210209 Sophie Loubiere

Je ne sais déjà plus comment j'ai fait pour retrouver Sophie Loubière mais mon historique de navigation m'a donné la réponse. C'est en allant regarder la bibliographie de Didier Savard, un auteur de bandes dessinées qui a concocté douze volumes d'une série nommée "Dick Hérisson". J'ai emprunté deux volumes à la bibliothèque des Champs libres et je me suis retrouvé dans un univers mi-Tintin, mi-Tardi, en fait, d'après ce que j'ai lu sur Wikipédia, complètement "Harry Dickson" de Jean Ray ! Je n'en sors pas, me revoilà chez les Belges !

Il se trouve que Savard a commis avec Sophie Loubière un feuilleton radiophonique intitulé "Le Mystère Mornefange". Mais d'où connais-tu Sophie Loubière, Joe Krapov ?

D'une période un peu antédiluvienne où nous écoutions France-Inter l'été sur le coup de cinq ou six heures. Elle y animait une émission très plaisante appelée "Dernier parking avant la plage". Le ton en était très estival, la voix de la dame sirupeuse comme celle des animatrices de FIP, elle passait des musiques très latinos, très soupe légère mais surtout elle lisait des extraits de romans,des brèves de comptoir, des recettes de cocktails dans un habillage radiophonique constitué de dialogues de films dont je ne vous dis que ça.

Cela faisait partie des trésors perdus sur lesquels j'avais fait une croix, genre "Le Trésor des treize maisons", d'Achille Zavatta, dont je ne saurai jamais si c'était un décalque du "Mystère des douze chaises" d'Il'f et Petrov ! !

Eh bien Alleluia ! Madame Sophie a posé sur Soundcloud une petite dizaine de ces émissions, d'autres de la série "Parking de nuit" et des tas de petitis bijoux sonores dont le feuilleton en question et des nouvelles écrites par elles et lues par Claude Chabrol que j'aime bien aussi.

La totalité est ici : https://soundcloud.com/sophie-loubiere

Cliquez donc sur la première ci-dessous pour entrer dans une zénitude vacancière proche de la béatitude complète.