5 heures et demie du matin, la clé tourne dans la porte des Krapov. On n'a pas entendu la voiture entrer dans la cour, on n'a pas entendu de pas dans l'escalier. Le fils prodig(u)e vient finir sa nuit de festivalier nantais en expédition aux Transmusicales de Rennes. Noctambule, va !

On le retrouve à table vers 13 h autour d'un pot-au-feu, on écoute ses histoires, ses récits désabusés de découvreurs de choses bizarre au milieu d'une foule de lycéens et lycéennes allumés, comme ce trio qui joue de la musique répétitive à la vielle à roue, un instrument fabuleusement rock. Ca s'appelle France, la musique commence à 2'18" et ensuite vous pouvez zapper à 11'53 et à 22'42 et constater que c'est bien de la musique répétitive :  

(J'en connais d'autres, comme ça, qui ont écouté Klaus Schulze
et conservé ses (deux, ça va, j'suis pas maso non plus !) disques vinyles !)