21 juillet 2019

Sablé-sur-Sarthe sous un ciel d'orage en juillet 1993

Quand je suis en vacances, je travaille comme un malade ! Ces jours-ci, alternant parties d'échecs contre Titan Chess au niveau 6 avec les noirs et numérisation de diapositives anciennes, je "nettoie" mon grenier. Cela vous vaut ici d'autres images de ce petit village bien français dans lequel j'ai passé douze ans qui, peu à peu, se dirigent vers l'oubli. Pourtant certaines traces de ce "passage du poète dans le Sud de la Sarthe" sont assez jolies, non ?

D 93 22 02 Sablé sous ciel d'orage

D 93 22 03 Sablé sous ciel d'orage

D 93 22 04 Sablé sous ciel d'orage

D 93 22 06 Sablé sous ciel d'orage

D 93 22 07 Sablé sous ciel d'orage

D 93 22 08 Sablé sous ciel d'orage

Posté par Joe Krapov à 20:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Germaine et Germaine aux Affranchis à la Flèche le 6 juillet 2019 (1)

Finalement, c'est ce spectacle, "Germaine et Germaine", de la compagnie "Quand les moules auront des dents", qui restera le meilleur, le plus drôle et le plus émouvant des spectacles que nous aurons vus à ce festival des Affranchis en 2019. Il s'agit d'un duo clownesque pour deux mamies et un banc. On est très proches des Deschiens de la grande époque ou de Carmen Cru. On pourrait dire que ce n'est pas gentil de se moquer des vieilles dames mais le duo de comédiennes est beaucoup mieux que clownesque ou satirique. Il y a beaucoup d'humanité dans cette représentation du quotidien de deux vieilles dames qui se retrouvent sur un banc public.


190706 Nikon 009

190706 Nikon 011

190706 Nikon 012


Germaine et Germaine aux Affranchis à la Flèche le 6 juillet 2019 (3)

190706 Nikon 022

190706 Nikon 026

190707 Nikon 197

L'affiche du spectacle est également très sympathique.

Germaine et Germaine aux Affranchis à la Flèche le 6 juillet 2019 (4)

J'ai surtout aimé que le spectacle soit construit sur la défaillance de la mémoire. A plusieurs reprises dans le spectacle Germaine prononce "Ca me rappelle..." et elle ne se souvient plus. Elle l'a sur le bout de la langue mais ça ne sort pas. Ce n'est qu'à la fin du spectacle qu'elle retrouve LA chanson très émouvante qui résume ce qu'a été leur vie, voire ce qu'est la vie.

J'ai de mon côté, bien sûr, noté quelques paroles sur mon programme et une semaine plus tard, rentré à la maison, je l'ai retrouvée sur Internet, la chanson. Cela s'appelle "Les jeunes filles de bonne famille", c'est un titre de Jacques Hélian mais je préfère la version complète de Jacqueline Ricard, illustre inconnue très intéressante. Ca tourne en boucle depuis et ça sera bientôt dans ma guitare (ou mon ukulélé, puisque c'est en fa). Merci aux deux Germaines de ce spectacle et de la découverte musicale qui s'ensuit.

19 juillet 2019

Sur les traces de Rimbaud à Douai le 11 juillet 2019 (1)

- Mais qu’est-ce que c’est que ce monde où je dois faire tout le boulot ? Je vais devoir m’en farcir combien des destinations de vacances improbables ? Tout ça à cause d’un type avec qui je n’ai rien de commun… enfin, très peu, au finale. Or donc amis historien.ne.s de la littérature, rappelons brièvement les faits. Après avoir brûlé le dur, c’est-à-dire voyagé dans le train sans titre de transport pour se rendre à Paris en septembre 1870, le jeune Arthur R., natif de Charleville-Mais hier, se retrouve en cellule à la prison de Mazas. C’est son professeur de rhétorique, Georges Izambard, qui le tire de là en lui envoyant l’argent nécessaire à sa sortie et à son retour à la case départ sans toucher Frs 20 000. En fait il le récupère à Douai, dans le département du Nord où lui-même séjourne – c’est la guerre, plus personne n’a classe, pas même les profs – chez les sœurs Gindre, ses tantes par alliance, au n° 309 de la rue de l’Abbaye des Prés. A l'époque, c'était le n° 27.

- Et alors, Joe Krapov ? D’où vient ton ire ?

- C’est que voyez-vous, cher.e ami.e Rimbaldophile, il y a là-bas une plaque commémorative de ce séjour douaisien du poète.

- Oui, mais encore ?

- Personne jusqu’à ce jour n’a jugé bon de la photographier ni de la montrer sur Internet.

- Justement, on comptait sur toi, qui es né à quinze kilomètres de là et retournes quelquefois sur les lieux de ton enfance, pour le faire ! Tu vois que tu as ton utilité sur cette terre !

190711 Nikon B 036

190711 Nikon B 037

190711 Nikon B 038
P.S. Mon ire (mon délire ?) vient aussi de ce que j'ai oublié de tourner la molette de l'appareil et que c'est resté sur "effet créatif dessin" ! En même temps, ça n'est pas plus mal !

Posté par Joe Krapov à 17:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Sur les traces de Rimbaud à Douai le 11 juillet 2019 (2)

Vous pensez bien que je n'en suis pas resté là. En fouinant un peu dans cette rue, j'ai trouvé les portraits des "chercheuses de poux", deux des trois soeurs Gindre qui fournirent à Arthur le papier nécessaire à ce qui allait devenir "Cahiers de Douai", une recopie au propre de ses premiers poèmes. En récompense de cela on les a statufiées sous forme de mascarons sur le trottoir d'en face.

190711 Nikon B 041

190711 Nikon B 042
Au Balto le patron m'a affirmé qu'il avait bien connu Rimbaud à l'époque.

- Je lui disais toujours en lui rendant la monnaie : "Fume, c'est du belge !".
Il faut dire qu'à l'époque je ne vendais que du toubac belge !

(Oui, chez les Ch'tis, on dit du toubac pour du tabac).

190711 Nikon B 035

- Si j'ai connu Arthur Rimbaud ? Un peu mon neveu ! Un météore ce gars-là, un peu comme moi ! Pas son pareil pour disparaître en un clin d'oeil !

Pas comme ce Joe Krapov qui a bien attendu cinq minutes que je refasse surface pour m'immortaliser !

190711 265 011

Et j'ai cherché aussi sur la toile ce qu'on pouvait trouver sur ces braves dames de soeur Gindre, c'est-à-dire, pas grand chose. Quoique... (Cesse de gindre, Joe Krapov !).

1. Biographie de Georges Izambard

Georges Alphonse Fleury Izambard est né le 11 décembre 1848 à Paris. Sa mère meurt du choléra en 1849 et son fils cadet sera en conséquence élevé à Douai par une famille amie, les soeurs Gindre (Rose-Marie née en 1822, Isabelle en 1823, Henriette en 1826 et Caroline en 1831), qu'il appelait ses «tantes». Georges y resta jusqu'à l'âge adulte. Il fit ses études au lycée de Douai, puis à celui de Lille et fut reçu bachelier ès lettres en août 1866. En juillet 1868 il obtint la licence ès lettres.

Source : http://michel.balmont.free.fr/pedago/rimbaudouai/izambard.html


2. Au cimetière des Batignolles

Tombe de Caroline Gindre-09-tc

La plaque funéraire de Caroline Gindre

http://autourduperetanguy.blogspirit.com/album/au_cimetiere_des_batignolles/gindre-09-tc.html


3. La première fugue de Rimbaud

Le 02 septembre 1870, le lendemain de la défaite de Sedan (Napoléon III se constitue prisonnier et capitule), Rimbaud se trouve dans la prison de Mazasà Paris. Il appelle au secours son professeur de français, Izambard, qui lui envoie treize francs (somme que le détenu devait à l'administration des chemins de fer). La ligne de Charleville est coupée par les armées prussiennes : la police conduit manu militari Arthur à la gare du Nord et on le confie au contrôleur du train en direction de Douai. Il débarque là, au 27 rue de l'Abbaye-des-Près, chez la famille Gindre (famille qui avait élevé Georges Izambard). Les sœurs Gindre, trois vieilles fille – Isabelle 47 ans, Henriette 44 ans et Caroline, 39 ans) le débarrassent « avec de frêles doigts aux ongles argentins » de ses poux (voir « Les Chercheuses de poux », pièce qui ne figure pas dans les poèmes composés à Douai entre septembre et octobre 1870). Vitalie Cuif réclame le retour immédiat à Charleville de son fils Arthur. Fin septembre, il retourne dans le giron familial et compose « Le Dormeur du val ». La Mother décide de le mettre en pension. Dix jours après, le 7 octobre 1870, il file à l'anglaise. C'est sa deuxième fugue. Il prend le train pour rejoindre ses camarades de classe Léon Henry et Léon Billuart à Fumay (localité située à une trentaine de kilomètres au nord de Charleville). Pendant le trajet, il compose « Rêvé pour l'hiver », si on en croit l'épilogue (« En wagon, le 7 octobre 70 »). Dans la maison de Léon Billuart se trouve un majestueux meuble sculpté qui va inspirer son sonnet « Le buffet ». Puis le fugueur se rend, cette fois à pied, àGivet, puis Charleroi et enfin à Bruxelles où il retrouve un autre ami d'Izambard, Paul Durand. . Ce périple entre Charleroi et Bruxelles inspirera les sonnets « Au Cabaret-Vert », « La Maline » et bien sûr « Ma Bohême ». Affamé, sans un sou, il décide de retrouver ses mères adoptives, les sœurs Gindre à Douai. Izambard reçoit de Vitalie Rimbaud l'ordre de faire rapatrier le fugueur. Arthur quitte Douai le 1er novembre 1870 : c'est la dernière fois qu'il voit les sœurs Gindre et son professeur,Georges Izambard.

https://bmirgain.skyrock.com/3078857043-LA-MALINE-RIMBAUD-COMMENTAIRE.html

Posté par Joe Krapov à 17:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,