28 mars 2016

Action éclair à la Maison du livre de Bécherel (Ille-et-Vilaine) le 28 mars 2016 (3)

Même si bien réalisées, elles sont encore moins flatteuses que l'original !

160328 265 039

160328 265 040

160328 265 044

Posté par Joe Krapov à 19:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Action éclair à la Maison du livre de Bécherel (Ille-et-Vilaine) le 28 mars 2016 (4)


Finalement, je préfère la version de Mademoiselle Zell !

Isaure par Mlle Zell

Isaure par Mlle Zell colorisée par JK

 

Colorisée par mes soins ce jour ! 

Posté par Joe Krapov à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un intérieur nantais visité le 27 mars 2016 (1)

160327 Nikon 026

160327 Nikon 029

Trop mangé ! Trop bu !
Trop bien, le voyage à Nantes !

Posté par Joe Krapov à 10:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Un intérieur nantais visité le 27 mars 2016 (2)

160327 Nikon 082

160327 Nikon 083

160327 Nikon 084

 

Mais... il ya des animaux partout, ici ?

Posté par Joe Krapov à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Un intérieur nantais visité le 27 mars 2016 (3)

160327 Nikon 048

160327 Nikon 050

160327 Nikon 052

160327 Nikon 058

J'ai prêté mon bel appareil photo à Mademoiselle Zell qui a photographié abondamment son jardin de plantes grasses.

Posté par Joe Krapov à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Un intérieur nantais visité le 27 mars 2016 (4)

gustav-klimt-serpent-mer-II


160327 Nikon 085

160327 Nikon 086

Cette reproduction de Gustav Klimt, achetée dans une brocante, a été retravaillée par Mademoiselle Zell.
Allez savoir pourquoi, je la préfère à l'original !
Si, je sais : la fille sourit sur la copie.
Trop sympas, aussi, les poissons !

 

En un mot comme en cent : 366 réels à prise rapide

27 mars 2016

Une personne nerveuse

"- Vous avez la carte du magasin ?
- Non !"

C'est le point de départ d'un récit Dickien, Kafkaïen mais aussi plus qu’hilarant. Une bande dessinée qui s'intitule Zaï Zaï Zaï Zaï.

Monsieur Tom me la fait découvrir à la fin du repas et mon grand rire nerveux étonne toute l'assemblée.

- On a perdu papa ! déclare Mademoiselle Zell.

Ensuite tout le monde essaie de comprendre l'hilarité du sieur Krapov mais à part Tom et JB tout le monde renonce !

Ca fait longtemps que papa est perdu dans un délire intellectuel marxiste tendance Harpo et Groucho !

160327 Nikon 062

Posté par Joe Krapov à 09:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mars 2016

La Fanfare de Chézy-sur-Marne (02) au carnaval de Vitré le 20 mars 2016 (1)

160320 Nikon 321

160320 Nikon 322

160320 Nikon 324
Finalement, ce qui reste le plus spectaculaire et le plus sujet à belles photos au carnavalde Vitré ce sont quand même les cliques, fanfares et harmonies invitées qui défilent entre les chars. Ici l'a fanfare de Chézy-sur-Marne, venue de l'Aisne, et annoncée dans le programme comme harmonie ==> ???

Posté par Joe Krapov à 21:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Fanfare de Chézy-sur-Marne (02) au carnaval de Vitré (02)

160320 Nikon 327

160320 Nikon 330

160320 Nikon 343

Une belle déambulation et un bel uniforme.

Posté par Joe Krapov à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Fanfare de Chézy-sur-Marne (02) au carnaval de Vitré (3)

160320 Nikon 346

160320 Nikon 348

160320 Nikon 349
J'avais justement besoin d'un chapeau à plumet
pour le prochain Défi du samedi sur le thème du chapeau !

Posté par Joe Krapov à 21:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

UNE FUITE D'HUILE

DDS 395 109673245 nettoyée

Extrait du journal intime de Delphine Durand :

C’est devan sette porte que tout a comancé.

C’est devan sette porte que tout a comancé à foarer !

Déjà Madame Rochet (c’est Manman) avait perdu la clé du garage. Monsieur Durand (c’est Papa) a sorti son paspartou, il a crochté la cérure en disant « Sézame ouvre-toi » et la porte s’est ouverte. Mon papa, il pourait être un roi de la kambriole si qu’il voudrait !

Ensuite la berline était pas très belle. Une caisse verte avec des roues jaunes citron. Hiper kitsch, super esbrouffe.

- C’est quand même une six-chevaus, a dit M. Durand (c’est papa). Avec ça on devrait trasser.

Mais le pire c’est quand on a sorti du cofre une robe de Marie-Thérèse (c’est ma sœur) et qu’on a comandé que je l’enfile. Alors j’ai pleuré. Un garson sa s’habille pas en fille quand mème ! Mème pour partir en vacances ! Madame Rochet (Manman) qui fait gouvernante maintenant a dit :

- Un garson sa pleure pas, non plus !

Elle m’a filé deux tartes et j’ai arété de pleuré. J’avais compris qu’il ne fallait pas « tiscuté ».

- A partir de maintenant tu t’apèles Delfine et tu te tais, jawohl ?

Alors j’ai obéi et j’ai fait du boudin pendan tout le voyage vers chez Tonton Léopold.

Quand on part en vacances, dans la famille, on voyage de nuit parce que… « Parce qu’on fa loin et que les enfants torme tans la foiture. Ca fatike moins le cocher et on n’est pas oplichés t’infenter tes cheux à la con pour les okupper ».

Pourtant sette année, même en partant de nuit, Papa et Manman ont mis le paqué, kestion distractions. C’est carément le carnaval !

Louise-Elisabeth, notre gouvernante, c’est déguisé en barone russe ! Madame de Korff qu’on doit l’apelé ! Elle s’y croit un maksimum ! Elle a pris un air pinsé, mis sa plus belle robe et elle a exijé d’avoir la place du milieu dans le sens de la marche « sinon je vomi » ! Bonjour l’anbianse !

Marie-Thérèse et moi nous sommes les filles de la barone. Monsieur Durand (c’est papa) est son valet de chanbre. Tante Elisabète, qu’il faut apeler Rosalie, est la dame de companie de la barone Russkoff. Manman, qu’il faut apeler Madame Rochet, est notre gouvernante. C’est d’un drole, ce jeu !

- On est inconito, nous a espliqué Papa, enfin, M. Durand. Persone doit savoir qu’on va chez Tonton Léopold alors on dit qu’on retourne chez nous à Franquefort.
- C’est quoi alors notre nom ? Korff ou Inconito ? j’ai demender.
- Inconito, sa veut dire ni vu ni connu je t’embrouille » a répondu Marie-Thérèse qui a bien voulu, elle, qu’on la rebatise Marinette.
- Et pourquoi nos domestics ont une livrée jaune aujourd’hui ?
- Ca fait aussi partie de l’inconito.
- C’est très voyant, je trouve, l’inconito.
- Arète de jacacer, Delfine. Il est deux heures du matin. Vous avez le droi de dormire, les enfans.

J’ai fermé les zyeux et j’ai fait çamblan de roupiller. Mais j'ai pas dormi. Trop eksité ! Il y a eu un long silence et puis papa a dit :

- Nous avons déjà une heure et demi de retar sur l’orair prévu. Qu’avé-vous fichu entre minuit dix et 0 h 35 ? On s’est inkiétés !
- J’ai cherché tu pin pour faire tes santouiches aux petits. Pas troufé un poulancher t’oufer. Ils font quoi la nuit ? Des patars ?
- Des patars ? Ah, des bâtards ! A 5 heures, pas à deux. Quand Paris s’éveille.
- Che n’ai que te la prioche racisse.
- Comme moi ! a plaizanté Papa en tapant sur sa beudène.

Après j’ai dormi vraiment. J’ai levé un œuil à Bondy à 2 h 30. Manman est allé dehor embracer Monsieur Aksel qui nous avait acompaniés à coté et devait retourné à Paris.

A quatre heures le cabriolaid des femmes de chanbre nous a rejoint à Claye-Sully. Elles sont folles de roulé tête au vent !

DDS 395 picard

A dix heures du matin on s’est arétés à Viels-Maison, à l’Auberge du Surgelé, tenue par François Picard depuis trois générations.

Après Chantrix, à 14 h 30, la voiture a failli vercé par deux fois car les chevaus se sont afalés. A l’intérieur de la berline je me suis mis du verni sur les ongles et Marinette m’a mis du rouge aux lèvres. Puis j’ai comancé un journal intime dans lequel je raconte le voyage des Inconito chez Tonton Léopold qui est devenu la barone de Korff et qui habite le pays des saucices de Franquefort où les markizes porte des choucroutes.

A 16 heures, à Châlons-en-Champagne, M. Durand (c’est papa) n’arétait pas de pesté :

- Quatre heures de retard ! Quatre heures de retard !

Mme Rochet (Manman) a dit :

- Fous les hommes, en foyache il n’y a que la moyenne qui conte !

A 19 h 55 on s’est arétés pour manger à Sainte-Ménehould. Après je sais pus. J’ai dormi beaucou. On n’est pas allés plus loin que La Varenne où nous avons trouvé le pont de l’Aire baré par des gardes fransaises. Ils nous ont dit qu’on ne pouvé pas prendre la fille de l’Aire alors on a fait demi-tour.

***


Tant pis pour Tonton Léopold mais moi je suis contan quand même : depuis qu’elle n’est plus Marinette, Marie-Thérèse m’a prêté des poupées et je m’amuse bocou à les habillé et les déshabillé.

Papa lui n’est pas contan. Il n’a pas apressié qu’on l’assignat de nouveau à rézidance.

- Quand on hapite les Tuileris, il n’arife que tes tuiles ! » a dit Manman.

Papa a jeté le journal du matin à la poubèle. J’ai eu le temps quand même de lire le gros titre : « Une fuite d’huiles ! ».

Pourquoi il a mis un s à « huile » ? Il est nul en ortograffe, ce Jean-Paul Marat ! 

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 395 à partir de cette consigne

 

En un mot comme en cent : 366 réels à prise rapide

26 mars 2016

 

J'éviterai de dire

J'éviterai de dire à l'avenir que "la cuisine, c'est facile". Du reste je ne l'ai jamais dit ni pensé.

J'y ai quand même passé trois heures à confectionner des flûtes feuilletées aux anchois et des cornes de gazelle à la pistache pour quinze personnes !

Mais ce dont je me régale à l'avance, c'est du potlatch familial qui aura lieu demain à Nantes.

Bien entendu j'éviterai de dire, en m'asseyant parmi mes convives : " On ne parle pas de médecine, de politique ni d'aéroport à table !"

Mais ce n'est pas l'envie qui m'en manque !

151025 B 215

 

 

Posté par Joe Krapov à 21:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :