05 mai 2020

LE PORTEFEUILLE D'ILARION VIKTOROVITCH KRAPOV. 2, Le mortuaire de V. I. Krapov

La deuxième pièce trouvée dans le portefeuille est  le mortuaire de Viktor Ivanovitch Krapov (son père et donc mon grand-père paternel)

J.K. - C’est en fait l’avis de décès de mon grand-père paternel, le père d’Ilarion. On y lit : « Médaillé du travail, membre du P.C.F., adhérent à la C.G.T.. Décédé le 15 fevrier 1965 dans sa 59e année. Vous êtes prié d’assister aux convoi et funérailles civiles qui auront lieu le jeudi 18 février 1965 à 15 h 45. Gardez-lui un bon souvenir.

De la part de

- Ses cinq enfants. A l’époque seuls les trois aînés ont des enfants

- Un frère
- Six beaux-frères et belles-sœurs
- Sa marraine
- Dix noms de famille correspondant à ses oncles, tantes, neveux, nièces et cousine.
- Une veuve Predal-Bels
- Un couple Henri Delvoy
- Le Docteur Houssin
- M. Berton son infirmier dévoué.

C’est édité par les Pompes funèbres Veuve Lemaître.

L.L. – Chez nous on appelle ça un avis de décès. C’est curieux d’avoir fait un substantif de cet adjectif ! Un mortuaire !

Fl. F. – En tout cas, l’adhésion au PCF, ça met par terre ta théorie d’une famille catholique, bâtie à partir de la photo des deux garçons en communiants !

F. Fl – C’était peut-être pour aller à un bal masqué !

L.L. – Ok, tu sors, Ferdinand !

Fl. F. - C’est quand même spécial d’afficher jusqu’au bout ses opinions politiques et syndicales. Tu imagines « Roger Dugenou, membre du Rassemblement national, syndiqué à la FDSEA de Saint-Glyphosate dans le Gers».

JK – Tu peux le garder, ce formulaire-là. J’irai pas à ses obsèques à lui !

F. Fl. – Pourquoi ? Les morts sont tous de braves types d’après Brassens !

L.L. – Déjà il n'ira pas parce qu’il n’a droit qu’à un kilomètre autour de chez lui pour faire son jogging !

Mortuaire de Victor I


Complément d’information fourni par Joe Krapov

17 Ilarion et Viktor en communiants

Ilarion Viktorovitch et Viktor Viktorovitch Krapov en premiers communiants

02 Viiktor Ivanovitch Krapov (mon grand-père paternel)

Viktor Ivanovitch Krapov

03 Berta Krapova ma grand-mère paternelle

Berta Lioudovikovna Krapova

07 Viktor et Berta et leurs enfants 1

La famille Krapov et ses cinq enfants

08 Victor et Berta et leurs enfants 2

La Fratrie Krapov

Sur le nombre de beaux-frères et belles-sœurs, il faut savoir que ma grand-mère était la septième d’une tribu de dix enfants. Elle est décédée (ou partie au ciel ?) en 1957 à l’âge de 49 ans. Peut-être avions nous là un couple similaire aux parents Brassens avec le père plutôt libre-penseur et la mère plus encline au catholicisme. Je sais que le curé de l’église Saint-Henri, en face de chez eux, venait parfois jouer aux cartes chez eux.

Je me souviens très bien par contre de leur maison. Elle a été rasée depuis mais comme dans toutes ces cités les maisons étaient construites à l’identique, on trouve à l’entrée dans la commune, sur la gauche, après la station essence, d’autres maisons bâties sur le même modèle. Et là on peut remercier M. Google-Street !

Maison du même type que celle de Grand-père Victor qui était en face de l'église saint-henri

Posté par Joe Krapov à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


LE PORTEFEUILLE D'ILARION VIKTOROVITCH KRAPOV. 1, La carte de pêche

Je ne sais pas si c’était une très bonne idée,  finalement, pendant le confinement de l’année 2020, d’avoir convoqué Ferdinand Flure, Florent Fouillemerde et Madame Lapsi-Lejolusse à cette visioconférence. Vu le niveau des propos échangés, peut-être qu’un simple apéro-skype aurait suffi.

J. K. (Joe Krapov) – Nous sommes-là aujourd’hui pour analyser le portefeuille d’Ilarion Viktorovitch Krapov. Je vais vous présenter les pièces une par une et vous me direz ce que vous en pensez.

1, Une carte de sociétaire 1989 de « La Gaule libercourtoise »

Carte de pêche d'I

 

F. Fl. (Ferdinand Flure) – 1989, ce n’est pas l’année où est sorti « Le Bandard fou » de Moebius ?

L.-L. (Mme Lapsi-Lejolusse) – Ok, tu sors, Ferdinand !

Fl. F. (Florent Fouillemerde) – La Gaule… La Gaule… les irréductibles Gaulois… Quel album d’Astérix est donc sorti cette année-là ?

J. K. - La carte porte le n° 0041. Elle est « à présenter à toute demande de vérification du garde ou d’un membre mandaté de la commission ».

L.-L. – Un peu comme l’attestation de déplacement dérogatoire ?

F. Fl. – Il n’y avait pas de confinement à l’époque. Au contraire, toutes les vannes s’ouvraient ; le mur de Berlin s’écroulait sous les coups de pioche de Sarkozy et Juppé !

J.K. – En fait, il était impossible de confiner mon père ! Lui aussi avait le virus de la pêche. Cette carte permettait de fréquenter l’étang de l’Emolière, aménagé dans un bois appartenant aux Houillères en 1976 à l’initiative de mon grand-père maternel qui était alors adjoint au maire. C’est bien la seule chose qu’ils avaient en commun, ces deux-là : c’étaient des « péqueux ». Je me souviens du marais de Fampoux, du canal du Nord et peut-être aussi d’Arleux. Plus tard, pour assouvir cette passion qu’ils partageaient eux aussi, l’oncle Georges et l’oncle René allaient passer leurs vacances et même leurs week-ends dans la Somme où ils laissaient une caravane à l’année.

L.-L. Autre chose, Joe Krapov ?

J. K. – Adresse du sociétaire : 5, résidence du Petit bois. La carte comporte une signature au verso : quelque chose comme « Maryse Sobon ». Elle est imprimée par Narodowiec à Lens. Ca doit vouloir dire « Le National » en polonais. Quand j’y repense, au nombre de copains d’origine polonaise que j’ai eus, les Américains, avec leur melting pot, ils me font bien rigoler !

Fl. F. - Je me charge d’approfondir tout ça.

Carte de pêche d'Ilarion V

COMPLÉMENTS D'ENQUÊTE DE FLORENT FOUILLEMERDE

1) Narodowiec sur Wikipedia :

"Narodowiec est un journal quotidien en langue polonaise fondé par Michał Franciszek Kwiatkowski en 1909. D'abord édité à Herne en Westphalie (Allemagne), le quotidien a été transféré en France, à Lens dans le Pas-de-Calais en 1924 afin d'accompagner les nombreux mineurs polonais qui venaient s'installer dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais : les « mineurs westphaliens »

À la mort de Michał Franciszek Kwiatkowski, le 21 mai 1966, son fils Michel poursuit son œuvre jusqu'en juillet 1989, lorsque sort des presses de l'imprimerie de Lens le dernier numéro du Narodowiec."

Quotidien_Narodowiec

 

2) Un album d'Astérix en 1989.

Ce n'est pas un album de bande dessinée à proprement parler. Il s'agit d'une adaptation du film "Astérix et le coup du menhir"

Je vous dispense d'extraits en vidéo. Les deux que j'ai regardées ce matin ne m'ont pas paru très convaincantes.

Le-coup-du-menhir


3) Le 5, résidence du petit bois à Libercourt

M. Google-street n'est d'aucun secours. La rue du petit bois n'existe plus... qu'à Oignies ! Par contre il existe bien ici une artère appelée "Résidence du petit bois". De quand date cette page ? Pourquoi le cartographe américain met-il l'embargo sur le passé krapovien ?

J.K. - Dans mon souvenir ça ressemble à ça mais là on est rue Pasteur !

Rue du petit ponchelet ou du petit bois à Libercourt

 

4) La Gaule libercourtoise

On trouve à son sujet :

- Un compte Facebook

Un blog arrêté en 2016

- Un autre blog plus ancien aux couleurs flashy qui fait un peu d'histoire et est  finalement très intéressant pour qui veut connaître les poissons... mais qui dégénère très vite en fan-club de Frédéric François et autres stars des années 80 !


J.K. - Allez ! Spécial dédicace aux ami-es de La Ritournelle ! 

Posté par Joe Krapov à 11:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,