19 mai 2015

MOMENT D'ENTHOUSIASME (1)

150516 024

150516 030

150516 034

150516 044

150516 045

 

MOMENT D’ENTHOUSIASME

Quelle foule ici ! Vous y admirerez des dames aux chapeaux étranges, aux tailles si minces, si étroites, aux airs si originaux, si étonnants de dignité que vous verrez en elles les grands papillons de la noblesse. La perspective de leurs sourires est un souffle extraordinaire qui s'élève dans les nuées jusqu'à l'amirauté et qui dresse sur le toit de l'opéra les personnages d'une mythologie unique, propre à briser le coeur du plus brutal des cavaliers.

Toutes les muses assemblées autour d'Apollon écoutent respectueusement des airs d'une musique-Champagne. Le seul Can Can de l'"Orphée aux Enfers" d'Offenbach serait capable à lui seul de faire danser la multitude, manches retroussées, robes tournantes, à la volette, jambes déliées, déjetées bien haut en vue d'éblouir d'élégance les représentants du sexe opposé.


MOMENT D'ENTHOUSIASME (2)

150516 066

150516 097

150516 144

150516 145

150516 146

Mais non, je rêve, les gens de Rennes demeurent comme toujours un peu "manches". Et pourtant, Seigneur Dieu, j’ai pour ma part le sentiment que les deux orchestres de Hollande, descendus des polders, et l'Orchestre de vents d'Orgères produisent deux heures durant un hommage de taille à des morceaux classiques de France. Quelle belle rencontre ! Les variations sur "Au clair de la lune" sont à ravir et font naître des sourires, l'interprétation de "La vie en rose" est exquise. Avec "C'est si bon" l'orchestre d'harmonie prend les caractères d'un jazz-band américain. Même la chanson "Les feuilles mortes"- c'était ta perforée je crois quand tu poinçonnais aux Lilas qu’elle est de Prévert et Cosma - chasse tous les scarabées et cafards nés du début de mai sous la pluie.

MOMENT D'ENTHOUSIASME (3)

150516 176

150516 202

150516 B 015

150516 B 019

 Je salue pour ma part les choix originaux opérés parmi les oeuvres de ce siècle où j'ai grandi. "Une belle histoire" nous porte de là-haut dans le brouillard jusque dans le Midi mais aujourd'hui il est ici le Midi, sur la place de la Mairie de Rennes. Le Mistral fait flotter les trois raies rouge-blanc-bleu du drapeau néerlandais aux côtés de celles du drapeau français. Les cigales se sont tues pour écouter les vents. Extrait des lettres du MOULIN l'INOUI nous emmène LOIN. Clarinette devient le nom de la chèvre de M. Bassonguin. Il y a de hauts bois au coeur de la ville et s'il semble -ô terreur - que le sexe est aphone c'est que le sax était faune et que le sous-préfet fait la sieste dans la niche où l'on expose plus de statues de peur qu'elles n'explosent. Car elles ne sont pas minces non plus, les Pagnolades par ici. 

MOMENT D'ENTHOUSIASME (4)

150516 205

150516 B 003

150516 B 004

Brusquement, sur la fin, ma discrétion jusque-là maintenue serrée au plus près part en flèche et je m'en vais photographier sans honte, dans le pavillon du tuba, cet opéra brisé qui ne touche plus terre, cette grue en col de bouteille, ce lampadaire torsadé qui illumine d'une perspective d'été précoce ce coin si agréable de la place de la Mairie où trois orchestres d'harmonie ont fait résonner ce soir les trompettes de mon enthousiasme.


Ecrit à l'Atelier d'écriture de Villejean le 19 mai 2015 sur la thématique "Enthousiasme" et avec, pour les deux premières phrases, l'obligation de les composer avec des mots extraits d'un passage de "La perspective Nevsky" de Nikolaï Gogol :

La multitude des chapeaux, des fichus, des robes – auxquels les dames demeurent fidèles parfois même deux jours de suite – est capable d’éblouir qui que ce soit : il semble que toute une nuée de papillons s’élève de terre et volette autour de la foule des noirs scarabées du sexe fort. Vous admirerez ici des tailles d’une finesse exquise, comme vous n’en avez jamais rêvé, des tailles minces, déliées, des tailles plus étroites que le col d’une bouteille, et dont vous vous écarterez respectueusement dans la crainte de les frôler d’un coude brutal, votre cœur se serrant de terreur à la pensée qu’il suffirait d’un souffle pour briser ce produit admirable de la nature et de l’art.

Et quelles manches vous verrez perspective Nevsky ! Dieu, quelles manches ! Elles ressemblent fort à des ballons, et l’on s’imagine parfois que la dame
pourrait brusquement s’élever dans les airs, si elle n’était pas maintenue par son cavalier ; soulever une dame dans les airs est aussi facile et agréable, en effet, que de porter à sa bouche une coupe de champagne.

Nulle part, lorsqu’on se rencontre, on ne se salue avec autant d’élégance et de noblesse qu’à la perspective Nevsky. Ici, vous admirerez des sourires
exquis, des sourires uniques, véritables œuvres d’art, des sourires capables de vous ravir complètement ; vous en verrez qui vous courberont et vous feront baisser la tête jusqu’à terre ; d’autres, parfois, qui vous feront dresser le front plus haut que la flèche de l’Amirauté. Ici, vous croiserez des gens qui parlent des concerts et du temps qu’il fait, sur un ton d’une noblesse extraordinaire et avec un grand sentiment de leur propre dignité. Ici, vous  rencontrerez des types étonnants et des caractères très étranges. Seigneur ! que de personnages originaux on rencontre perspective Nevsky.