14 septembre 2018

Chansons glanées à la Ballade avec Brassens du 7 au 9 septembre 2018 (5)

"Le Mécréant" par les Modestes. Encore une chanson qui entrerait à merveille dans un répertoire Brassens consacré à la religion !


13 septembre 2018

Chansons glanées à la Ballade avec Brassens du 7 au 9 septembre 2018 (1)

Am'nez Zique et les Biches en concert au Quai 13 le vendredi 7 septembre 2018.
Plutôt que la rigueur musciale - quoique ! - ceux-là ont choisi de bien s'amuser avec l'ami Georges !

L'idée de plaquer les paroles du "Gorille" sur la musique de "L'oiseau et l'enfant" a été empruntée à la Chorale B and B de Cholet qui avait fait la même chose avec le "Antisocial" de Trust. Je la remets, c'est trop bon ! 

Chansons glanées à la Ballade avec Brassens du 7 au 9 septembre 2018 (2)

Les Brassensossec, duo formé au débotté par Alain Bessec et Caro, des Brassenssophiles, donnaient un concert à la Bibliothèque du Landry à Rennes le 8 juillet 2018. C'était dans le cadre de la Ballade avec Brassens 2018. Ont été glanées ici "Gastibelza" et "Brave Margot".
Merci aux deux artistes pour ce très bon moment !

Chansons glanées à la Ballade avec Brassens du 7 au 9 septembre 2018 (3)



Deux autres chansons de Brassens extraites du spectacle des Brassensossec : Philistins (paroles de Jean Richepin) et Rien à jeter.

Quelle belle voix et quelle belle personne, cette Caro ! Et, bizarrement, comme le public des bibliothèques en sait plus sur Brassens que celui des bistrots ! ;-)

12 septembre 2018

Sur la Ballade avec Brassens le dimanche 9 septembre 2018 (9)



Les m'A2R1 d'O douce interprètent "Je me suis fait tout petit"
en off à la Ballade avec Brassens. Merci à Claire D. d'avoir filmé ce moment !


Sur la Ballade avec Brassens le dimanche 9 septembre 2018 (10)



Les m'A2R1 d'O douce interprètent "Le Bricoleur" de Patachou
(paroles et musique de Georges Brassens)

Merci à Marc L. d'avoir filmé ce moment.

RETOURNER A CHARLEVILLE-MEZIERES !

170715 Nikon B 011

Oui, je retournerais bien à Charleville-Mézières ! Nous avons passé une semaine un peu folle dans cette cité ardennaise en juillet 2017 et cela m’a tellement plu, la boîte à lettres spéciale pour recueillir le courrier destiné à Arthur Rimbaud, que j’ai entamé une correspondance folle, à sens unique, à destination de ce coffret jaune posé à l’entrée du cimetière où le poète est enterré.

Après une année de ce petit jeu, je me sens un peu coupable d’avoir ri et fait rire deux ou trois ateliers d’écriture avec ces délires d’aujourd’hui balancés à un squelette d'hier qui n’en peut mais et se trouve bien incapable de répondre.

Il me reste encore à envoyer une lettre recommandée avec demande d’accusé de réception en direction de cette fameuse boîte aux lettres pour que le gag soit complet et l’incident clos.

Car je m’interroge toujours : le facteur dépose-t-il bien le courrier dans cette boîte à l’air si mort ? Un service de la ville vient-il, de temps en temps, prendre livraison de la correspondance reçue par Arthur ? Qu’en font-ils, de ces lettres folles, les Carolomacériens ?

Ne ferais-je pas mieux de rassembler mes textes épars, de les imprimer, d’en faire un livre et de l’envoyer au directeur du Musée Rimbaud dans son moulin au-dessus de la Meuse ? Ce scénario non plus ne m’agrée pas vraiment. Parfois je suis victime de crises de paranoïa : j’imagine que le monsieur s’approprie ma littérature et la publie sous son nom avec le titre « Les lettres de mon moulin ». Si cela devenait un succès de librairie je serais vert ! Plus vert que le cabaret du même nom auquel Rimbaud consacra un très chouette poème.

1819-01 Marthe Vassallo Musée Charleville img_5186_med_hr

Oui, j’y retournerais bien à Charleville-Mézières mais sans le fantôme de Rimbaud à honorer-explorer-déplorer-exploiter-exploser. J’irais refaire la croisière sur la Meuse à partir de Monthermé. Je retournerais au Musée des Ardennes voir la cruche-matriochka dont parle Marthe Vassallo sur son blog. 

J’irais à nouveau savourer la carbonade flamande, la bière brune et le café gourmand du restaurant belge de la rue du Moulin. J’irais randonner entre Gernelle et Rumel avec un GPS pour tâcher de ne pas me perdre cette fois!

J’irais au Festival de la Marionnette !

Surtout j’irais poser ma tente – dont je n’aurais pas oublié les piquets sur le balcon ! – au camping municipal. Mon ami Manu que j’ai envoyé là-bas cet été m’a affirmé qu’on y passe désormais des nuits très tranquilles : les gendarmes locaux ont mis un terme au tapage nocturne occasionné par les kékés du coin qui croyaient devoir se montrer plus rustauds encore que le gars Jean-Arthur.

Allons bon, voilà que ça me reprend : on a dit qu’on n'en parlait plus, de celui-là !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 11 septembre 2018 d'après la consigne suivante :

Répondez au questionnaire du losange puis choisissez une de vos réponses et développez-la

10 septembre 2018

Sur la Ballade avec Brassens le dimanche 9 septembre 2018 (5)

De 12 heures à 18 heures ce dimanche 9 septembre, Joe Krapov ne pouvait être ailleurs qu'à la Ballade avec Brassens ! Il y fut accueilli par "les Copains Thabor", la chorale du Thabor qui interpréta, juste avant les discours officiels, "les Copains d'abord" !

180909 265 017

180909 265 018

180909 265 019

180909 265 020

 

180909 265 021

Sur la Ballade avec Brassens le dimanche 9 septembre 2018 (6)

180909 265 022

M'enfin ? Pourquoi cette chanteuse nous raconte-t-elle que Georges Brassens a écrit toutes les chansons de la deuxième partie du XIXe siècle, y compris "Il avait un joli nom mon guide, Nathalie" ? C'est un pompage éhonté de la prestation krapovienne et lebichonnesque lors de "Brassens pour nos aînés", vous ne trouvez pas ? Elle ferait mieux de nous chanter "La légende de la nonne", "Fernande" ou "La maîtresse d'école" ! ;-)

P.S. Pour les lecteurs et lectrices non-rennais.es de ce blog, une petite précision : il s'agit de Nathalie Apperé, actuelle maire de Rennes.

180909 265 025

Attention, madame l'élue de quartier !
Il paraît que la foi en la politique soulève des montagnes.

OK, je sors !

180909 265 029

Les festivités ont débuté avec l'interprétation par une chorale géante de quatre chansons :

Le Parapluie, L'Auvergnat, les Amoureux des bancs publics et l'Orage.

Quand on a eu fini de chanter on s'est dirigés vers le buffet et on a dansé devant car il était devenu vide entre temps !

180909 265 026

180909 265 028

180909 265 030

180909 265 032

180909 265 033

Sur la Ballade avec Brassens le dimanche 9 septembre 2018 (7)

180909 265 051

Hervé Arnoux n'a pas craint d'envoyer les treize couplets de la "Supplique pour être enterré à la plage de Sète".

180909 265 054
On a même pu, cette année, entendre "L'Amandier" chanté en arabe !

180909 265 057Les Modestes, excellents en off, tout comme sur la scène du Quai 13, le samedi, où je suis allé les écouter. Ce qu'ils font des chansons les moins connues de Brassens est d'une beauté à couper le souffle. Je vous ferai écouter ça jeudi ou vendredi prochain.

180909 265 058

180909 265 056

Et puis non d'ailleurs ! Je vous les fais entendre tout de suite puisqu'il n'y a qu'une vidéo d'eux - signée Joe Krapov - sur Internet ! Ils sont vraiment trop modestes !