Mon pote Manu et moi affichons quelquefois des airs de voyous pas sérieux bien qu'ayant passé l'âge. Malgré cela je pense que nous sommes - ou avons été - de bons fils.

Que de temps n'aurons pas consacré à enregistrer, pour l'anniversaire de son père, des chansons du vieux carnet de route de celui-ci ? Chansons scoutes, enfantines, variété surannée, rengaines, canons et stupidité Georgiussiennes étaient au programme. Nous arrivons à la phase de concrétisation du CD cadeau. Vous pensez bien que je partagerai l'objet fini avec vous. Il nous reste à enregistrer cet air-ci, une chanson à boire danoise, qui n'est pas une mince affaire, ne serait-ce qu'au niveau de la translitttération. Son titre est : Det Var En God Gammel Bondemand.

Allez, retrousse encore une fois tes manches, musicien de l'impossible ! 

1
Dèt var èn God gammel bonn demann,
Som foulé zo oul lèd som feul.
Som foulé zo oul lèd som feul.
Som foulé zo oul lèd som feul.

Led som feul
Led som hopsasa, trala-lala,
Som foulé zo oul lèd som feul.

2
Til konen kom der en ung student,
Mens manden var oud' efter eul.
Mens manden var oud' efter eul.
Mens manden var oud' efter eul.

Efter eul
Efter hopsasa, trala-lala,
Mens mand’n var oud' efter eul.

3
Han klapped' hende po rosenkind
Og kussède hende po mund.
Mens manden var oud' efter eul,
Mens manden var oud' efter eul,

Efter eul,
Efter hopsasa, tralalala,
Mens manden var oud' efter eul.

4
Men manden stoud bag ved dorn og so
Vordan | det hile gik til.
Dé troud' han var oud' efter eul,
Dé troud' han var oud' efter eul,

Efter eul,
Efter hopsasa, traloulala,
Dé troud' han var oud' efter eul.

5
Så skeudann stoudent’ og kêllingen mèd,
Og so gik han oud efter eul.
Og so gik han oud efter eul,
Og so gik han oud efter eul,

Efter eul,
Efter hopsasa, traloulala,
Og so gik han oud efter eul.

6
Morèlen er Tag din koune mèd,
No dou skal no oud efter eul.
No dou skal no oud efter eul.
No dou skal no oud efter eul.

Plus lent et emphatique à la fin
Efter eul,
Efter hopsasa, traloulala,
No dou skal no oud efter eul.

Et un petit karaoké des familles, ça vous tente ? ;-)



La maison Internet fournit même une traduction approximative
de la vieille chanson allemande à l'origine de celle-ci :
"Es hat ein Bauer ein junges Weib".

Texte: allemand, XVIe siècle 
Mélodie : Air folklorique allemand, XIXe siècle

Je résume juste l'idée : 

Il était une fois un vrai paysan
Qui n'aimait rien tant
Son travail fini
Que d'aller traîner ses guêtres au café du village
Pour y engouffrer des demis
De bière.

Alors que l'homme était sorti 
Un jeune étudiant est venu voir sa femme.

Il a caressé ses joues roses et l'a embrassée sur la bouche.

Mais le paysan s'était caché et il a tout vu.

Alors il a tiré sur l'étudiant
Et il est allé au café boire une bière.

Moralité :

Si vous allez au café boire une bière, emmenez votre femme avec vous !