14 mai 2018

Achats münichois du 4 mai 2018 (1)

On essaie de devenir des sans-papier chez nous mais comme on est bourrés de contradictions on en a quand même ramené de Münich !
Surtout après être passés par la neue Pinakothek !

Caspar David Friedrich
Une carte postale de Caspar David Friedrich :
Paysage du Riesengebirge au brouillard montant.

Posté par Joe Krapov à 22:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Achats münichois du 4 mai 2018 (2)

Deux cartes postales de Friedhard Meyer

Friedhard Meyer - Pièces d'échecs

Pièces d'échecs

Friedhard Meyer - Le bateau de marbre
Le bateau de marbre (extrait de Zyklus, conte chinois)

Posté par Joe Krapov à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Achats münichois du 4 mai 2018 (3)

Deux cartes postales de Karl Valentin

Karl Valentin 02

Je me réjouis quand il pleut parce que si je ne me réjouis pas il pleut quand même.

Karl Valentin 01

Quand tous les gens pensent la même chose
c'est qu'on ne pense pas grand chose dans le secteur !

Posté par Joe Krapov à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Achats münichois du 4 mai 2018 (4)

Ludek Pachmann
Un livre sur les ouvertures indiennes au jeu d'échecs. 10 euros au lieu de 19,99 € !
Quand même ! Je n'allais pas laisser passer une occasion pareille ! ;-)

Posté par Joe Krapov à 22:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

SI JE PEUX METTRE MON GRAIN DE SELLE…

Lakévio 107 Balade à bicyclette Viktor Tsvetkov 1965

Bien sûr que ça pourrait être eux ! Mais ça pourrait aussi bien être Yves et Paulette, à cause de la chanson de Pierre Barouh à laquelle tout le monde va penser, «A bicyclette».

Et ça pourrait aussi bien être d’autres qu’eux ! Alors ne donnons pas de prénoms. Disons que ce sont deux correspondants, une petite Française en séjour linguistique et un épais Allemand, pas très élégant, des lunettes de taupe, même pas de chaussettes dans ses godasses, ou alors une chaussette sans élastique partie voir le talon d’Achille.

Le garçon gentil mais pas séduisant, tu vois, genre le binoclard de la classe, premier en tout sauf en gym, celui pour qui une balade à vélo se prépare la veille si pas l’avant-veille. Pourtant il n’y a pas loin du centre de Münich au château de Nymphenburg, on ne risque quand même pas de crever sur le pavé de la Marienplatz.

Et, bien sûr, parce que c’est un porte-poisse, ce gars-là, ça arrive. Et il est le seul à avoir emmené des outils et une chambre à air de rechange, le seul à savoir démonter une roue, à savoir resserrer ce vélo sans ailettes. Tous les autres filent devant et il ne lui reste, à la Française, qu’à aguicher les piétons de son âge pendant que «Achtung bicyclette Pompe à vélo» opère à l'avant.

A croire que son truc, à Miraud-ro, c’est le vélo ! Pas vrai, Marcel ? Et la nymphette du bourg en visite dans la capitale bavaroise de penser à l’autre sketch où l’on parle de compétences dans le domaine de la pédale et où l’on conseille de surveiller son guidon. Elle ne comprend pas tout mais elle devine que ça doit être drôle.

Cinquante-trois ans ont passé. Moi non plus je ne sais pas ce qu’ils sont devenus, ces deux-là. Elle, c’est certain, elle l’a oublié, cet Allemand-là, ce Kamerad de fahrrad plus insipide que Brad. Elle a gagné trop de tours de Miss France avec son joli minois et sa taille fine de Saint-Gervais et Saint-Gervien hanter ton Rhin. La championne se fiche des voitures-balais !

Mais lui, le porteur de bidons de la petite Française, le mécano dans la voiture de l’assistance technique, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit doté maintenant d’une Gretchen aussi boulotte qu’Yvette Horner. Et que cette dame joue de l’accordéon à l’Oktoberfest !

Ca ne m’étonnerait pas qu’il ait suivi sa voie de serviteur de petite reine. Qu’il ait inventé les ailettes pour roues de vélo, histoire d’alléger sa sacoche à outils. Ou le vélo à assistance électrique. Voire même qu’il ait fait fortune avec ce truc improbable qu’on voit dans toutes les rues de Münich : le couvre-selle de vélo imperméable autant que publicitaire !

Il vaut quand même mieux rouler carrosse que pédaler dans la choucroute, non ? 

180504 Nikon 004 180504 Nikon 026 180504 Nikon 029

Ecrit pour le jeu n° 107 de Lakévio d'après cette consigne


N.B. Pour voir ma collection de selles münichoises, c'est ci-dessous !

Posté par Joe Krapov à 10:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Esprit de selle à Münich le 2 mai 2018

180502 Nikon B 584

180502 Nikon B 586

180502 Nikon B 105

180502 Nikon B 409

180502 Nikon B 542
Un couvre-selle imperméable et décoré de publicité ou de fleurs !
Belle invention, ma foi !

Pourquoi ne trouve-t-on pas pareils objets en Bretagne (ou en France) ?

J'ai trois réponses :

- En Bretagne, à Rennes, surtout, il ne pleut jamais !

- A Rennes, ça ne sert à rien : dès que tu as un vélo, on te le vole !

- A part Georges Brassens qui est un peu frimeur sur les bords de ce côté-là, les Français sont incapables de songer avec délicatesse au fessier de ces dames . (Je vais encore me faire des copains avec cette dernière assertion, je sens !) ;-)

Posté par Joe Krapov à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,