Je suis heureux quand 

- j’éteins le bouton de la radio parce que quelqu’un·e dans le poste parle de coronavirus ;

- je plie le "Canard enchaîné" soigneusement pour pouvoir lire la page 2 à la suite de la 1 dans le canapé. Plus tard je lirai la 8, puis la 7, la 6, la 5)dont je n'ai regardé que les dessins. La lecture de la 3 et de la 4 attendront mon passage aux toilettes mais je ne serai pas très heureux de les lire car elles sont moins drôles que les autres ;

- je prends le café du midi après l’avoir confectionné à l’ancienne, avec même désormais une cuillère à café de chicorée par-dessus le café moulu ;

- je savoure la tarte aux pommes maison faite par la conteuse avec laquelle je vis ;

- je reçois des amis qu'on n'a pas vus depuis trois mois et je découvre le nouveau chien qu’ils ont avec eux : ouf, ça n’est pas un doberman ! ;

200607 Nikon 056

- je laisse tomber mes réticences vis-à-vis de Windows 10 ;

- j’entame une partie d'échecs sur un des nouveaux logiciels gratuits du "Microsoft store" ;

AEV 1920-33 Jean-Paul - Les échecs LV100

- je trouve des formules à l’emporte-pièce pour critiquer le langage journalistique : Personne âgée ! Personne âgée ! Appelez-moi « vieux », je préfère. Un vieux con c’est un vieux con, ça n’est pas "une personne âgée avec un entendement diminué" ! ;

- je trouve la bonne réponse à la question Superbanco du jeu des mille euros. 

- je chante "Ca vaut mieux que d'attraper la scarlatine" et "Je m'voyais déjà" en plein air au square du Berry.


Pondu le 9 juin 2020 pour l'Atelier d'écriture de Villejean 1920-33 d'après cette consigne.