Chaque jour, au même endroit, il s’asseyait sur un banc et observait les passants. Quand la démarche d’une personne révélait sa claudication, il lui emboîtait le pas et ne la lâchait plus. C’était sa façon de partir à l’aventure, de se fier au hasard.

Ce jour-là, il n’aurait peut-être pas dû.

Son Ariane du jour n’était pas forcément de sexe féminin mais cela semblait relever quand même de la mythologie.
Ce n’était pas non plus le Minotaure mais ce guide hasardeux avait quelque chose de monstrueux.
Oh non, ce n’était pas Isaure Chassériau, toujours de rose vêtue, jamais claudicante, toujours prête à arpenter les rues de la ville de Rennes en quête de trésors du passé, d’élégance éphémère, d’insolite minimaliste.

Même s’il se sentait captivé par la petite musique du déplacement, il n’était pas à la traîne du joueur de flûte de Hamlin. Il n’y avait pas un chat ni un rat dans la rue pour l’accompagner.
Ce n’était pas le roi boiteux de Gustave Nadaud que Georges Brassens avait jadis mis en musique.
Ce n’était pas le capitaine Achab non plus ni Sarah Bernhardt et encore moins Rimbaud sur la fin de ses jours.
Ce n’était de toute façon pas un bipède. Et c’est sans doute pour cela que, machinale, la filature durait, que le bestiau traçait avec son bruit de pas si caractéristique.

Tic tic tic tic tic…

La première fois qu’il avait sorti son podomètre il avait lu avec étonnement que déjà ils avaient parcouru 21 kilomètres

Où l’emmenait-il ? Et lui, pourquoi s’acharnait-il à aller jusqu’au bout de ce jeu si stupide, moitié Oulipo, moitié Latourex et moitié Sophie Calle ?

Tic tic tic tic tic…

Pour un peu, par fidélité à à sa consigne panurgienne il aurait-lui-même emboité le pas à un régiment d’alexandrins boiteux !

Tic tic tic tic tic…

Il s’était mis à compter ses propres pas pour éviter d’avoir à répondre. 1, 2, 3… 10, 11, 12… 42, 43, 44… comme il le faisait quand il faisait du jogging entre deux filatures.

Mais, immanquablement, il y avait quelque chose qui le perturbait, une espèce d’extrasystole, d’arythmie dans la démarche de son prédécesseur, un tic ou un trouble obsessionnel compulsif qui chaloupait son mouvement bestial et, à lui, faisait perdre le fil – d’Ariane ! - de son énumération.

Et c’est en atteignant le kilomètre 42 qu’il percuta : ce bruit si caractéristique,

"Tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic toc…",

999 fois “tic” et une fois “toc”…

C’était celui du mille pattes géant avec une jambe de bois !

Mais quand il s’en rendit compte, il était trop tard. Il était tombé dans une faille spatio-temporelle et se retrouvait prisonnier à jamais d’un univers en forme de cours de récréation où l’on ne remontait plus en classe mais où l’espace clos de grilles était empli de cris d’enfants, de courses folles, de chats perchés, de balle au camp, de marelles et de blagues Carambar.

Et, horreur, malheur, salsa du démon ! L’école n’était même pas mixte !

 

AEV 1617-17 050709_7237

 


Ecrit d'après
 la proposition d'écriture n° 322 de Pascal Perrat : texte à partir d'un incipit imposé