A la question "Quelqu'un a-t-il encore un conte à dire ?" le joueur de ukulélé rose répond "Moi, camarade !" Il se lève péniblement de sa chaise et d'une voix visiblement embuée par l'abus d'alcool, Joe Krapov, car c'est lui, raconte cette histoire empruntée à Mikhail Zochtchenko : 

"La limonade"

Raconté avec une voix d’ivrogne éméché

Moi, je ne bois pas. Quand il m'arrive de boire, des fois, je bois peu, juste ce qu’il faut pour respecter les convenances ou pour soutenir une joyeuse compagnie.

De toute façon il m'est absolument impossible de descendre plus de deux bouteilles par jour. Ma santé me l'interdit. Une fois, je me rappelle, quand j’avais un ange gardien, j'en ai descendu quatre ! Mais c'était dans mes années de force et de jeunesse, quand mon coeur battait la chamade et que ma tête étincelait de diverses idées plus audacieuses les unes que les autres.

Maintenant, j’ai vieilli. Un copain à moi, qui est infirmier vétérinaire, le camarade Grenouillovsky, m'a examiné l'autre jour, et, vous savez, il a même eu peur. Il tremblait.

- Chez toi, m’a-t-il dit, la dévastation est totale. Comment savoir où se trouve ton foie ? Ta vessie? Impossible de le dire ! Tout est usé la dedans !

Alors j’ai pensé que je ferais bien d’aller voir un bon médecin pour vérifier.

Le médecin n'a trouvé aucune dévastation.

- Vos organes, a-t-il dit, sont en assez bon état. Et votre vessie se tient parfaitement bien et ne fuit pas. Quant au coeur, il est encore tout à fait excellent, il est même plus costaud que la normale. Mais, vous devez arrêter de boire, sinon il pourrait vous arriver de tomber raide mort tout simplement.

Or, je n'ai aucune envie de crever, bien sûr. J'aime la vie. je suis encore jeune. Au début de l’année j'ai eu juste quarante-trois ans. Je suis à vrai dire, au zénith de ma santé et de mes forces. Mon coeur bat majestueusement dans ma poitrine. Et, c’est l'essentiel, ma vessie ne fuit pas. Avec une vessie pareille, il n'y a qu'à vivre et à s'amuser. Alors je pense : oui, effectivement, il ne faut plus picoler. C’est pourquoi j'ai décidé d'arrêter.

Aussitôt après la visite, je ne bois pas. Une demi-heure, je ne bois toujours pas. Pendant une heure, pendant deux heures, abstinence. A sept heures je suis allé dîner à ma brasserie.

J'ai consommé un potage. Puis j'ai entamé la viande, et à ce moment-là j'ai eu envie de boire. J’ai pensé : au lieu d'une boisson alcoolisée, je vais demander quelque chose de moins excitant, de l'eau minérale ou de la limonade. J'appelle.

- Eh toi, dis-je au gars qui m'a apporté les plats, amène-moi une limonade, camarade !

Aussitôt, on m'apporte une carafe de limonade sur un plateau. J’en verse dans mon verre. Je bois dans ce verre, je goûte... Mmmmm ! On dirait de la vodka, dis donc ! J’en verse encore. Oui, c'est pratiquement de la vodka. C'est de la sorcellerie! Je verse le reste : c'est carrément de la vraie de vraie.

Je crie : une autre carafe !

Voilà, je pense, ça va mieux ! C’est pas si dur que ça finalement de se mettre à la limonade !

Il apporte une autre carafe.

J'ai de nouveau goûté. Quand même, aucun doute, c'est de la vodka au naturel ce truc !Je l’ai bien vu au prix quand j'ai payé la note, et alors là j'ai quand même fait une remarque.

- Moi, j'ai demandé de la limonade, et qu'est-ce que tu m'apportes, tête de lard?

Et l’autre a répondu :
- Mais chez nous, ça s'appelle comme ça depuis toujours ! C’est un mot tout à fait légal ! Il vient de l’ancien régime. Quant à la limonade au naturel, on n'en a pas, personne n’en demande jamais.

- Alors si c’est comme ça, apporte m’en une dernière pour la route !

Et voilà comment je n’ai pas pu m’arrêter de boire alors que je le désirais ardemment. C’est comme ça, les circonstances m’en ont empêché. La vie dicte ses lois. Il faut lui obéir.

 

Après on est passés dans la salle d'à côté pour un potlatch fameusement appétissant. J'en ai ramené deux images de bouteilles assez drôles...

150228 B 145

150228 B 146

 

... et, vous me croirez si vous voulez, mais à part un verre de Bordeaux avec les plats salés, je n'ai bu que du jus de pomme tout le reste de la soirée. C'est pourquoi je ne comprends absolument pas, après la journée chargée de samedi, pourquoi je me suis réveillé avec une migraine carabinée le dimanche ! C'est sans doute à cause de la tarte au citron meringuée de Marina Bourgeoizovna qui était un régal !