bleue sur laquelle j’ai repéré ce circuit accompli en solitaire, au milieu des champs et du petit bois sous un cagnard exceptionnel cet été-là. C’est l’année où nous sommes partis en vacances les deux seules semaine où il a fait beau sans discontinuer, les autres semaines ayant été du genre à vous filer une angine en juillet et le coryza en août !

210722 Nikon 049 recadréeJ’étais donc là, au bout de ma course, à battre tout seul le pavé de Cléder quasi déserte, à photographier les mosaïques de la grand’place quand un gars est sorti de la salle municipale et m’a dit :

- Si vous aimez les belles choses, entrez donc ! Il y a de quoi vous satisfaire à l’intérieur !

C’est comme ça que j’ai eu le droit de photographier, en avant-première ces tableaux d’avant vernissage. Je me suis bien gardé de dire aux charmantes personnes qui peaufinaient l’accrochage des toiles et photographies que j’afficherais un jour futur des fragments de cette exposition sur Internet. Il y a toujours des gens rétifs à cet outil, des rebelles à la diffusion voire à la captation des images.

Mais quoi ! Si, comme ici ce jour, on ne glorifie pas les talents des peintres locaux, la beauté des paysages maritimes sur le sentier des douaniers entre Moguériec et Kerfissien, que trouvera-t-on sur nos écrans, dans nos radios ou nos journaux ?

Des tronches d’ambitieux qui veulent devenir calife à la place du calife? Des émissions de variété qui ressortent Chantal Goya de la « et j’ai crié Naphtaline pour qu’elle revienne » ? Chantal Goya qui était si Bécassine’s cousine à la fin de sa vie qu’elle croyait qu’elle faisait de la peinture !

Non, vraiment, si l’heure est au retour des valeurs du passé, de « Maréchal nous voilà », de « Sens commeun », de la francisque et des nervis à battes de base-ball, alors laissez-moi rêver dans mon coin devant le frais minois des dames de Cléder, devant l’image naïve et délicieusement enfantine de cette Bretagne blanche et bleue où le touriste que je suis trouve toujours à s’émerveiller. S’il n’est bon (monde à la Houelle)becq que de Paris, je vous le laisse !

Merci à vous, gens de Cléder !

210722 Nikon 086 recadrée

P.S. Et désolé pour ma mémoire déjà défaillante : c’est le manoir de Tronjoly qu’on voit sur la première aquarelle !


Pondu à l'Atelier de Villejean le mardi 7 décembre 2021 à partir de la consigne 2122-12 ci-dessous