Au sortir de l’atelier d'écriture, je discute avec Fabien, le responsable du secteur adultes de la Maison de quartier. Je lui parle de ce que nous venons d’écrire à propos des noms des salles.

Il m’informe qu’une enquête a déjà été menée par le CA actuel mais qu’elle n’a rien donné.

AEV 1819-04 Saint-FiacreEn vérifiant, avant la séance, que Fiacre et Mandoline étaient bien des prénoms, l’idée m’est venue que ces prénoms ont été piochés au hasard dans un calendrier.

Pour Fabien, cela pourrait avoir été fait par des enfants lors d’une animation.

Pour moi, et c’est ma piste ultime qui rejoindrait ma fiction écrite ce jour, il pourrait s’agir des fêtes à souhaiter correspondant aux dates de naissance des administrateurs présents à l’inauguration de la maison.

Pour vérifier cela, il faudrait mettre la main sur la liste des membres fondateurs – l’association a été créée en 1972 – et mener une petite recherche généalogique.

Fiacre : 30 août
Mandoline : 22 novembre
Narcisse : 29 octobre
Gaston : 6 février
Auguste : 29 février
Marius : 19 janvier
Rosalie : 4 septembre
Achille : 12 mai

Il n’y a pas de schéma logique dans ces dates : ce n’est pas une date par mois, ce n’est pas le 22 de chaque mois, ce qui confirme l’alternative :
- Soit un jour pris au hasard
- Soit la date de naissance des gens qui étaient là.

Comme si, en plus des chansons d'Aznavour ajoutées depuis hier dans ma guitare, du jeu d'échecs, de l'écriture, de la cuisine et de la photographie, j'avais encore le temps de faire de l'archéologie !

;-)