Quelquefois, dans la vie, il y a un autre cadeau à l’intérieur du cadeau.

Ce n’est pas moi qui ai choisi d’aller passer une autre semaine de vacances improbables à Dieppe, Seine-Maritime. C’est Marina Bourgeoizovna. Elle s’est inscrite à un stage de chant de l’Académie Bach, histoire de tâter du quatuor vocal. Tous les jours de la semaine dernière, avec sa formidable copine Gisèle, elles sont allées suer sang et eau sur un répertoire de musique ancienne dont, pour ma part et histoire de rester poli, je dirai juste que « ce n’est pas ma tasse de thé ».

Pendant ce temps, mes chaussures de marche et moi, nous avions quartier libre toute la journée. Ce n’était déjà pas mal en soi. J’avais même aussi la voiture mais je ne l’ai utilisée qu’une seule fois. On est sportif, randonneur en l’occurrence, ou on ne l’est pas.

170819 Nikon 040

J’ai donc exploré Dieppe en long et en large ainsi que la Côte d’albâtre entre Pourville et Varengeville, suivant sans le savoir les traces de Monet. M. Smith, pour celles et ceux qui suivent ce blog, a donc continué tout seul l’épreuve de marche jusqu’au-boutiste et rimbaldienne qui blesse les souliers et provoque des lumbagos au moment de l’apothéose. Si pas plus pour Arthur ! Plus de cent kilomètres au podomètre de M. Smith en bout de semaine.

Mais passons et revenons au cadeau inattendu. J’ai passé en effet, avec un plaisir immense, quelques heures intenses au gymnase du lycée Jehan Ango de Dieppe à faire le kibbitz.

C’est quoi un kibbitz, Joe Krapov ? C’est un « spectateur, en principe muet, d’une partie de jeu d’échecs ».

Avant de partir, j’avais consulté le programme des festivités dieppoises et découvert qu’il y aurait, pendant notre séjour, un tournoi international open de ce jeu auquel je me suis remis il y a un an.

J’ai assisté là-bas, allant d’un échiquier à l’autre, suivant trois ou quatre parties à la fois, à des empoignades tragi-comiques sur lesquelles je ne m’étendrai pas. Comme dit Marina B. pour qui le jeu d’échecs n’est pas « sa tasse de thé » : « Quand tu me parles d’échecs, c’est du chinois ».

Je me bornerai donc à vous montrer quelques photos de joueurs et joueuses car on ne m’a pas interdit de photographier ce spectacle envoûtant.

P.S. En anglais "to kibbitz" semble exister comme verbe et signifier : « make unwanted and intrusive comments ». C’est là tout à fait ce que je fais quand je viens chez vous ! LOL !