013 Ronceray 2016

018 Ronceray 2016

Les photos de ce jour et les vidéos qui suivent sont l'oeuvre de M. Gilles Bémol qu'on ne remerciera jamais assez !

5
Manu -Et nous enchaînons maintenant avec une chanson de Marie Laforêt ! Le grand chêne.
(Il fredonne le début)
JK - Ah non, elle n’est pas au programme, on a oublié de la mettre.
Manu - Alors L’amandier ? (Il fredonne le début)
Sebarjo – Celle-là aussi on l’a oubliée.
Manu - Ben alors c’est quoi ? Ca a rapport avec la forêt, oui ou non ?
Fab Biche - Oui, c’est « Auprès de mon arbre » ! Et c’est Sebarjo qui la chante !

Auprès de mon arbre

6
Manu - Nous continuons notre hommage à Georges Pauvremiche avec deux chansons enchaînées. Georges Pauvremiche est un poète oublié du XIXe siècle dont les textes ont été mis en musique par Alain Bougrain-Dubourg, le spécialiste des oiseaux migrateurs..
JK - T’es sûr du nom, là ? Pauvremiche, ça fait zarbi comme nom de poète !
Manu- Ah oui, t’as raison j’avais oublié et confondu. C’est Jean Richepin en fait !
JK - Je me disais aussi !
Manu -De toute façon Pauvremiche ou Richepin, deux chansons pour le prix d’une, ça ne mange pas de Richepin !

Philistins (a capella) / Les oiseaux de passage

7
Manu - Ce qui est bien pour les gens comme nous qui sont Am’nez ziques, c’est que maintenant on a Wikipedia. C’est là qu’on apprend tout sur l’amour impossible du troubadour Jaufrey Rudel pour la princesse Hodierne de Tripoli.
JK - L'histoire de Jaufré Rudel a inspiré la pièce d'Edmond Rostand La Princesse lointaine et l'opéra L'Amour de loin de Kaija Saariaho, sur un livret d'Amin Maalouf
Sebarjo - Et aussi Stéphanie de Monaco !
Les Biches - Stef de Monac ! Port’nawak ! N’importe quoi !
Sebarjo – Si, si ! C’est Stephanie de Monaco qui a écrit « La princesse et le croque–notes » !

La Princesse et le croque-note

8
Manu - Dans sa grande série de conférences gesticulées « La chanson explore le temps », Am’nez zique et les Biches présentent « Les moyens de transport à Paris pendant la seconde guerre mondiale ». Une chanson de Jean Boyer chantée autrefois par Georges Du Ronceray : « Pour me rendre à mon bureau ».

Pour me rendre à mon bureau

9
Manu - Vous rigolez de nos trous de mémoire, messieurs et mesdames, mais connaissez-vous le nom du valet de pique dans un jeu de cartes ? Du valet de trèfle ? Du valet de carreau ?
Et vous connaissez la femme du valet de carreau ?
JK - Vous connaissez la femme d’Hector ? Alors vous allez la chanter avec nous (énoncé du refrain).

La Femme d'Hector

10
Manu - Nous poursuivons le fil de notre concert hommage à Alain Gillot-Pétré, le présentateur à queue de petit cheval dans le mauvais temps du bulletin météo télévisé avec un trio de chansons écrites de sa plume et ensuite nous arriverons à l’entracte.

Le Parapluie
Le Vent
L'Orage

ENTR’ACTE