Le gars s’est approché de la jolie femme noire installée au bar et, d’emblée, il a commencé son numéro de rentre-dedans.

- T’sais qu’t’es mignonne à croquer, toi ? Si tu veux je peux te montrer mes pectoraux. Des vraies tablettes ! Je suis sûr que tu vas fondre dès que tu m’auras vu à poil ! Tu vas te liquéfier pour moi, ma petite fée du logis ! Je vais t’appeler « Ma saucière bien aimée » ! Mais j’ai oublié de me présenter : Jeannot Vazy. Je suis emballeur professionnel, je travaille chez Albal. Mais t’inquiète, avec moi c’est toujours carré. J’assure, je suis jamais à côté de la plaque. C’est bien simple je suis toujours fourré au septième ciel avec mes conquêtes. Ca te dit de toucher à ma braguette magique, poupée ? J’ai une heure devant moi.

La fille ne s’est pas démontée.

- Faut pas plaisanter avec la fée Chocolat ! a-t-elle déclaré en faisant apparaître le hashtag #jefrétilledunez suivi du plus commun #balancetoncoupdebaguettemagique.

Le dragueur de supermarché s’est senti tout drôle d’un seul coup dans son slip.

- Euh… Y’a quelque chose qui cloche, mon lapin ! a-t-il balbutié.

- Oui, je sais, c’est Pâques, a-t-elle répondu. Comme tu as l’air d’aimer le chocolat, je viens de te faire cadeau de deux petits œufs enveloppés dans du papier doré et d’un Finger de chez Cadbury. Ta copine va adorer ça ! Et si c’est ta femme, c’est encore mieux !

Elle s’est levée et elle est partie.

Faut pas plaisanter avec la fée Chocolat !

- Au revoir, Madame Lafée ! Bien le bonjour à Monsieur Lafée ! ai-je songé innocemment.

Ou alors, il faut attendre que ses oreilles soient hors de portée de votre voix. Encore n’est-ce pas garanti : il vient de me pousser deux oreilles de lapin sous mon chapeau ! 

180401 Nikon 037

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 2 avril 2018 d'après cette consigne