19 mai 2017

VIVE LA FINLANDE !

Depuis que j’ai quitté ce travail de gardien d’animalerie de l’Université de Rennes 3 – en fait, on m’a viré ! – j’exerce quelquefois le métier d’enseignant-chercheur en musicologie marginale à domicile. Un genre de télétravail sauf que ça n’est pas la télé que je regarde mais l’écran de mon ordi et des vidéos sur Youtube.

Ma recherche d’hier portait sur « La présence de « Rengin Laulu » sur la toile ».

Qui est donc, qu’est-ce que c’est donc que ce Rengin Laulu, Professeur Krapov ?

Eh bien c’est un valet de ferme finlandais,ou plutôt c’est l’histoire, racontée en chanson, d’un valet de ferme finlandais qui a beaucoup de travail mais qui ne se plaint pas. Ces informations m’ont été transmises, à moi ainsi qu’au nombreux public venu assister au concert de « Voix nomades » au festival « Y’ a d’la voix » à Iffendic, le dimanche 14 mai 2017, par M. Jean-Baptiste Farraigue, le dirigeant de cette chorale féminine diablement enthousiasmante.

Voici, interprétée par lui et elles, une version ancienne de cette chanson :

Je l’ai donc réentendue avec un plaisir redoublé et je me suis mis en tête de la mettre dans ma guitare. Pour la musique, pas de souci, je déchiffre à l’oreille et retrouve assez facilement les accords à utiliser. Après vient la question des paroles. Et là, comme dit le proverbe finlandais : «Macache pas bézef rikikki».  J’ai trouvé un petit recueil en pdf de dix chansons folkloriques où ce titre figure mais il doit s’agit d’une version homonyme car la musique n’est pas la même du tout. Si ça intéresse quelqu’un(e), c’est ici.

- Abrégeons !" dit le directeur de thèse.

- On peut entendre « Rengin laulu » dans deux versions audio sur Internet : au sein du CD bien dénommé «Finlande: ivresse de la nature, vertige de la toile» sur Deezer par Kaisa Kujanpäa ; au sein du CD « 20 succès » de Taïka et Jukka Kuoppamaki.

http://www.deezer.com/search/rengin%20laulu

On trouve aussi ces deux titres sur un site russe intéressant : on peut y télécharger le fichier mp3 des chansons ! Exemple avec l’album complet de Taïka et Jukka, un antidote très « Verchurénien »à la post-électorale déprime ambiante :

http://wheremuz.ru/album_all/20-suosikkia-sade-on-mun-kyyneleeni-7250822

- Mais encore ? demande le directeur de thèse.

- Eh bien il y a une fausse piste vraiment réjouissante ! Dans les résultats de recherche de Google on mentionne une interprétation de cette chanson par «Laïka and the cosmonauts». C'est une erreur : ce groupe de rock finlandais n’a jamais enregistré ce titre folklorique. Par contre, quelle claque ! On se retrouve, à visionner ses nombreuses prestations, dans un film d'Aki Kaurismaki, non loin des Leningrad cow-boys en concert avec les Chœurs de l’armée rouge ! Des preuves ? En voici, en voilà, à la pelle :



 



- Et donc, si on revient aux paroles de la chanson « Rengin Laulu » ?

- Eh bien voilà comment je m’en suis sorti, Monsieur le directeur. Dans la liste des titres de Laïka and the cosmonauts, il y a « Rikki on the loose ».

- Oui ?

- Alors je me suis dit que le valet de ferme pouvait très bien s’appeler comme ça. En français, ça ferait Rikki la loose. Tant qu’à faire, j’ai utilisé le thème du Défi du samedi de cette semaine, "A la va comme je te pousse" et j’ai écrit, par-dessus l’air finlandais, l’histoire d’un valet de ferme qui travaille beaucoup mais qui ne se plaint pas.

- Très bien, Joe Krapov ! On pourra l’entendre ?

- Euh... Non, pas vraiment. Parfois j’ai honte de ce que j’écris et là c’est le cas. Une vraie krapoverie !

- Faites donc voir, s’il vous plaît, si on ne peut pas entendre !


RIKKI LA LOOSE

RIKKI LA LOOSE
(adaptation française de Rengin Laulu, chanson finlandaise)

1

170519 Rikki 1

A la va comme je te pousse
Je vis ma vie sans m’faire de mousse
Dans une ferme de Finlande
Pas près des fjords, non, sur la lande

Je travaille comme un forcené
Aucun repos dans la journée
Y’a des valets qu’en fichent pas une secousse
Moi je n’me tourne jamais les pouces

On me surnomme Rikki la loose
Parce que je n’ai jamais le blues
De toutes mes tâches je me Kaurismakite
Mais le soir on me rend visite

2
Le lundi c’est la chambrière
Qui vient frétiller du derrière
Dans l’écurie où qu’c’est qu’c’est que je crèche
On passe la nuit dans la paille sèche

Ainnika la cuisinière
Vient le mardi dans ma litière
Bien sûr elle me trouve un peu plat de nouilles
Mais elle aime bien mes papouilles

 

170519 Rikki 2

On me surnomme Rikki la loose
Parce que je n’ai jamais le blues
De toutes mes tâches je me Kaurismakite
Et toutes ces dames me plébiscitent

3
Le mercredi Elisabeth
Vient faire un tour dans ma chambrette
Il est bien rare qu’on se mette au dodo
Sans avoir fait la bête à deux dos

Le jeudi c’est le jour d’Helga
Qui me laisse flapi, flagada
Et vendredi j’enchaîne avec Joanna
Qui est une folle du radada

On me surnomme Rikki la loose
Au p’tit matin j’trouve plus ma blouse
De toutes mes tâches je me Kaurismakite
C’est vrai qu’ j’ai une belle… réussite

4
Le samedi c’est madame Brigitte
Qui m’fait profiter de son gîte
Pendant qu’monsieur est au marché aux ch’vaux
Je lui montre ce que je vaux

 

170519 Rikki 3

Le dimanche enfin jour de fête
S’en vient Rebekka leur cadette
Elle est vraiment vraiment phénoménale
E’m ‘bat à la bataille navale

A la va comme je te pousse
Je vis ma vie sans m’faire de mousse
On me surnomme Rikki Rikki la loose
Je fais le bonheur des épouses !

A la va comme je te tire
Je souffre parfois le martyre
Je suis valet de ferme sans écus
Mais je gagne à être connu.

 

Pondu hors ateliers d'écriture le 18 mai 2017

Posté par Joe Krapov à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

YAËL NAÏM - COWARD

En lieu et place, voici une autre découverte musicale du week-end :

Yaël Naïm – Coward

Ben oui, c’est seulement maintenant que je découvre ! Que voulez-vous ? L’univers de la musique marginale est tellement vaste qu’on en vient à ignorer la musique mainstream ! Et, soit dit en passant, on bosse, nous, dans les animaleries ! On a autre chose à faire qu’à écouter de la musique !

Y’a encore du monde ici après ce long billet là au-dessus ? Prêt à subir trois versions de cette petite merveille (et il en existe d'autres, avec orchestre symphonique et tout et tout !). Bonne écoute !







Ami(e)s belges, ce dernier clip est paraît-il l'oeuvre de Stromaé !

Posté par Joe Krapov à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2017

DEUX NEOLOGISMES DE JANVIER 2017

Felouquer : Faire du bateau sur le Nil

Sur les eaux saumâtres du Nil,
Parmi les nombreux crocodiles

Sur sa gabare relookée
Tendansovis va felouquer

170518 EDWARD-LEAR-FELUCCAS-ON-THE-NILE-NEAR-ABU-SIMBEL

Edward Lear - Felouques sur le Nil près d'Abou Simbel.

Image empruntée ici

***

Marmoréer : Prononcer des paroles dignes d'être gravées dans le marbre

Président, si tu marmorées
Ne nous ponds pas des logorrhées :

Mêm' si ta parole est insigne, 
On paie le graveur à la ligne ! 
 

170518 wilder-59920

Ecrit hors ateliers le 28 janvier 2017. Les exemples sont du 18 mai 2017.

Posté par Joe Krapov à 14:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

LE HASARD ET LA… ?

C’est toujours par un pur hasard
Qu’on trouve un trésor au désert :
Un cadeau de Rosette à Pierre,
Un chameau qui joue du Mozart,
Les Mémoires de Caspar Hauser…

C’est toujours par un pur hasard
Que Melchior aima Balthazar
Mais on enterra cette histoire
Aux oubliettes du Mystère,
Dans les cachots du ministère.

C’est toujours par un pur hasard
Qu’on échappe aux voies de misère
Ou pas.

C’est toujours par un pur hasard
Qu’on choit dans le fond du puisard.
« Ca c’est au jeu de l’oie, ma mère,
Au 31 » dit ma mémoire.
L’oie se fout bien de l’Alzheimer :
Elle a chopé la grippe aviaire
Hier au soir. Un pur hasard !


IL 170515

C’est toujours par un pur hasard
Qu’on fait un accroc au blazer,
Qu’on se déchire le falzar,
Qu’on marche où déféqua l’Azor
Et rate la première marche au bas d’l’escalator.

C’est toujours par un pur hasard
Que le prince épouse la bergère,
Que Blanche-Neige écoute la sorcière,
Que Cendrillon rentre trop tard
Perdant sa pantoufle de vair.

C’est toujours par un pur hasard
Qu’au jeu d’échecs on gagne ou perd :
Tu as tes chances contre Richard ;
Que faire face à Bobby Fischer ?

IL 170515 Bobby

C’est toujours par un pur hasard
Qu’on fiche à Smyrne le bazar,
Qu’on trouve l’issue du labyrinthe
Sans raison ni raisins ni sans isthme à Corinthe.

C’est toujours par un pur hasard…

Puisque tout est allé à Thouars
Ou à vau-l’eau sur la Vézère
C’est que les Parques se font vieilles,
C’est qu’elles ne font plus de merveilles :

Elles t’insultent – « Micheton ! » -,
Secouent leurs jupes, dansent des claquettes,
Moquent ta singularité.

Elles dévalent et rient de ton
Destin à l’écart des gisquettes,
De ta destinée-cécité.

IL 170515Giscard hmxZRW8mhs4ak

Elles te contre-pètent au nez,
Ces insolentes !

C’est toujours par un pur hasard
Que l’on est muté en Lozère,
Que le révérend dit « Bizarre »,
Que nul n’obtient ce qu’il désire,
A part un vieux méchant tracsir
Aux portes de son avenir.

Ce n’est jamais un pur hasard !

Non, c’est toujours très volontaire
Quand ma poésie dégénère
Et dégouline, délétère,
En joyeux vers de mirliton !
Ce sont des vers « à ma façon »,
Un poil diserts, un poil barbares,
Pondus derrière le zinc du bar
Dont je suis l’aimable patron.

Mon bistrot ? C’est « Le Pur hasard »
Tout près de la gare Saint-Lazare.
Sur la vitre on lit au-dehors
De quoi faire rire tous les morts :
« On accueille les fantômes at home. ».

Bienvenue dans Le Pur hasard !
Bienvenue aux ressuscité(e)s !

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 15 mai 2017
d'après la consigne "Un pur hasard"

Posté par Joe Krapov à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


LE MAQUEREAU

Au Restaurant de la Grand-mère
On sert du loup au bar,
On sert du bar aux loups de mer,
Des bobards aux loubards,
Du merlu aux marlous
Et de la limande aux merlans

170416 Nikon 391


Ces derniers ont parfois un cheveu sur la langue ;

Ils ont toujours les yeux qui frisent
Dès qu’ils voient la serveuse en rouge
Mais n’ayez crainte !

betty boop

Assis derrière mon verre de blanc
Je la chaperonne
Mieux que personne :
Je m’appelle Charles,
Je fais mes comptes à l’apéro
Quand j’ai relevé les conteurs
Dans ce restau
Car je suis le chasseur
De galette et de pots de beurre.

Pondu hors ateliers d'écriture le 21 avril 2017

N.B. L'image de betty Boop a été empruntée chez Michel, de Fourmies,
un Ch'ti fan de B.B., chez qui on trouve des tonnes d'images de la miss.

Posté par Joe Krapov à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mai 2017

Entre l'île de Ré et la Rochelle le 18 avril 2017 (1)

170418 Nikon 099

170418 Nikon 101

170418 Nikon 102

170418 Nikon 104
C'est l'heure du retour à La Rochelle.
Les deux amoureux ont compris qu'on se caillait moins à l'arrière !

Posté par Joe Krapov à 10:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Entre l'île de Ré et la Rochelle le 18 avril 2017 (2)

170418 Nikon 106

170418 Nikon 107

170418 Nikon 112

170418 Nikon 142

Chasseur-cueilleur de zénitude ?

Posté par Joe Krapov à 10:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Entre l'île de Ré et la Rochelle le 18 avril 2017 (4)

170418 Nikon 149

170418 Nikon 150

170418 Nikon 151

170418 Nikon 152
Que faire à bord d'un bateau
Sinon prendre des photos ?

Conter bêtises aux marmots,
Disant que s'ils vont sur l'eau
C'est qu'ils ont mollets costauds ?

;-)

Posté par Joe Krapov à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,