140501 333

Le délire des zones érogènes
Est-il dû au désir ?
Est-il dû au désert des hommes androgynes ?
Est-il duodenum ?
Est-il du haut de ces pyramides quarante siècles nous contemplent et les Indiens sur la colline qui vont nous tomber sur le dos feront de nous des enculés qui ne manquent pas de culot de nous poser ainsi dans les moments cruciaux la question du délire, la question du désir et le cul dans le sable pour attendre la mort et l’autobus 28 qui mène au panthéon des gloires coloniales, coaxiales, faciales avec facilité, avec fascination et trois petits boutons sur la peau du derrière, la queue en tire-bouchon des trois petits cochons ?