08 novembre 2020

DÉMON ET MERVEILLE

AEV 2021-06 Jean-Paul - souris

Mon oncle est comme ça. C’est un distrait. Il ne s’est pas rendu compte, le jour où il a fait l’acquisition de son perroquet Jacquot qu’une gigantesque faille avait eu lieu dans le continuum spatio-temporel. Et pourtant, dès le matin au réveil, le responsable de l’accident était sous son nez : Dieu avait pris la forme d’une souris blanche échappée de son laboratoire de Wuhan en Chine où Il avait, une fois de plus, fait une expérience qui avait mal tourné.

A la décharge de Monsieur Hulot, mon oncle, il faisait encore noir dans l’atelier de peintre qui lui servait de logis. Quand Tonton avait appuyé sur l’interrupteur, le monde au-dehors s’était allumé et Dieu avait émis un tout petit «kwiiiik » ce qui signifie « Agence Fiat Lux » en langage de souris chinoise et est la formule magique pour disparaître sous un trombone qui, lui, s’était échappé d’un tableau de René Magritte. 

AEV 2021-06 Jean-Paul - 02 Trombone

***

AEV 2021-06 Jean-Paul - descheinsIl faisait très beau ce jour-là. Après la douche et le petit-déjeuner, Tonton s’est quand même étonné, en refaisant son lit, de découvrir cette affichette « Les Deschiens » qui n’était pas là la veille. Sous cette seule inscription un cabot vulgaire, chien blanc à oreilles noires, un de ces bâtards faméliques comme il y en avait en bas de chez lui, urinait dans un pot de fleurs devant le volet roulant métallique d’un commerce parisien classique. « Non mais dis ! » a pensé mon oncle puis il n’y prêta plus attention car mon oncle, à l’instar de certaine fourmi, n’est pas prêteur. Il enfila donc son imperméable, prit son parapluie, mit son chapeau, bourra et alluma sa pipe et sortit. Il démarra son Solex et, perché sur le fil à linge tendu entre son troisième étage et le parc des Buttes Froidmont, il traversa la rue en mettant K.O. les lois de l’équilibre. Mon oncle n’est pas prêteur mais il est un peu acrobate voire funambule.

***

AEV 2021-06 Jean-Paul - téléphone

Et puis mon oncle a traversé la fête foraine franco-belge déjà fort fréquentée à cette heure matinale. Il ne s’est pas étonné plus que ça de voir monsieur Schmütz et le marchand de glaces régler leurs affaires en parlant dans un téléphone sans fil ! Il ne s’est pas demandé non plus ce que fichait là l’image de Bob l’éponge, une série télévisée de 1999, dans son paysage de 1958. Mon oncle est un obsessionnel pas vraiment multitâches, à part quand il met les pieds dans un pot de peinture. Quand il a décidé d’aller s’acheter un perroquet, il va s’acheter un perroquet et rien ne le distrait de sa tâche, ni mufti, ni multi.

***

Sauf qu’en revenant du quai de la Mégisserie avec Jacquot bien attaché sur le porte-bagages, mon oncle a traversé un drôle de parc. Un étudiant à bésicles, assis sur un banc à côté d’un papy ronfleur tapait sur une machine à écrire ultraplate ornée d’une poire et d’un écran multicolore. Un réparateur énervé bricolait une fontaine en forme de poisson exactement semblable à celle de son beau-frère et Dieu qui avait retrouvé son visage bonhomme de chez Jean Effel, crâne chauve et barbe blanche tout en rondeur, jouait à l’arroseur arrosé. Mon oncle s’est arrêté au carrefour de plusieurs chemins pour savoir vers quelle sortie il devait se diriger. La roue arrière de son solex reposait sur le tuyau de Dieu qui s’est gratté la tête devant la coupure d’eau imprévue. Dans le même temps le réparateur exultait de joie : sa fontaine remarchait à jet puissant, si bien que monsieur Hulot, croyant à une averse, a dû ouvrir son parapluie. Puis il a continué sa route et est sorti du parc.

***

AEV 2021-06 Jean-Paul - panneauxC’est là qu’il a compris qu’il s’était perdu, qu’il était passé dans un autre univers, peut-être celui où Dieu est remplacé par les Sœurs Tatin et leur tarte aux pommes renversée. « Au nom de Stéphanie, de Caroline et de la tarte aux pommes renversée, ainsi soit-il ! » a prononcé Jacquot qui lit dans les pensées de son maître et n’oublie jamais de blasphémer tant qu’il peut quand il peut. Mon oncle est resté longtemps perplexe devant les panneaux indicateurs en allemand sans doute restés là depuis l’occupation où alors c’est qu’on avait perdu la guerre dans cet univers-ci.

AEV 2021-06 Jean-Paul - gilet jaune Il fut troublé aussi par l’embryon de manifestation de gilets jaunes qui grogngrognait contre la grille du parc et contre la cronnerie des élites dirigeantes. Alors Jacquot lui a dit :

- Cesse donc d’être dans la Lune et regarde le doigt de la statue, espèce d’imbécile !

AEV 2021-06 Jean-Paul - LichtenbergEt de fait, sur le terre-plein central, la statue équestre du général von Lichtenberg indiquait en tendant l’index de la main gauche la direction de la Samaritaine où l’on trouve tout y compris des couteaux sans lame auxquels il manque le manche. En redémarrant mon oncle n’a pas remarqué la voiture rouge et son chauffeur fumeur de pipe qui le prenait en filature mieux encore qu’à Roubaix mais Jacquot l’a repéré et reconnu.

- Ca alors ! Nestor Burma dans sa dégaine de Jacques Tardi ! Mais qu’a-t-il fait de sa pipe à tête de taureau ? Celle-ci n’a pas de cornes !

AEV 2021-06 Jean-Paul - Burma

***

Jacquot raconte très bien la suite du retour à la maison. En passant devant la librairie Rabier mon oncle a grillé un feu rouge, provoquant ainsi un énorme carambolage : cinq derrières emboutis, un véhicule encastré dans un feu rouge, une caisse d’oranges renversée, un chat échappé, un poivrot aviné, un adultère consommé, une vieille fille effrayée, un papy renversé, une grand-mère et un bébé écroulé·e·s de rire. Mon oncle ne s’est pas arrêté puisqu’il n’a pas d’yeux ni Dieu derrière la tête – Il était reparti à Wuhan -. Jacquot à lâché le poisson volant qu’il avait attrapé sur le pont où Hulot s’était encore perdu – qu’allait-il faire sur la rive gauche ? – et il a déclaré devant toute cette pagaille : « Ca leur apprendra à sortir sans Ausweis en pleine période de confinement et de couvre-feu ! ».

***

AEV 2021-06 Jean-Paul - palmerPuis mon oncle a salué de la main un copain aperçu sur le trottoir. Ce faisant il a perdu le contrôle de son véhicule, il a pénétré dans un chantier de construction, y a provoqué un bazar monstre et toute une série de chutes, dont la sienne. Le solex est partie d’un côté, plutôt vers l’antérieur, mon oncle d’un autre, plutôt sur le postérieur et Jacquot est sorti de sa cage, plutôt vers l’extérieur. Alors Hulot lui a couru après, il a mis le pied dans un pot de peinture, il est passé devant chez Tati sans croiser Jack Palmer et il est entré dans l’immeuble du n° 4 de la rue des Petits-Champs où Nestor Burma a son agence de détective privé. Il a grimpé l’escalier à grandes enjambées, est parvenu aux combles (de l’inquiétude ?), a marché sur la gouttière et a rattrapé Jacquot par la queue. Le perroquet savant dit qu’il a triché en s’appuyant sur la tour Eiffel mais bon, vous savez comme sont les perroquets et Donald Trump : toujours de, mauvaise foi et prêts à répandre des faits non avérés qu’ils appellent « défèque-niouzes ».

***

D’ailleurs, est-ce que tout cela est bien vrai ? Jacquot a trouvé un éditeur un peu naïf, les Editions du Rouergue, qui a bien voulu publier ses mémoires : trois tomes de chacun six cents pages. Il a utilisé pour ce faire le pseudonyme de David Merveille et ça s’intitule « Le Jacquot de Monsieur Hulot ».

AEV 2021-06 Jean-Paul - burma 2Il raconte que mon oncle, à l’instar de Christian et Cyrano est même parvenu, grâce à lui, son plumage et son ramage, à obtenir les faveurs d’Hélène Chatelain, la secrétaire de Nestor Burma qui, pour une fois, n’a rien vu venir ! Il sera peut-être plus efficace dans le tome 4 s’il acquiert un cabriolet 504 avec un téléphone mobile ?

J’hésite pour ma part à suivre le perroquet dans ses nombreux délires. J’ai même l’impression que tout ça, c’est du cinéma et rien d’autre !
 

AEV 2021-06 Jean-Paul - cinéma

 

Pondu pour l'Atelier de Villejean en ligne du mardi 3 novembre 2020

d'après cette consigne


03 novembre 2020

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2021-06 DU 3 NOVEMBRE 2020 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Le Jacquot de Monsieur Hulot

 

Il s'agit d'un livre magnifique signé de David Merveille, un artiste bruxellois. Il emprunte à Jacques Tati le personnage de Monsieur Hulot et le repositionne dans une histoire en onze tableaux. Chaque tableau pourrait être lui-même considéré comme un gag en deux images puisque la partie droite du livre se déplie et découvre ainsi une nouvelle double page.

Voici cinq de ces diptyques. 

Vous en choisissez un et vous racontez les souvenirs que vous avez de votre oncle, Monsieur Hulot (il n'a pas de prénom), en utilisant au maximum les éléments des deux images. Dites-vous que votre lecteur ne verra pas les deux images.

Votre texte doit débuter par "Mon oncle" ou par "Je me souviens".

Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir et voir tous les détails.

1) Le réveil de mon oncle

Réduit Hulot et son jacquot 01 A Le Réveil de mon oncle

Réduit Hulot et son jacquot 01 B Le Réveil de mon oncle
2) La maison de mon oncle

Réduit Hulot et son jacquot 02 A la Maison de mon oncle

Réduit Hulot et son jacquot 02 B La Maison de mon oncle
3) Mon oncle traverse la fête

Réduit Hulot et son jacquot 03 A La Fête foraine

Réduit Hulot et son jacquot 03 B La Fête foraine
4) Mon oncle est perdu dans la ville

Réduit Hulot et son jacquot 04 A Perdu dans la ville

Réduit Hulot et son jacquot 04 B Perdu dans la ville
5) Jacquot s'est envolé !

Réduit Hulot et son jacquot 05 A Le perroquet envolé

Réduit Hulot et son jacquot 05 B Le perroquet envolé

 P.S. Un conseil d'ami : dès que possible, allez acheter ce livre
dans une librairie et offrez-le pour la Noël !

Posté par Joe Krapov à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2020

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 58, Pandémique avec mots en toc et formules en tic

wizard 06

C’est le roi, perché en haut de son donjon, qui s’adresse à la foule de ses sujets.

« Mes chers compatriotes

Ce qui nous arrive, c’est tellement décalé que c’est énorme ! C’est clair que c’est du grand n’importe quoi ! Pour autant, faut-il avoir peur de ce dragon qui vient de franchir nos frontières ? Ou pas ? Faut-il céder à la récrimination, à la grogne ? Ou pas ?

J’entends mugir dans nos campagnes les paysans qui donnent de la voix. Une foule d’anonymes fait entendre un concert de protestations. Comme vous le savez, il est normal que le citoyen tire la sonnette d’alarme en cas de danger. Vous êtes en train de me dire que vous souffrez mais je sais aussi qu’être plus réfractaire qu’une brique, défiler en fanfare, émettre un autre son de cloche c’est dans notre ADN commun.

wizard 03J’ai quand même le sentiment que certains parmi vous vont plus vite que la musique, c’est clair, et j’ai envie de vous demander de mettre un bémol à cette monstrueuse cacophonie. Quand j’entends dire ici ou là que certains parmi nous risquent de perdre la vie, j’hallucine ! C’est vrai, c’est du grand n’importe quoi ! Aussi est-il l’heure d’accorder nos violons. Reconnaissez-le : jusqu’à présent le dragon ne dévore que de vieux moutons blancs ! Il n’y a pas mort d’homme que je sache ! C’est finalement quelque chose de très attendu de la part d’un animal carnivore. Il faut manger pour vivre, c’est incontournable. L’estomac de ce larron a, il faut le reconnaître, une régularité et précision de métronome et je vous entends bien quand vous nous accusez d’aborder ce problème nouveau en faisant preuve d’une totale improvisation. C’est pas faux quelque part mais j’ai envie de rebondir.

wizard 01
C’est vrai, nos frontières auraient dû être placées sous haute surveillance. Tout à fait. Une fois le jeune loup entré dans la bergerie, notre chevalerie, nos fameux chevaliers, auraient dû monter au créneau, engager un bras de fer avec la bête féroce. J’adore pour ma part le cliquetis des colichemardes, les coups d’estoc et de taille, l’escrime et le châtiment, les duels au couteau avec du vrai sang qui gicle hors de vraies entrailles. Ou pas. De plus quand le combat se passe à la maison, c’est que du bonheur ! Un bon bourre-pif des familles, c’est frais, c’est revigorant. Sauf qu’il y a eu un couac, juste un petit couac mais un couac quand même : dans l’entourage de votre roi la panique a battu son plein, la trouille est allée crescendo. C’est clair, ce fut surréaliste et lamentable. J’ai beau être le chef d’orchestre de cette bande de clampins, je n’ai ouï que des fausses notes. Au jeu de chaises musicales de la débine ils ont tous gagné… le large ! Ces gougnafiers se sont entendus comme larrons en foire pour s’esbigner devant le péril. Voilà, c’est comme ça. Cela a fait dire à mon bouffon « Chevalerie de me faire la belle en ce mouroir », un jeux de mots que je n’ai pas bien compris parce qu’il l’a sorti un jour qu’il jouait du pipeau, une chose que je ne fais pas aujourd’hui en m’adressant à vous, je vous l’assure.


Bien sûr, j’aurais pu dans ces conditions, pour nous sauver la mise, convoquer les services d’un ténor de la castagne, d’un cador, d’un Terminator, d’un matador capable de buter ce butor qui est entré dans le décor pour piller nos trésors. Mais nous avons rechigné à faire appel aux Dératiseurs de Saint-Georges. S’en remettre à un mercenaire étranger, qui plus est chrétien et prosélyte, merci infiniment mais, sans jouer sur la corde sensible d’un nationalisme suranné, c’eût été comme revisiter les fondements de notre pacte social, culturel, cultuel et éthique – et toc !

wizard 04C’était juste improbable. J’ai refusé qu’un soldat de Dioclétien vienne jouer sa partition au chevet de notre royaume.
Et en même temps, je m’en doute bien, ce cochon de croisé aurait été capable, en négociant pianissimo, de vouloir nous convertir à sa foi voire de nous demander, en échange de ses services, la main et le reste de cette jeune femme qui m’est si chère, la princesse Léïla, ma fille unique et préférée. Plutôt crever ! 

wizard 07Et de fait, ce faisant, nous n’avons pas pour autant pissé dans un violon car notre positive attitude vient de trouver son point d’orgue. J’ai le bonheur ce soir de siffler la fin de la récréation, de reprendre la main sur le cours des événements. En effet, on vient de l’apprendre, le quotidien, votre quotidien va évoluer. Nous avons trouvé le remède qui coche toutes les cases ! Le dragon va devoir revoir sa copie ! Voilà, je vous donne le la, appuyé en cela par le conseil scientifique. Ecoutez-moi bien !

Pour lutter contre le dragon, ne bougez pas, restez chez vous ! Les tavernes seront toutes fermées à partir de demain et si vous devez sortir remplissez une autorisation dérogatoire de déplacement ! Et surtout portez un masque ! »

wizard 02

Illustrations empruntées à Brant et Parker "The Wizard of Id"

 Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 13 octobre 2020

d'après la consigne n° 2021-05 ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 13:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2021-05 DU 13 OCTOBRE 2020 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Mots en toc et formules en tic (Frédéric Pommier)

 

AEV 2021-05 Consigne Frédéric Pommier

"Mots en toc et formules en tic" est un livre de frédéric Pommier consacré à des tics de langage ou expression toutes faites qu'on entend beaucoup ces derniers temps. La liste des entrées de ce "dictionnaire médical" figure ci-dessous.

Utilisez un maximum des mots ou expressions, sinon tous et répétez les plusieurs fois s’il le faut, dans un texte qui pourra prendre la forme d’un discours officiel ou d’une interview radio-télévisée.

N.B Il est interdit d’utiliser les mots « coronavirus » ou « covid-19 » dans votre texte (mais pas d’en parler !).


Une foule d’anonymes - Sous haute surveillance - Bras de fer - Monter au créneau - C’est clair - Comme vous le savez - Revoir sa copie - Un couac - Décalé - Au chevet - Du coup - Dans l’entourage - Fameux - Faut-il avoir peur - C’est frais - ADN - Du grand n’importe quoi - Grogne - J’hallucine - Que du bonheur - Improbable - Incontournable - Juste - Jeune femme - J’ai envie de rebondir - A la maison - Reprendre la main - Perdre la vie - Le dernier des grands - C’est énorme - Ou pas - Ne bougez pas - Vous êtes en train de me dire - Plutôt - Le Quotidien - Revisiter - J’ai le sentiment - Et en même temps - Surréaliste - J’ai envie de vous demander - En effet - Tout à fait - C’est pas faux - Très attendu - Merci infiniment - On vient de l’apprendre - J’adore - Vrai - Voilà - Jeune loup - Cocher toutes les cases.

Vous pouvez utiliser aussi les métaphores musicales suivantes :

Pianissimo - Crescendo - Battre son plein - Trouver son point d’orgue - Un jeu de chaises musicales - Un concert de protestations - Une précision de métronome - Jouer du pipeau - Jouer sur la corde sensible - Donner de la voix - Donner le la - Accorder nos violons - Pisser dans un violon - Fausses notes - Tirer la sonnette d’alarme - En fanfare - Un autre son de cloche - S’entendre comme larrons en foire - Siffler la fin de la récréation - Une monstrueuse cacophonie - Etre le chef d’orchestre de - Jouer sa partition - Une totale improvisation - Un ténor - Mettre un bémol - Aller plus vite que la musique.

Posté par Joe Krapov à 12:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

07 octobre 2020

LE JOURNAL DE NAZIM LE FOU

Derrière le moucharabieh je regarde sans être vu :

- celle qui boit son caoua sans y mettre de sucre ;
- celle qui rêve d’une cange pour aller aux sources du Nil ;
- celle qui met dans son cabas des aubergines ;
- celle dont la jupe est trop courte ;
- celle dont la nuque est envoûtante ;
- celle qui connaît l’arithmétique et sait la fièvre de l’algèbre ;
- celle qui croit que la Terre est bleue comme une orange.

Derrière le moucharabieh je regarde sans être vu
Et de toutes ces belles je me fais un harem
Pour toutes les nuits sans lune où je dormirai seul.

moucharabieh-iv

***

C’est l’Hiver qui arrive pour geler nos glaouis,
Pour semer la jachère.

Peau de zob au jardin !
Pénurie d’épinards !
Macache d’estragon !

Sans tambour ni trompette
Il nique le safran,
Fait pourrir les pastèques
Et, gabelou furieux,
Jette sur tout cela la neige artificielle
Des nuits de satin blanc
Dont je maudis le bues
Pour que les caïds de Dubaï
Se voient en nababs du climat
Qui ont décroché la timbale.

***

unnamed (1)

Calfeutré dans mon souk
Je chante sur mon luth
Mes sourates de fanfaron.

Je sors de ma guitare
Le navire amiral de mes chansons maboules.

Je suis Nazim le fou au coffret de santal,
Aux notes de jasmin,
L’assassin du sultan
Qui préfère au calibre P 38
Le goudron du barouf
Et la plume d’albatros
A la sauce Baudelaire
Pour moquer ces vizirs mesquins.

***

1098-moucharabieh1

J’ai assez d’alcool dans mon alambic
Pour provoquer des algarades
A la limite de l’abracadabrantesque.

J’ai assez de café dans mon grand mazagran
Pour Balzacer des nuits entières
Un almanach de gilet jaune.

J’ai assez de haschich dans ma jarre
Pour fumer des naseaux
En alezan superbe
Et tendre mes madragues
Sur l’échine des bardots.

Mais je n’ai pas l’âme d’un cador
Et n’infligerais pas aux raïs d’un quintal
L’échec et mat funeste.
Tant pis pour eux s’ils ont roqué côté cimetière !

Ces fakirs ne valent pas un clou !
Ces momies qu’un toubib conserve dans le talc
Ne sont que moussaka moisie
Abricots secs, brêles, zéro, camelote.

Moi
Sur une feuille de nénuphar géant
Je chevauche le sirocco.

Par le truchement du rêve et de la poésie
Je remplis le zénith de mes « Wali-walou ».

Je plante un baobab au sommet chamarré
D’un Everest divin.

Je peins en zinzolin
La nouba des girafes
Et fais pleuvoir la limonade et l’orangeade
Sur les ayatollah traîne-savates.

J’envoie par sarbacane
Une mousson de loukoums
Engluer les émirs
Et, en baroud d’honneur digne d’une Odyssée,
Je fais razzia totale sur l’arsenal de toutes bougies
Pour qu’on ne puisse plus connaître
L’âge du capitaine
Quand je mange le moka
Sans en laisser bésef.

C’est vrai je suis comme ça, moi, lorsque j’ai forcé
Sur l’alchimie des mots et mon péché mignon,
L’eau de fleur d’oranger.

tolérance 0a9593698c17896ae5b0fc34f7c3e4e9

Calligraphie de Lassaad Métoui

***

Ai-je bien raconté ma vie de patachon ?
Ai-je bien massicoté au cimeterre d’argent
Votre cafard de confiné·e·s ?

Voyez-vous bien l’azur par le moucharabieh ?
Ne l’oubliez jamais :
Le ciel vous appartient !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 6 octobre 2020

à partir de la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 14:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


CONSIGNE D'ÉCRITURE 2021-04 DU 6 OCTOBRE 2020 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Mots français d’origine arabe



Voici une liste de mots entrés dans la langue française qui sont à l'origine des mots arabes. Insérez-en au moins dix dans un texte ou faites des petits poèmes à partir d’un ou plusieurs de ces mots.

 

Nos-ancetres-les-Arabes

abricot - alambic - albatros - Alcazar - alchimie - alcool - alcôve - alezan - algarade - algèbre - algorithme - almanach - amalgame - ambre - amiral - Arabe - arabesques - argousin - arithmétique - arrobase - arsenal - artichaut - assassin - aubergine - aval - avanie - avarie - ayatollah - azimut - azur - babouche - bakchich - baldaquin - baobab - baraka - barda - barde de lard - bardot - baroud - barouf - benjoin - benzène - benzine - bésef - bled - borax - bougie - brêle - brick - burnous - burqa - caban - cabas - cador - cafard - café - caftan - caïd - calfater - calfeutrer - calibre - califat - calife - camaïeu - camelot - camelote - camphre - candi - cange - caoua - carafe - carat - carmin - carvi - casbah - chamarré - charabia - charia - chéchia - cheik - chiffre - chiite - chouia - cimeterre - cithare - civette - clébard - clebs - coran - coton - couffin - couscous - cramoisi - cumin - curcuma - damas - damasquinée - derviche - dinar - dirham - divan - djebel - djellaba - djihad - djinn - douane - druze - échec et mat - élixir - émir - épinard - estragon - Fakir - fanfaron - fardeau - fatma - fatwa - fedayin - felouque - fennec - fez - fissa - flouze - fou - gabardine - gabelle - gabelou - gandoura - gaze - gazelle - gerboise – gilet - girafe - glaoui - goudron - gourbi - Guitare - guitoune - haschich - halal - halva - hammam - hardes - harem - harissa - harki - hasard - henné - imam – inch’ Allah - intifada - islam - jarre - jasmin - jupe - Kabyle - kebab - keffieh - khôl - kif - kiffer - kif-kif - lapis-lazuli - laque - lascar - lilas - lime - limonade - loukoum - luth - maboul - macache - macramé - madrague - magasin - Maghreb - Mahomet - mahométan - mamelouk - marabout - maroquin - massage - massicot - matraque - mazagran - mazout - méchoui - médina - méhari - merguez - mérinos - mesquin - minaret - mohair - moka - mollah - momie - mosquée - moucharabié - moudjahidin - moussaka - mousseline - mousson - muezzin - mufti - musc - musulman - nabab - nacre - nénuphar - niquer - noria - nouba - nuque - orange - orangeade - oranger - orangerie - Ottoman - ouate - oued - pastèque - patachon - potiron - quintal - raï - raïs - ramdam - rame - raquette - razzia - rebec – récif - roquer - roumi - sacre - safari - safran - sagaie - Sahara - Sahel - sahib - sahraoui - salafiste - salamalec - salicorne - santal - sarbacane - saroual - sarrasin - satin - savate - sequin – sérail - sidi - sirocco - sirop - smala - sofa - sorbet - soude - soufi - souk – sourate - sucre - sultan - sumac - Sunnite - taboulé - tabouret - tajine - talc - taliban - talisman - tamarin - tambour - tare - tarif - timbale - toubib - truchement - vizir – wali - walou - wilaya - zénith - zéro - zinzolin - zob – zouave.
 

Posté par Joe Krapov à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2020

LES PINGOUINS

AEV 2021-03 La Croix 2020-09-25 En marche

- En marche ! On est bientôt arrivés, les gars ! Une fois dans la station il n’y aura plus qu’à suivre les rails !

- N’empêche, il fait une chaleur à crever, chef !

- T’as voulu voir Paris et on a vu Paris ! Chauffe, Nestor !

- Il fera plus frais dans le métro. C’est fou quand même que ce réchauffement climatique ait eu la peau des humains !

- En marche, les gars ! Ne discutez pas tant ! A force de parler vous allez vous dessécher !

- Comment vous dites qu’elle s’appelle, l’oasis de fraicheur vers laquelle on va ? C’est quel arrêt public ?

- En marche ! C’est la station « Glacière ».

Pondu à l'atelier d'écriture de Villejean le 29 septembre 2020

d'après la consigne AEV 2021-03 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LE MATCH

AEV 2021-03 La Croix 2020-07-17 Tous ces fans 768x500

- Tous ces fans en carton, moi, ça me déprime ! J’ai l’impression de traverser un village Potemkine !

- Tu préfères peut-être qu’il y ait cinq cents vraies personnes dans le stade comme pendant le second confinement ? Ou tu as la nostalgie des cinquante du troisième ?

- J’ai surtout des courbatures et mal au épaules avec cette longue barre de fer qu’on nous a passées dans les manches ! J’ai l’impression d’être un danseur de sirtaki !

- C’est bon pour le respect des distances entre nous ! Ce sont les nouvelles règles de la FIFA.

- Et puis le fait de ne pas courir mais de faire des pas de côté comme les crabes, je ne m’y fais pas !

- Arrête de parler et fais attention, la balle arrive sur toi !

- Soyez synchros, les gars, je tente un retourné !

- BUUUUUUUUT ! Tu l’as mis ! En plein dans la lucarne ! Tu vois que ça a du bon, quand même, le baby-foot géant !

- Il n’empêche, tous ces spectateurs en carton-pâte, ça me déprime !

- Il y en a quand même un vrai dans le tas. Mais il n’a pas applaudi ton but.

- Il doit être déprimé, lui aussi !


Pondu à l'atelier d'écriture de Villejean le 29 septembre 2020 

d'après la consigne AEV 2021-03 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

POSITIF ET NÉGATIF

AEV 2021-03 La Croix 2020-07-03 Sur la berge 768x506

Sur la berge, Positif et Négatif sont contents de trinquer.

Ce n’est même pas un problème pour eux que le verre de Positif soit plein à ras-bord et que celui de Négatif soit vide à cul-du-verre, tout comme est vide la bouteille posée devant lui.

Anny Duperey 61SiRDFBKHL

Leur discussion silencieuse me rappelle ma lecture de samedi dernier, « Les photos d’Anny » par Anny Duperey. J’ai été stupéfait de lire, écrite par cette belle actrice, la description des opérations de chimie à laquelle elle et moi nous sommes livré·e·s, à la même époque mais dans des lieux différents, hélas, en vue d’obtenir une image positive à partir d’un film négatif. J’aurais pu l’écrire, son chapitre sur le labo photo noir et blanc, avec exactement les mêmes mots.

Après vérification chez Madame Wikipe, j’ai eu l’explication de ce phénomène étrange : cette dame est née le même jour que moi !

- Mais elle prend la lumière mieux que toi, me dit Négatif !

- Maintenant ça se voit moins. Elle a quand même sept ans de plus que moi !

- Tatata ! Ne fais pas le fanfaron et ne sois pas goujat ! La rouille ne dort jamais ! ricane Positif qui connaît son Neil Young sur le bout des doigts.

- Purée ! Qu’est-ce qu’il a, Positif ? Il déprime, lui aussi ?

Pondu à l'atelier d'écriture de Villejean le 29 septembre 2020 

d'après la consigne AEV 2021-03 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 22:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

TOUR DU MONDE

AEV 2021-03 La Croix 2020-05-29 En passant 768x512

- En passant par la Lorraine, j’aimerais assez qu’on se recueille sur la tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-églises.

- Colombey ? Colombey ? C’est pas là qu’il y a eu un bal tragique ?

- En passant par la Lorraine, ce serait bien aussi qu’on se recueille sur la tombe de Jeanne d’Arc à Domrémy.

- Ah mais le guide Michelin ne parle pas de ça ! Il paraît qu’elle a été incinérée à Rouen.

- Si on va se recueillir à Rouen, on pourra peut-être admirer le nuage de Lubrizol ?

- Il a disparu après dissipation des brumes matinales.

- Si vous voulez mon avis, chef…

- Oui, bonze Gong ? Exprime-toi ! Exprime le !

- En passant par la Lorraine, ce serait pas mal qu’on s’achète des sabots !


Pondu à l'atelier d'écriture de Villejean le 29 septembre 2020 

d'après la consigne AEV 2021-03 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 22:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :