25 mai 2022

ENVIES DE VOYAGES

2122-30 JK - chateau de Linières vu de l'étang

Est-ce qu’on peut appeler ça du tourisme nécrologique ? Voire du tourisme nécrophile ? Je connais un endroit à Rennes dans lequel il me suffit de parler d’Arthur Rimbaud pour que les gens pensent aussitôt à Isaure Chassériau ! Alors oui, j’y suis allé au cimetière de Charleville-Mézières comme à celui de Sète voir les tombes des poètes fumeurs de pipe ! Mais suis-je prêt à faire le déplacement jusqu’à Montrouge pour vérifier si la plus célèbre des inconnues rennaises, Isaure Chassériau, est enterrée là-bas ? Lui a-t-on élevé un monument commémoratif ? Ou est-ce à Saint-André Goule d’Oie en Vendée qu’on trouvera les traces de son bref passage sur cette terre ? Sachant que le château de Linières, dont elle hérita et où elle résida, est aujourd’hui détruit ? Et qu’en fait elle est morte à Paris ?

Depuis mardi dernier, c’est Narbonne qui reclignote dans les destinations de vacances possibles. La maison natale de Charles Trénet est certainement devenue un musée et j’ignorais quelles autres richesses touristiques étaient à voir en cette cité riante bien que sacrément peuplée d’électeurs du Rassemblement national. Je sais désormais qu’il existe des levers de soleil de toute beauté sur l’étang de Gruissan et ça me ferait assez plaisir de pousser jusqu’à Narbonne-Plage ou plutôt Saint-Pierre-sur-Mer où j’ai passé mes premières et mes seules vacances méditerranéennes. C’était en 1966, le camping était installé directement sur la plage et le soir on allait au café avec les adultes regarder les matchs de la coupe du monde de foot dont les vedettes étaient alors Franz Beckenbauer, Bobby Charlton et le Portugais Eusebio.

2122-30 La Famille à St-Pierre en 1966

Est-ce Périgueux qui a donné le Périgord ? Pourquoi n’a-t-on pas eu dès lors de Vesoulord, de Rodézord ou de Carcassonnord ? Une destination qui me fait de l’oeil depuis un certain temps c’est Bergerac. A cause de Cyrano d’abord et puis parce que le vignoble local atterrit assez souvent sur notre table sous forme de vin blanc pour la cuisine et de rosé pour les repas avec les ami·e·s. Cela serait drôle de relire, sur place, pour la quatrième fois, ce roman de Simenon dans lequel le commissaire Maigret, la jambe plâtrée après un saut depuis un train en marche, se retrouve coincé à l’hôtel et mène l’enquête depuis sa chambre en rudoyant tout le monde y compris la pauvre Madame Maigret !

Je crois qu’on ira vraiment à Colmar ! Plutôt en hiver, pour voir la neige sur les toits des maisons à pans de bois. On comparera sur place le Pinot gris, le Sylvaner, le Riesling et le Gewurztraminer et après, complètement ivres, on chantera à tue-tête « Les cigognes sont de retour sur les clochers des alentours... ». Vaut peut-être mieux cette chanson que « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » ou « Ils ont brisé mon violon car il avait l’âme française ». Quoique !

2122-30 JK - dubout palavas-les-flots

Je ne sais même pas où ça se trouve, Palavas-les-Flots, mais on y trouve un cheminement dans la mer bordé de lampadaires dessinés par Dubout. Une fois par an je voyais cette photo surgir du calendier perpétuel Géo offert par mes beaux-parents une année à Noël et posé à gauche de mon ordinateur au bureau.

J’ai failli oublier Dunkerque et son carnaval sauvage. L’envie m’est cependant passée d’aller me frotter à cette liesse populaire où la bière coule à flots. Si vous n’êtes pas vous-même déguisé en travelo, travesti en femme à barbe, gros baraqué à bas résilles et rouge à lèvres, qu’advient-il à votre appareil photo ? Et comment prendre des clichés dans ce chahut monumental ? Comment circuler à la nuit tombée ? Parfois le Nord me fait peur ! Ou bien est-ce que, transfuge de classe et de patrie, je snobe les Ch’tis pour leur préférer le carnaval de Venise ? Même pas ! Je n’irai pas non plus à cette fête d’exhibitionnistes !

Ce serait bien d’aller discuter le prix des bottes d’oignons au marché de Brive-la-Gaillarde mais ils connaissent le truc maintenant, surtout les gendarmes ! Ils ont même baptisée la halle du nom de Georges Brassens.

Aurai-je d’avantage ma place au Festival de théâtre de rue d’Aurillac ? Celui de La Flèche , dans la Sarthe, me suffira peut-être cette année. Comme dans tous, le cirque y a remplacé la prise de parole. Exactement comme dans la vie politique actuelle.

Groix, Belle-Île, Noirmoutier, Ré… Mon bilan carbone en matière de voyage aux îles se pose un peu là ! Il me manque Oléron. Faut-il que je demande à ma Marraine la fée un carrosse amphibie pour m’y rendre ? S’il te plaît, marraine d’Oléron… OK, je sors !

Après il y a tant de bêtises à dire et à ne pas faire ! Je propose entre autres : acheter une botte, une seule, à Nevers, des mouchoirs rouges à Cholet, se déguiser en cantonnier sur la route de Louviers, faire la route du « 21 » (Troyes-Foix-Sète), danser sur le pont d’Avignon, afficher une plaque d’ingénieur à Grenoble, valser sur « le Beau Danube bleu » à Vienne (Isère), organiser un rassemblement de sœurs jumelles à Rochefort ou de personnes prénommées Hélène sur le pont de Morlaix ou une foire au vin blanc à boire sous des tonnelles à Nogent-sur-Marne. Acheter un cadre de couleur noire à Saumur, faire des bêtises à Cambrai, admirer le clair de lune à Maubeuge, écrire des palindromes à Laval, écouter gronder le tonnerre à Brest. Et c’est ainsi qu’on boucle la boucle : ce genre de parcours fantaisistes au goût presque douteux, Isaure Chassériau n’arrêtait pas d’en inventer à l’époque où elle était directrice de l’Agence de Flânerie Amoureuse de Rennes !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 24 mai 2022

à partir de la consigne AEV 2122-30 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-30 DU 24 MAI 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Dix lieux à visiter

 

Reprenons la carte distribuée et publiée ici la semaine dernière.

Cette fois-ci vous choisissez dix villes de départements différents dans lesquelles vous n’avez jamais mis les pieds et dans lesquelles vous iriez volontiers. Dites ce qui vous attire en elles ou ce que vous avez envie d’y faire.

Imaginez que vous êtes fortuné·e et avez tout votre temps devant vous. Racontez un bout du voyage que vous entreprenez pour relier deux ou plusieurs de ces destinations. Ou ce que vous voulez à partir de cette carte de France.

2122-29 Consigne Carte de France

Posté par Joe Krapov à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2022

Mental vortex aux dimanches du Thabor le 22 mai 2022

2022-05-22 - 285 42

Quel contraste ! A 15 heures, ce dimanche, je suis allé écouté Voix nomades, un choeur féminin de musiques du monde, dirigé par Jean-Baptiste Farraigue. C'était à l'OPAR (Office des personnes âgées à la retraite) comme cerise sur le gâteau d'un repas dominical. J'ai regretté l'absence de l'accordéoniste la plus photogénique du monde, me suis consolé en mitraillant la violoncelliste et puis j'ai surtout écouté les grands classiques, "Arum dem fayr", "La Llorona",  et d'écouvert d'autres airs, bref j'ai passé un excellent moment. 

Ensuite j'ai poussé de la rue de Dinan jusqu'au Thabor. Et là, c'était un tout autre genre. Jugez vous-mêmes !

2022-05-22 - 285 204

2022-05-22 - 285 211

2022-05-22 - 285 218

2022-05-22 - 285 225

2022-05-22 - 285 236

 2022-05-22 - 285 237

2022-05-22 - 285 241

Pour jouer au jardin de verdure, ce look d'"Enfer" * était adéquat !

Si vous voulez les entendre, c'est ici :

https://www.facebook.com/MentalVortexBand/

* Enfer est le nom donné à cette partie du Thabor parce que les moines y faisaient autrefois du canotage de manière un peu trop dissipée aux yeux des autorités !

Et maintenant, le roman-photo le plus drôle de la journée !

2022-05-22 - Nikon 10

2022-05-22 - Nikon 12

2022-05-22 - Nikon 15

2022-05-22 - Nikon 23

Posté par Joe Krapov à 17:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 mai 2022

Exposition sur le verre au Musée des Beaux arts de Nancy le 13 avril 2022 (2)

2022-04-13 - Nikon 197

2022-04-13 - Nikon 198

2022-04-13 - Nikon 200

2022-04-13 - Nikon 203

2022-04-13 - Nikon 206

2022-04-13 - Nikon 212

Devant la beauté de toute ces verreries, on reste... soufflés !

Posté par Joe Krapov à 06:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21 mai 2022

FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE

« Au diable la varice ! » comme disait cette dame qui n’avait pas la veine d’avoir de jolies jambes. Dès lors elle ne s’épargna pas, elle se dépensa sans compter, elle jeta tout sur le tapis et eut une collection d’amants tout ce qu’il y a de plus honorable - la collection, pas les amants bien qu’ils l’eussent couverte de cadeaux fort mérités du reste parce qu’il n’y a pas que les guibolles dans la vie.

Après tout la beauté ne se mange pas en salade et je connais plein de dames à qui ça fait une belle jambe de savoir que moi-même ai de beaux mollets.

DDS 716 Picsou

Tandis que ce vieux grigou d’Onc’ Picsou, je ne suis pas certain du tout qu’il y ait eu une tante Picsou dans l’histoire. Je ne puis cependant pas l’assurer car j’ai toujours été plus Tintin que Mickey, plus Belge qu’Américain sans parler des aspects plus russophiles de mon environnement, car c’est de très mauvais ton de les évoquer aujourd’hui. Du reste, qui connaît encore Pif le chien de nos jours ?

De la même manière, je n’ai jamais vraiment entendu parler de grigoute mais je suis certain que le « biloute » des Ch’tis n’a pas de masculin. Un bilou, ce serait quoi ? Pareil pour choucroute alors que le masculin de La Redoute c’est le redoux.

Un homme soûl dans la soute, un homme roux sur la route et des zazous à Knokke-Le Zoute. C’est quoi le féminin de Knokke, docteur ? Et celui de zoute ?

Ah ça je sais, c’est « zout ». Ne dit on pas "j’ai un poêle à mazout" ?

C’est vraiment compliqué, la langue française ! Je plains les étrangers !


Ecrit pour le Défi du samedi n° 716 d'après cette consigne : grigou

Posté par Joe Krapov à 15:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mai 2022

Gardons le sourire à Rennes le 15 mai 2022

2022-05-15 - Nikon 10

Assis·e là, vous ne pourrez plus dire "je n'ai pas quatre bras !"
et vous pourrez prétendre être une lumière !

2022-05-15 - Nikon 78
A force de botter les fesses du petit Marcel, le voilà qui a envahi l'espace avec ses souvenirs
de trempette de ci de là renommées. Elon Musk, fais quelque chose !

2022-05-15 - Nikon 83
C'est un tableau du Musée des Beaux arts de Rennes. Je m'en vais de ce pas essayer de l'identifier !

2022-05-15 - Nikon 88

Pas de bol, se plaint Marcel. Pour mon anniversaire on m'a offert le troisième !

2022-05-15 - Nikon 91

Autrefois ici c'était la Villa d'Este puis ce fut le Downtown. Maintenant c'est le Gorille bleu.

Posté par Joe Krapov à 20:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 mai 2022

CASTING

- La candidate suivante est née à Guémené-sur-Scorff. Elle s’y connaît donc bien en matière d’andouilles !

- C’est vrai qu’elle va devoir en rencontrer pas mal !

2122-29 JK auto-stop

- Elle a beaucoup voyagé. En stop, de Briançon à Molines.

- Les gens s’arrêtent par là ?

- Oui, beaucoup et souvent. Pour faire pipi dans les confessionnaux du coin. Du coup elle a usé de sept véhicules pour faire ces trente kilomètres. Enfin de six parce que le laitier l’a embarquée deux fois.

- Bagages ?

- Sans doute un sac à dos et une tente de camping par-dessus ?

- Mais non, Alexis ! Bagage universitaire ? Diplômes ?

- Etudes de médecine. Spécialiste de l’embryologie des poissons. Sait donc bien nager en eaux troubles.

- Où passe-t-elle ses vacances ?

- A Lourdes. Elle va tous les ans voir le cirque de Gavarnie, ses clowns, ses lions, ses acrobates.

- Arrête de déconner, Alexis ! On cherche une perle rare qui connaisse bien les territoires. Il faut qu’on renoue le contact avec la province. Autre chose ?

- Ski à Morzine l’hiver mais s’arrête toujours en chasse-neige. N’a jamais décroché sa deuxième étoile.

- Côté sexe ?

- Clean. Aucune tache même si elle a failli suivre à 32 ans un pote gitan rencontré dans un bar de Montparnasse.

- Qu’est-ce qu’elle sait faire d’autre ?

- Essuyer des orages à Saint-André-des-Alpes, dans le Var, en se réfugiant dans sa voiture.

- Oui, ça fait cage de Farfadet.

- Faraday, monsieur le Président ! Faraday ! Et puis regarder le lever de soleil sur l’étang de Gruissan chez sa fille, à Narbonne.

- En écoutant « La Mer » de Charles Trénet, j’imagine ? C’était la dernière fiche ?

- Oui monsieur le Président !

- Ça m’embête bien. Toutes ces dames du bas-peuple sont sympathiques mais votre choix même large me semble quand même trop limité. Je crois que je vais prendre Borne.

- Emile, par jeu ?

- Non. Elisabeth, par dépit !

2122-29 JK Macron et Kohler

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 17 mai 2022

d'après la consigne AEV 2122-29 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 16:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-29 DU 17 MAI 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

La Vie d’un·e autre

 

1)
Listez dix villes de France de dix départements différents, qui apparaissent ou non sur la carte ci-dessous, et dans lesquelles vous êtes déjà allé·e. Dites quand c’était, ce que vous y avez fait d’original ou racontez une courte anecdote, pas plus d’une phrase, à leur sujet.

2) [facultatif]
Ensuite passez la feuille à votre voisin·e. Qui devra romancer ces éléments de votre vie ou dresser un portrait de vous, de manière fictionnelle, à partir d’eux. Ou faire ce qu’il ou elle veut à partir de ça !

Vous pouvez utiliser les éléments biographiques de Jean-Paul, Dominique et Anne-Françoise publiés sur le site de l'atelier pour ce deuxième exercice.

2122-29 Consigne Carte de France

Posté par Joe Krapov à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2022

Si tu veux faire mon bonheur....

... Marguerite, donne-moi ton coeur ! (air connu).

Et donc, ce 13 février 1916, Marguerite De... devient veuve et ses deux enfants, Léon et Constant, 6 ans et 3 ans, orphelins de père. La guerre de 14-18, contrairement à ce que chante Brassens, ce ne sera jamais la guerre que ils et elle préfèrent !

Après il faut du courage à ce beau monde pour porter un tel deuil. N'étant ni psychanalyste, ni historien, je n'ai pas eu à interroger mes aïeux sur cette période alors du coup je n'ai que les dates de Généanet pour faire le lien avec les deux autres photos qui me restent de la famille De... qui peuvent être datées d'avant la deuxième guerre mondiale.

Et donc le 2 novembre 1921, Marguerite, pas forcément vêtue de noir et pas forcément veuve joyeuse de Franz Lehar pour autant, devient Madame Li... Elle épouse Auguste Li..., un autre ouvrier mineur né à Oignies le 1er septembre 1887, fils de Auguste Li... 1853-1902 et Augustine Tu... 1858-1922.

Cet Auguste avait épousé en 1911 une Fernande De... qui lui avait donné deux fils : Auguste Arthur Li... 1912-1996 et Fernand Li... 1913-2004.

Le mystère de Fernande !

Qu'est-il arrivé à Fernande qui me fait tant rire ce soir où j'investigue sur des parfaits inconnus ? Simplement, d'après certaines notices de Généanet, elle serait décédée en 1911 avant de donner naissance à ses deux fils ! J'ai fini par arriver sur la bonne notice qui me dit qu'elle est morte en 1972 à l'âge de 80 ans et qu'elle et Auguste avaient divorcé le 9 mars 1920.

Abrège, Joe Krapov !

Marguerite et Auguste, quatre garçons sur les bras - encore qu'on ne m'ait jamais parlé de ces demi-frères en forme de pièces rapportées de famille recomposée - sont heureux de vous annoncer la naissance de Gilberte-Augustine Li... !

A vous de trouver sa date de naissance d'après la photo suivante !

Alcidie De-No avec Gilberte Li et Jeanne De

 Cette photo a été prise en 1933. Elle représente Gilberte avec ma grand-mère, Victorine, qui tient sa fille Jeanne, ma mère, dans ses bras. Si vous lui donnez entre  neuf et onze ans, elle est née en 1922 ou 1924.

Gilberte Li (demi-soeur de Léon De)

Et comme la vie des pauvres gens n'est parfois qu'une suite de malheurs, Gilberte est décédé d'une méningite seize ans après sa naissance. Cela a bien affecté mes grands-parents qui l'aimaient beaucoup et qui, pudiques ou orgueilleux, s'abstenaient de parler d'elle pour ne pas raviver leur douleur quand on explorait avec eux, avec la grand-mère surtout, les boîtes de photos qu'on avait sorties du buffet du couloir.

***

Mais j'en viens au meilleur en retournant au grand-père Auguste que j'ai dû connaître alors que j'étais tout petit. Il est mort en 1962 alors que j'avais sept ou huit ans. 1962 ! Epoque opaque où tout le monde n'avait pas une voiture, un frigidaire, un joli scooter, une tourniquette à faire la vinaigrette ou un smartphone pour s'empêcher de penser ! L'arrivée de la télévision dans les foyers, ça a été d'abord chez Auguste et Marguerite. Elle était en noir et blanc, une seule chaîne, posée dans le coin de la pièce unique de la longère où ils habitaient. La visite aux aïeux était devenue un rituel pour les différentes branches de la famille : les enfants de Léon venaient du centre du village, ceux de Constant du coin de la rue. Il y avait un poêle à charbon qui ronflait, on pouvait bien être dix ou quinze là-dedans à regarder le jeu de la Chance, Télé-dimanche, à regarder le film, puis, plus tard, Les Trois coups et Thierry la Fronde avant de s'en retourner chez soi. 

Je n'ai pas assisté à la scène mais ma grand-mère me l'a racontée. C'était un dimanche où on passait un bon vieux western des familles avec une bataille entre cow-boys et Indiens. A un moment le Grand-père Auguste est parti dans sa chambre et puis il est revenu armé d'un pistolet à bouchons et à bombardé le poste en hurlant : "Pan t'es mort !" L'ambiance !

 

Piège à oiseaux

Un autre de ses faits d'armes de retraité qui s'amuse comme il peut est le suivant. Il avait fabriqué un piège à oiseaux de ce style. Le bâton qui soutenait la cage était relié à sa main droite par une longue ficelle. Quand l'oiseau allait picorer les graines qu'il avait mises dessous, il tirait la ficelle et le piaf était emprisonné. Il allait le chercher et procédait à la même opération savamment préparée : il avait découpé dans du carton une espèce de crète de coq qu'il avait colorée en rouge ; il l'enduisait de colle et la posait sur le bec de l'oiseau puis attendait que ça sèche. Alors il sortait et relâchait l'oiseau ! Et il se réjouissait quand un oiseau ainsi décoré par ses soins se faisait prendre au piège une deuxième fois !

Si mes enfants passent par ici, qu'ils le sachent : je ne suis décidément pas le plus farfelu des zozos de la famille !

Sacré (arrière-)grand-père, va !

P.S. Vous avez remarqué ? Cet Auguste était fils d'un Auguste tout comme Léon 2 était fils de Léon 1 et comme Constant 2 était le neveu de Constant 1 et comme Léon 3 est le neveu de Léon 2 ! Eh bien, il n'empêche ! Avec ce système de prénommer les enfants comme leur père, je puis affirmer qu'il y a un phénomène constant dans la famille De... : depuis 1885 il y a toujours eu un Léon De... à s'agiter du côté d'Oignies et de Libercourt ! ;-)

Posté par Joe Krapov à 05:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,