Il est des jours où la ramure
Bruisse de maint murmure,
De piaillements atrabilaires,
De mouvements d’humeur…
Des jours où la gent oisillonne
A la plume un peu tatillonne,
Lâche son flot de bile amère
Et laisse échapper la Rumeur. 

IL 2018 02 26 113268542

« La bergeronnette ne le serait pas !
La fauvette irait danser le tango !
La gélinotte perdrait la tête !
Le ramier n’en foutrait pas une !
Le corbeau mangerait du fromage
Et c’est pour ça que ça renarde !

La mésange serait démoniaque !
Le héron boirait jusqu’à ce qu’il le soit (rond) !
Le canard chanterait super faux !
La cane serait tombée sur un bec
Devant la porte du Printemps
Et serait restée sans sonner pendant longtemps !

L’étourneau aurait le tournis
A force de boire au tonneau
- Pas que de l’eau : du Martini ! –
Chez un pic vert pis qu’écolo :
Ils picolent avec Piccoli
Jusqu’à ce qu’ils soient complètement grives !
La corneille se soûle au cidr’ !
L’alouette la plume au poker !

L’engoulevent battrait la semelle
Sous les fenêtres d’une femelle
De Charmeville –lès –Hier :
Il monte faire coucou dans son nid,
Elle lui donne du martinet,
Elle lui défonce l’hirondelle
Et pie encore ! Tout fout l’toucan,
Madame Merlette !
#Balancetachouette !

La poule d’eau pondrait des œufs durs !
La cigogne ferait du trafic
De bébés vivants chez l’humain !
La grue cendrée serait casse-pieds
Et elle attendrait dans la rue
Des hommes de mauvaises mœurs,
Des oiseaux de mauvais augure
En chantant du Piaf à tue-tête !

Les échassiers feraient du cirque
Et du trafic d’acrobaties à grande échelle

Le martin pêcheur pécherait
Plus que ne permet l’abbé Kaas
Pourtant si bonnement patricien… »

Etcetera, etcetera, etcetera
Etceteragots, etceteramages,
Etceteramassis d’outrages,
Etceteradeau-radotages…

- Merles, cessez d’être moqueurs !
Mouettes, veuillez fermer vos gueules !
Arrêtez toutes vos rumeurs !

aff_gueules_mouettes-3

Laissez-moi écouter le chant
Du rossignol cambrioleur
Qui cherche à crocheter le coeur
De son aimée ! Qu’il est touchant !
Quel enchanteur phénoménal !
Comme il suffit à mon bonheur,
Son air de jaseur boréal !

Merles, cessez d’être moqueurs !
Mouettes, veuillez fermer vos gueules !
La outarde me monte au nez !
Arrêtez toutes vos rumeurs !

Ce faisan, vous m’obligerez !


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 26 février 2018

d'après cette consigne