20 mars 2020

Écrire et rire à Villejean… mais pas seulement !

Écrire et rire à Villejean… mais pas seulement ! 

180414 Nikon 020

En ces temps de confinement, l’Atelier d’écriture de Villejean propose les colonnes de son blog pour lire, rire et même écrire.

Joyeux anniversaire, l’Atelier !

25 ans ! S’il n’était pas aussi discret, voire invisible, au sein de la Maison de quartier, l’Atelier d’écriture de Villejean pourrait fêter cette année ses vingt-cinq années d’existence.

Cela fait en effet un quart de siècle que des gens comme vous et moi se réunissent une fois par semaine, le mardi de 18 h 30 à 20 h 30, en salle Mandoline, pour découvrir ou retrouver le plaisir d’aligner les mots d’une drôle de «rédaction» hebdomadaire… mais pas seulement !

Car ici il n’y a pas d’instituteur qui corrige les copies, pas de notes, pas de jugement de valeur. On a même le droit de rendre copie blanche si le petit jeu proposé par l’animateur n’a pas inspiré l’écrivant ou l’écrivante. On a le droit d’être hors sujet, de délirer, de se lâcher, de raconter des tranches de vie, de composer des poèmes, d’inventer des chansons… mais pas seulement !

Vous voulez des exemples de ces consignes d’écritures données par Jean-Paul Legrand, l’animateur, ces derniers temps ? En voici :

- Cours, Kennedy, tout un monde est derrière toi !
Les Etats-Unis nous ont apporté plein de choses : le rock’n’roll, le chewing-gum, Walt Disney, la Harley-Davidson. Dressez-en la liste et classez les en trois colonnes (positif, négatif, indifférent puis racontez en détail votre relation personnelle avec un ou plusieurs de ces éléments (votre accoutumance au MacDo, votre détestation de Donald Trump, etc.)

- La généalogie tintinesque
Sur les pages de garde des albums de Tintin figure une impressionnante galerie de portraits. Imaginez un instant qu’il s’agit de votre propre arbre généalogique. Racontez-nous votre oncle Albert, votre tante Marguerite qui se prenait pour une cantatrice d’opéra. Qui sont ces jumeaux à moustaches, ce marin barbu et tous les autres ?

- Encyclopédie farfelue des compagnons de votre enfance
Expliquez aux plus jeunes qui étaient Zorro, Mary Poppins, François, Claude, Annie, Mick, Dagobert et les autres !

- Le jeu du post-it
Posez des questions pour deviner l’identité dont on vous a gratifié.e

DDS 542 jeu du post-it 1

- Racontez la fin du monde avec humour !
Comment vivez-vous avec cette « attestation de déplacement dérogatoire » ?


Pas si secret que cela !

On imagine bien que de plancher sur de tels sujets n’engendre pas la mélancolie. Malgré sa discrétion qui relève plus de la timidité que d’autre chose l’atelier rend accessibles ses travaux de divagation littéraire.

Par le passé des expositions de textes joliment illustrés ont été présentées dans le hall de la MQV. Depuis 1993 le blog de l'atelier permet de consulter les thèmes d’écriture et certains des textes écrits par les participants. En 2018, à l’occasion des dix ans de Mediapart à Rennes, l’atelier a même réalisé un journal consacré à certains aspects amusants du quartier de Villejean. On peut découvrir dans « Mon amant.e de Villejean » à qui appartiennent les baskets géantes du parc du Berry. On y apprend pourquoi les salles de la Maison de quartier sont désignées par des prénoms. Mais pas seulement !

Lauréat et lauréates du concours Encres d’automne

A force de pratiquer le logorallye, le cadavre exquis ou le lipogramme, les écrivant.e.s ont acquis une aisance d’expression et une maîtrise du récit court qui ont trouvé leur récompense à la bibliothèque de L’Hermitage. Depuis douze ans maintenant la médiathèque de cette commune à l’Ouest de Rennes organise le concours «Encres d’automne». Les membres de l’atelier y participent. Ils doivent rédiger un texte d’une page dans lequel ils insèrent quinze titres de romans récents acquis par la bibliothèque.

Jean-Paul a gagné un prix spécial du jury, Eliane a remporté ensuite le 1er prix, puis ce fut le tour de Dominique l’année suivante. Elle a ensuite gagné le deuxième prix. En 2018 le titre est revenu à Anne-Marie.

En 2019 Maryvonne a été sélectionnée parmi les douze textes retenus par le jury. Elle a eu droit à une belle lecture de son texte par le comédien Michel Monestes lors de la cérémonie de remise des prix.

Tout le monde attend avec impatience le palmarès 2020 !


Temporairement ouvert à toutes et à tous sur Internet !

Nous terminerons ce tour d’horizon en signalant que l’atelier ne recrute que peu de nouveaux membres. Ce monsieur et ces dames sont déjà une bonne douzaine, ce qui est le nombre idéal pour ce genre de rendez-vous. Mais pas seulement ! Cela permet aussi de couper en parts égales un gâteau d’anniversaire qu’on leur souhaite bon !

Compte-tenu du confinement généralisé, l’atelier ouvre temporairement les colonnes de son blog à qui veut bien tenter l’expérience par Internet. Une consigne paraît le mardi soir et vous avez une semaine pour pondre un texte, le taper et l’envoyer à jeanpaul.legrand [arobase] free.fr

Pour plus de précisions, voyez ici : http://aevillejean.canalblog.com/archives/consigne_d_ecriture/index.html

Joe Krapov


Ecrit pour le blog Histoires ordinaire/Villejean le vendredi 20 mars 2020.


19 mars 2020

AVEUX COMPLETS

200315 265 001Je soussigné KASTIC, Jules-César né le 29 février 1945 demeurant 7, rue Jean-René Xagères à 35000 Rennes avoue que j’ai déjà oublié la chronologie exacte du début de la fin du monde.

Déjà on aurait dû se douter, dès le début du mois de mars, qu’il nous arriverait des bricoles : le 13 était un vendredi ! Maintenant on a la confirmation que les superstitieux ont raison. Mais même ce jour-là on pouvait encore se balader le nez au vent avec un appareil photo, attendre les mômes pour la dernière fois à la sortie de l’école. Non, je ne distribue pas des cachous, j’attends juste les carnavals et les fêtes qui n’auront plus lieu. C’est ce soir-là ou la veille qu’on a interdit les rassemblements de plus de cent personnes.

Malgré cela, le samedi, on était aussi nombreux qu’à l’habitude à faire nos courses sur le marché des Lices. Les libraires de la place Hoche avaient encore droit de cité. Le samedi soir on est passé au stade 3 de la lutte contre l’épipandémie… mais le lendemain il n’était pas interdit d’aller voter ! C’est ce qu’on a fait, à la queue leu leu, un mètre les uns derrière les autres dans le couloir de l’école primaire. Preuve que c’était encore de la rigolade, l’adjoint au maire qui officiait a pris ma carte d’identité et ma carte d’électeur avec ses gros doigts non gantés. J’ai brûlé le tout en rentrant pour ne pas être infecté. Germaine, mon épouse, était tellement perturbée par tout ce cirque qu’elle a écrit son nom en capitales sur le registre au lieu de signer.

Après ils ont été tellement vexés d’avoir perdu les élections, d’avoir encaissé un taux d’abstention de 50% et surtout d’avoir vu les gens qui ne les écoutaient pas et allaient se promener au soleil du printemps, en groupes, dans les parcs et jardins qu’ils ont confiné tout le monde et qu’ils ont tout fermé !

A pus bistrot ! A pus restau ! Plus de ciné ! Plus de biblis ! Plus de mémés dans les sorties !

Juste aller chercher à bouffer et rentrer. C’est ce qu’on a fait le lundi matin à 9 heures. D’habitude j’y vais seul, faire les courses avec mon petit panier qui donne l’air d’un con, mais là Germaine a voulu venir avec son ® caddie. L’hypermarché habite à un kilomètre de chez nous ; on y est allés à pied sans croiser personne. Mais une fois là-dedans, tudieu, quelle cohue-bohu ! On a passé une heure dans les allées et une heure à poireauter pour payer !

Pas moyen de se frayer un passage au rayon conserves de légumes ! A côté un paquet de spaghettis, éventré, rendait glissante l’allée des bonnes pâtes. Les gens avaient dû se battre pour le dernier paquet de Panzani.

AEV 1920-22 Jean-paul 500px-RationnementQuelle ambiance, cette fin du monde ! Nous aussi on a été pris de folie et on a fait n’importe quoi ! J’ai acheté deux plaques de chocolat au lieu d’une, deux paquets de riz, un paquet de café, des tortillons Turini alors que j’avais fait le plein de ça la semaine précédente et qu’on ne mange des pâtes qu’une fois par semaine ! Il n’y avait plus de gaufres liégeoises en rayon ! Dévalisés par les Belges d’honneur du coin ! J’ai acheté des gaufres Rita au café, les seules qui restaient, alors que je n’aime pas trop ça et que je sais fabriquer moi-même les meilleures gaufres flamandes de toute l’Ille-et-Vilaine !

Germaine a racheté du papier hygiénique, que j’avais fait le plein sans même prévoir la crise il y avait huit jours. On aurait été aux Etats-Unis, on revenait avec un 22 long rifle pour se défendre pendant le couvre-feu à venir ! Bref, on a été bien heureux de sortir de là !

Et puis mardi mon beau-frère nous a avertis par mail qu’il faudrait un Ausweis pour circuler ! Une « attestation de déplacement dérogatoire » ! Fort heureusement non tamponnée par la Kommandantur ! On l’a imprimée, on a coché la case « déplacements brefs à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelles des personnes et aux besoins des animaux de compagnie » et on est allés faire un tour de vélo le long de la Vilaine.

Depuis, c’est la rég-pression totale ! On n’entend plus que des commissaires de police au « Téléphone sonne » sur Radio-Paris. On ne parle plus que d’amendes à régler si vous n’avez pas d’Ausweis, que vous rencontrez un Feldgendarm et qu’il n’accepte pas votre justificatif « Je promène Kiki mon poisson rouge dans ma bérouette : il a besoin de prendre l’air depuis que tout le monde est confiné dans son bocal ». A qua ça rium, tout ça je vous demande un peu !

En même temps, comme ils disent, ils ont bien fait d’annuler le deuxième tour des élections municipales car ils n’ont pas prévu de case pour qu’on aille voter à part cette même raison des besoins animaliers : les pauvres hommes politiques aux abois sont perdus sans nos voix !

Bon, j’ai l’air de ricaner comme ça, mais je suis un bon citoyen, j’obéis, je suis con finement et pas con Plautiste : certains rigolos font courir la défèque-niouze comme quoi ce virus nous a été envoyé par les camarades communistes chinois (et russes) pour que nous fassions l’expérience de :

- la queue dans les commerces où il n’y a pas de masques à part celui du boutiquier ;
- la police derrière chaque citoyen dès qu’il bouge ;
- les discours fleuves et récurrents de notre leader maximo ;
- l’interdiction des réunions ;
- la grande guerre patriotique ; etc.

AEV 1920-22 Macron en guerre contre le coronavirus

A leur décharge le gouvernement vient de découvrir les vertus du service public hospitalier et tous ces gens de droite envisagent même… des nationalisations !

Maintenant il me reste à avouer à Madame Brigitte Bardot et aux gens de la SPA le crime impardonnable que j’ai commis au nom de la résistance au coronavirus : pendant qu’on pédalait sur le halage avec Germaine j’ai abattu un canard qui discutait avec sa cane en descendant la Vilaine.

- Darmanin réélu à Tourcoing ! Coin coin ! ricanait-il

Je n’ai rien contre l’humour du « Clair de lune à Maubeuge » mais ils ne respectaient pas, pour se parler, la distance réglementaire d’un mètre.


P.S. Pour survivre pleinement au confinement et au virus, évitez d’écouter « Le Postillon de Longjumeau ». Il paraît que même cela vous contamine l’humeur.
 

Pondu pour l'Atelier provisoirement en ligne de Villejean le mercredi 19 mars 2020
à partir de la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 12:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

CONSIGNE D'ÉCRITURE 1920-22 DU MARDI 17 MARS A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Fin du monde !

 

C’est la fin du monde ! Tout le monde est confiné ! Pour vous déplacer il vous faut remplir une autorisation dérogatoire.

Examinez le document officiel ci-dessous. Inventez-vous un pseudonyme, une date de naissance qui n’est pas la vôtre et une adresse de fantaisie.

Remplissez-le.

AEV 1920-22 attestation de déplacement dérogatoire

Puis racontez vos déplacements de ces derniers jours, 
ce que vous avez vu ou vécu et tout ce que cela vous évoque. 
Si possible avec humour !

AEV 1920-22 carali-collapsologie

Posté par Joe Krapov à 10:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2020

Dernière balade pédestre à Rennes le 13 mars 2020 (1)

200313 265 048

Il ne pleuvait plus ! Il avait fait très beau le matin sur le marché de Villejean où j'étais allé interviewer les dames du projet Ida : je n'allais quand même pas rester enfermé, quand même, ce vendredi après-midi ! On avait juste interdit, la veille, de se réunir à plus de cent personnes. Quand je me balade en ville  c'est, la plus part du temps, seul en compagnie d'un appareil photo.

L'après-midi je suis donc retourné à Villejean. A la MQV on m'a confirmé que le concert de chants de marins du samedi était annulé. Du coup je suis allé à Beauregard faire la sortie de l'Ecole Sonia Delaunay. C'est de là que devait démarrer le carnaval de Printemps qui se terminerait en bal du monde à la Ferme de la Harpe.

Macache bézef ! A quatre heures tous les mômes sont sortis de l'école, contents comme tout de ne plus avoir classe le lundi suivant. Aucun d'eux ne portait de masque : c'est fou non ? J'en ai déduit que le carnaval aussi était annulé alors je suis allé me promener dans Beauregard, ce nouveau quartier de Rennes où l'on avait posé les "Alignements du XXIe siècle", une sculpture monumentale de Geneviève Asse, un geste qui a eu de la gueule à une certaine époque.

Pour que ce soit bien moche quand même on avait ensuite enserré ce champ de menhirs entre un Fonds régional d'art contemporain d'allure macabre (noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir) et une maison de quartier à l'air sympathique.

Voilà à quoi cela ressemble aujourd'hui... dans mon souvenir.


200313 265 059

200313 265 068

200313 265 071

200313 265 072

200313 265 076

200313 Nikon 011

Posté par Joe Krapov à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Dernière balade pédestre à Rennes le 13 mars 2020 (3)

200313 Nikon 032
Ces boursouflures du revêtement sur le mur extérieur du FRAC sont-elles aussi de l'art contemporain ?

200313 Nikon 033

Mieux que l'oreille de Van Gogh : l'autoportrait à tête coupée de Joe Krapov !

200313 Nikon 035

200313 Nikon 038

200313 Nikon 039
Préfiguration de l'entrée dans une autre dimension.
L'autre titre de cette oeuvre d'art contemporain pourrait être : Crash !

Posté par Joe Krapov à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mars 2020

Confinement jardinier rennais du 15 mars 2020

ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE

Je soussigné M. Joe Krapov, né le 21 juin 1989, demeurant 7, rue du Petit port et de la Haute-Folie à 35000 RENNES certifie que mon déplacement est lié au motif suivant autorisé par l'article 1er du décret du 16 mars 2020 portant règlementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19 :

 X déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie ayant pour but la tonte de la pelouse, l'arrachage des mauvaises herbes et l'envie de respirer autre chose qu'un air d'URSS ! *

* C'est de l'humour, Manu !

200315 265 002

200315 265 004

200315 265 006

200315 265 007

200315 265 009

 

 

 

Posté par Joe Krapov à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,