En retard sur ce qui était prévu, forcément ! Un marathon Brassens avec 100 chansons en quatre heures, c’était une utopie ! Mais 61, c’est déjà pas mal, surtout que la salle était pleine de public, que tous les musiciens et conteurs prévus étaient là et qu’on a eu l’impression de vivre des grands moments avec tout ce monde qui chantait ou disait les mots du Sétois et ceux de nos amis les poètes qu’il a mis en musique.

2021-12-01 - 285 26

2021-12-01 - Nikon 11

2021-12-01 - Nikon 13

2021-12-01 - Nikon 27

2021-12-01 - Nikon 29

2021-12-01 - Nikon 53

DSC_0672