Ma petite maîtresse m'aimait beaucoup et je le lui rendais bien : je l’avais baptisée Vahiné ; elle me soignait quand je me traînais tout flapi, me caressait longuement, me regonflait pour que je prenne du volume et sois en mesure de l’honorer, le contrat que nous avions signé afin de nous envoyer en l’air ensemble : ça gazait bien entre nous. 

Quand il faisait mauvais et que nous ne pouvions pas sortir, elle venait me voir dans ce que j’appelais mon écurie ; elle m'apportait du pain d’épices pour la route, de l'herbe fraîche car j’adorais me vautrer dans la beuh à l’époque, des récits de ce qu’elle éprouvait au septième ciel que j’écoutais passionnément de mes oreilles largement ouvertes comme des feuilles de salade et me promettait, l’automne arrivant, de m’envoyer planer bien au-dessus des arbres aux couleurs de poil-de-carotte ; elle restait avec moi longtemps, bien longtemps ; elle me parlait, croyant que je ne la comprenais pas, m’appelait son Mongol fier, son Ballon d’or et se blottissait dans la nacelle de mes bras ; elle me contait ses petits chagrins, me disait combien je l’aidais à jeter du lest dans sa vie bien chargée et bien souvent, comblée des joies renouvelées que nos exercices physiques lui procuraient, quelquefois elle pleurait de bonheur.

Extrait de : "Mémoires de Bienmonté, aérostat sarthois" par Jean-Claude Raggamuffin.

 

Lakévio 124 Mémoires de Bienmonté

Ecrit pour le jeu n° 124 de Lakévio d'après cette consigne.