13 avril 2014

Arbres en fleurs à Rennes (1) : un cerisier à Beaulieu le 1er avril 2014

140401 001

140401 002

140401 003
Serions-nous...

Posté par Joe Krapov à 22:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Arbres en fleurs à Rennes (3) : au parc de Maurepas le 4 avril 2014

140404 011

140404 012

140404 013

140404 014...au printemps...

Posté par Joe Krapov à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Arbres en fleurs à Rennes (4) : boulevard Marbeuf le 4 avril 2014

140404 015 B Quatre-quarts

140404 016...à Rennes ?

En tout cas, il ne fait pas moins trente !




C'tait dans la série, là, Trouvailles et r'gardages de dévédés !

Posté par Joe Krapov à 22:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 avril 2014

TROPHEE ET TREUYDICE

140406 067

Il faut se faire à cette idée que le temps passe et que la culture évolue. Au carnaval de Nantes, dimanche dernier, pour évoquer le cinéma il y avait deux chars entiers pour célébrer Tim Burton et un autre consacré à Harry Potter.

Déjà c’est peu de dire que le cinéma, la télévision, les écrans ont détrôné le livre. Les librairies ferment, les bibliothèques se débattent et s’adaptent pour devenir autre chose et nous, les amoureux de la chose littéraire, nous en sommes réduits à prier pour qu’ «ils» ne touchent pas plus que cela à ce qu’il nous reste d’images de nos lectures enfantines.

C’est pourquoi je me suis régalé à visiter depuis le musée des trophées du «Bureau Intertextuel des Pois et Mesures». J’étais en compagnie d’Isaure Chassériau et ma consoeur du «Défi du Samedi» a bien voulu me prêter son magnétophone à cassettes antédiluvien pour que je réécoute son interview du maître des lieux.

- Monsieur le Conservateur, vous-même êtes une célébrité ?
- Une célébrité anonyme ! On ne me connaît que sous l’appellation du «Vaillant petit tailleur». Et je n’ai toujours pas compris ce qu’il y avait d’exceptionnel dans le fait d’estourbir sept mouches d’un seul coup de torchon.
- Les mouches ont muté depuis. On ne pourrait plus faire ça aujourdhui. A croire qu’elles ont des yeux derrière la tête. En fait elles ont des mirettes comme des catalogues de bibliothèques : à facettes. Mais alors quel est, pour vous, votre plus beau titre de gloire ?

MIC 2014 04 07 mètre ruban

- C’est mon travail de couturier, d’arpenteur et de muséographe. Ici dans ce musée sont conservés des chiffres absolument mythiques. Ils ont tous été relevés grâce à mon mètre ruban magique. Mais venez, je vais vous faire visiter.
- 20, 25, 27 cm ?
- C’est le diamètre des trois assiettes dans lesquelles Boucle d’Or a mangé la soupe chez les 3 ours.
- 1 mètre 63 centimètres et 28 millimètres ?
- C’est la circonférence de la citrouille que la marraine de Cendrillon à transformée en carrosse.
- 1,95 LDL-C ?
- C’est le taux virtuel de LDL-cholestérol du grand méchant loup s’il avait réussi à bouffer les trois petits cochons.
- Vous avez mesuré cela avec votre centimètre ?
- C’est un centimètre magique. Vous voulez que je vous fasse une échographie avec ?
- Non, merci bien. Ici on retrouve des centimètres. 72 ?
- C’est la longueur atteinte par le nez de Pinocchio le jour où il a proféré son plus gros mensonge.
- Et c’était quoi, ce mensonge ?
- "Je vous jure les yeux dans les yeux que je n’ai pas de conte en Suisse » ! Pathétique, n’est-il pas, pour un héros dont la renommée est internationale ? Venez, nous allons passer dans la salle des plans-reliefs.

MIC 2014 04 07 botte de sept lieues

- 22,736 kilomètres ?
- Je ne vois pas ?
- Divisez par sept !
- Il n’y a pas lieu de le répéter mais je suis assez nulle en calcul mental. Les maths ça ne m’a jamais bottée.
- C’est ça, vous avez trouvé. C’est exactement la distance qu’on franchit d’un seul pas de botte de sept lieues.
- Et ça, dans la même veine : 64,960 kms ?
- C’est là qu’on trouve le capitaine Nemo et son Nautilus !
- 20 000 lieues sous les mers ?
- Exact ! Et ceci : 4 807 mètres ?
- Ah ça je sais, c’est la hauteur du Mont Blanc !
- Perdu ! C’est l’altitude atteinte par le haricot magique de Jack. Nous l’avons conservé ici d'ailleurs et vous pourrez l’escalader tout à l’heure. Je vous laisserai revenir dans cette salle à votre gré mais pour l’instant, venez, nous allons pénétrer dans la salle des costumes.

Quelle merveille que ce musée ! Et quelle n’était pas la fierté du vaillant petit tailleur de nous montrer ses créations, récupérées au fil du temps et de ses pérégrinations à travers les contes auprès de leurs légendaires propriétaires.

MIC 2014 04 07 110417B_136

- Ici cette robe bleu ciel et blanc avec des voiles transparents verts et des miroirs qui cliquètent sur la collerette, c’est celle de la sœur Anne dans Barbe Bleue. Les couleurs que j’ai choisies symbolisent l’herbe qui verdoie, le soleil qui poudroie et la candeur naïve de celle qui ne voit jamis rien venir. La suivante a appartenu à Blanche-Neige. Vous voyez, Walt Disney n’est pas tombé loin. Tenez, elle m’a envoyé une photo d’elle et de son prince charmant récemment.
- Elle n’a pas vieilli ! ai-je dit à ce moment-là.
- Ca veut dire quoi vieillir ? a demandé le petit tailleur d’un air fâché.

J’ai senti que j’avais gaffé. Heureusement, à ce moment-là Isaure a rebondi :

- Dites-moi, vaillant petit tailleur, d’avoir fréquenté toutes ces stars, de les avoir approchées, habillées, mises en valeur et ce sans que l’on vous décerne le moindre César ni Oscar, ça ne vous a pas.. chagriné ?
- Et de les voir déshabillées à l’essayage, ça n’a rien allumé en vous ?
- Vous savez, m’a-t-il répondu, il n'est pas difficile de nourrir des pensées admirables lorsque les étoiles sont présentes. Il suffit d’oublier qu’elles ont un beau cul. Ou d’être homosexuel comme tous les grands couturiers.

Isaure et le tailleur ont éclaté de rire. Pas moi parce que le nabot en avait profité pour me mettre la main aux fesses en disant cela et c’est quelque chose que je n’apprécie que modérément.

MIC 2014 04 07 86299238_p

Après avoir admiré d’autres costumes nous sommes passés dans la salle des pois du musée du Bureau Intertextuel des Pois et Mesures et là c’était très décevant. Il n’y avait que les cailloux du petit Poucet et le petit pois de la princesse aux 7 matelas. Par une porte-fenêtre ouverte on pénétrait ensuite dans une cour. D’un pot de fleurs immense, un peu comme ceux qu’on voit sur la dalle Kennedy dans le quartier de Villejean à Rennes, sortait un plant de haricot géant dont on n’apercevait pas le sommet là-haut dans les nuages. Tout le long de la tige pendouillait une échelle de corde.
- Je passe le premier, a déclaré Mini-Lagerfeld. Suivez-moi, Monsieur Krapov !

En plus ce salaud-là connaissait les usages qui veulent qu’on descend un escalier devant les dames et qu’on les précède en grimpant à l’échelle pour éviter d’avoir à chanter ensuite des niaiseries souchonniennes comme « Sous les jupes des filles » ou « Allô maman bobo ».

J’ai répondu : « Allez-y sans moi, je retourne vérifier la longueur de la chevelure de Raiponce au cas où il y aurait interro écrite à la sortie ! ».

Route66

Je n’ai pas voulu avoir l’air ridicule à nouveau en avouant que je souffrais d’aérodromphobie et d’acrophobie. Ils ont disparu dans les nuages, je suis allé m’extasier à nouveau devant le panneau 66.

Non, le petit tailleur n’était jamais allé aux Etats-Unis parcourir une route mythique, il avait juste obtenu, en pratiquant diverses opérations sur les chiffres détenus dans son musée, ce que tout individu normalement constitué cherche à savoir, passe sa vie même parfois à chercher à savoir : l’âge du capitaine Achab quand il a rencontré la baleine dans laquelle Jonas et Pinocchio jouaient à qui dirait le plus gros des mensonges.

Et puis comme Isaure et le petit tailleur ne redescendaient pas et qu’il était sept heures "dring dring dring", je me suis réveillé, j’ai pris mon petit déjeuner et, en chantant, je suis allé au boulot comme les sept nains et tous les jours.

Et dans le bus, j’ai repensé, à propos de mon rêve et de ce que je disais au début au sujet du carnaval de Nantes :

- L’âge du capitaine Achab, si au lieu d’aller au cinéma voir les adaptations de Walt Disney, Tim Burton ou Trey Stokes, il avait lu le bouquin, il l’aurait su tout de suite !

MIC 2014 04 07 age-du-capitaine

 


Ecrit pour "Un mot, une image, une citation du 7 avril 2014 d'après cette consigne :

Un mot : trophée
Une image :
Photo par Pippalou chez Morguefiles

Une citation : Il n'est pas difficile de nourrir des pensées admirables lorsque les étoiles sont présentes.  - Marguerite Yourcenar

Posté par Joe Krapov à 19:42 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


CI-LOMBALGIT JOE KRAPOV !

la-metamorphose-des-cloportes-a02

Il suffit de changer une ampoule dans sa salle de bains et on se retrouve métamorphosé en Clo-Cloporte. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Franz Kafka, spécialiste du genre qui eut sa petite heure de gloire jadis en raison d’un numéro de transformiste qu’il exécutait dans un cabaret de Prague.

C’est avec des jeunes sots qu’on fait des vieux cons. Cela, c’est paraît-il, de Louis Aragon. Moi je me fiche de cela comme de mon premier slip aéré – c’est aussi de lui – mais mon dos, non : avec le temps, va, comme tout s’en va – oui, gagné, Léo Ferré ! -, il paraît que ma colonne vertébrale a perdu sa courbure en chemin. Pour apprendre cela l’iatrophobe militant que je suis a dû avaler une couleuvre supplémentaire après le dernier lumbago subi et prendre rendez-vous avec un kinésithérapeute-ostéopathe. Très sympa, le gars, pour une fois !

Ca ne m’a pas fait perdre le sens de l’humour pour autant ! Quand je suis rentré de la première consultation j’ai demandé à Marina Bourgeoizovna : « Tu n’aurais pas un annuaire du téléphone pour que je me lave les dents ? ».

Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes mais Joe Krapov si. Pierre Lescure et Philippe Gelück aussi. C’est pourquoi il partage ses images, ses citations de Louis Aragon, ses délires verbaux et désormais ses cours de maintien pour internautes à mal de dos récurrent avec vous.

- Chaque fois que vous vous laverez les dents, conseille l’ostéopathe sarthois de Rennes, vous mettrez un annuaire sous vos orteils. Cela vous aidera à retrouver la cambrure naturelle de la colonne vertébrale.
Et de fait, à part les taches de dentifrice sur le pyjama ou sur le pull le matin, ça marche !

La deuxième visite a eu lieu vendredi dernier. Ce soir-là j’ai appris à me métamorphoser en chevalier servant. Toutes les dames qui passent par ici savent très bien que leurs désirs sont des orgues et que je me ferai un réel plaisir d’en jouer. Désormais je pourrai pour elle, en plus, mettre un genou en terre, poser sur le tapis le cœur que j’avais sur la main, appuyer mes deux mains sur l’autre genou allonger vers l’arrière la jambe avec le genou en terre en la faisant glisser, cambrer les reins et me casser la gueule sans me faire mal aux seins : c’est juste vous qui vous fendrez les côtes en regardant le tableau.

DDS 293 ASTERIX_SPHINX-1

Et puis j’ai aussi appris à me transformer en sphinx. « Chic ! se disent les messieurs qui passent par ici, il va enfin la fermer, celui-là ! ». C’est vrai, je les comprends, je suis comme ça, moi aussi : quand on en a plein le cul d’entendre des gens bavards parler pour ne rien dire, on rêve de voir le sphinx se taire.

Mais vous allez voir que ce n’est pas si évident. Pour faire le sphinx, on s’allonge sur le ventre. On pose les deux bras étendus devant soi et on relève la tête. On rapproche les bras en pliant les coudes, on prend appui sur les avant-bras et on relève la tête au maximum.
- Voilà, c’est tout, ça fera 72 euros.
- Rapace !

Nân, je déconne. Le praticien qui m’a avoué être né à 72300 La Chapelle d’Aligné ne me demandera qu’à la 3e et dernière séance en mai de les.
(Oui, de les aligner !)

Pour terminer, puisque me voilà devenu sphinx, je ne résiste pas au plaisir de vous soumettre à la question. Notre atelier d’écriture « en vrai » du mardi à la salle Mandoline s’est en effet métamorphosé la semaine dernière en fabrique de questionnaires cinéphiliques. A vous, cher(e)s Oedipes in the dark, de donner les titres des films évoqués, ci-dessous

Une robe blanche soulevée au-dessus d’une bouche de métro ?

Un charlot portant moustache joue au ballon avec un globe terrestre ?

Un défilé de mode ecclésiastique avec des chasubles qui clignotent dans un film italien du siècle dernier ?

Un parapluie orné d’un perroquet au bout du manche et ce perroquet parle à une dame à chapeau chargée d’éduquer deux enfants ?

Un rideau de douche et un couteau ?

Quatre notes d’harmonica dans un film de Sergio Leone ?

Un couple qui écarte les bras au milieu de l’océan ?

Jean-Paul Belmondo avec le visage peint en bleu ?

Une femme nue allongée sur un lit et qui demande à son amant « Est-ce que tu les aimes, mes fesses ? » ?

Deux hommes dans un canot à moteur. L’un des deux, habillé en femme, enlève sa perruque et dit : « Je suis un homme ! ». L’autre répond « Personne n’est parfait ! » ?

Un gamin tout nu dont le nom évoque un chapeau a bien du mal avec le conditionnel ?

Un type en pantalon bleu à rayures blanches fait tomber le nez du sphinx ?

Si le nez de Liz Taylor n’avait pas été ce qu’il fut, la face du monde en eût été changée ?


P.S. Je m’aperçois que j’ai oublié de vous parler des métamorphoses de libido vide en désir de rata et que je n’ai pas placé non plus « Métamorphose où j’ai mon doigt ! ». J’espère que d’autres y auront pensé à ma place !

Ecrit pour le Défi du samedi n° 293 à partir de cette consigne 

A LA SANTE D'ANTON TCHEKHOV !

140406 005


A LA SANTE D’ANTON TCHEKHOV

La fleur de tonnerre ne pousse
Que dans le milieu des tempêtes
Quand la danse noire s’arrête
Et que sur la maison d’Hadès
Paraît la grande Lune rousse.

Alors chez Monsieur Mercédès
On entend une chanson douce,
Le bruit des verres qu’on emplit
Le toast que portent les amis
A ce moment où l’on dit « Pouce ».

La vodka, l’herbe de bison,
Le silence à nouveau du ciel
Troublé par l’appel du coucou
Evoquent les ruses de Sioux
Qu’a dû déployer Ezéchiel

Pour ramener à la raison
Le joueur de roulette russe
Qui voulait retenter sa chance :
« Je n’aurais pas cru que je pusse
Lutter contre l’accoutumance

De la black cocaïne au soir
Déclarait-il aux alentours.
J’ai versé le sang des tyrans
Quand le monde allait finissant !
Je ne veux plus voir ce mouroir ! »

Le docteur Sleep l’avait calmé.
Les haines, comme les amours,
N’éteignent jamais leurs longs feux
Que, la camisole passée,
Attaché au lit, chambre deux.

Au loin l’orage s’estompait.
Dans le silence revenu
Mercédès dit à Ezéchiel :
- Maintenant que tout est en paix
Il faut parler de l’essentiel.

Il nous faut aller dans les nues
Chercher le plus petit baiser
Jamais recensé en ce monde.
Il est aux Îles de la Sonde
Ou sur l’archipel de Thésée

Le docteur, un homme effacé,
Souriait d’un air ingénu
De les voir rêver de la sorte.
Il n’y avait plus rien d’inconnu
Et toute aventure était morte

Mais dans le grand zoo des chimères
Il aimait voir ses infirmiers
Aux particules réfractaires
Viser d’insondables mystères
Et des conquêtes insensées.

La dernière chose qu’on regarde
Quand la journée enfin s’achève
C’est cette idée que Dieu vous garde
Une stratégie pour le rêve,
Un espoir, comme une caresse :

La fleur de tonnerre ne pousse
Que dans le milieu des tempêtes
Quand la danse noire s’arrête
Et que sur la maison d’Hadès
Paraît la grande Lune rousse.

Ecrit à l'Atelier d'écriture de Villejean le 8 avril 2014 d'après cette consigne : Insérer dans votre texte au moins cinq titres de cette liste de romans parus en 2013 et 2014 : Bouba Blitz - Bison - Mr Mercédès - En finir avec Eddy Bellegueule - Les particules réfractaires - Les Mensch - Comme les amours - L'analphabète qui savait compter - le sang des tyrans - la maison d'Hadès - J'haïs les vieux - Fleur de tonnerre - Roulette russe - L'appel du coucou - Solo - L'incolore Tsuruku Tazaki et ses années de pèlerinage - Le plus petit baiser jamais rcensé - La première chose qu'on regarde - danse noire - Un homme effacé - Le cimetière des hirondelles - Black cocaïne - Docteur Sleep - Chambre 2 - Zoo des chimères.

J'en ai mis 17 sur 25 !

Prendre ses jambes à son cou au carnaval de Nantes le 6 avril 2014 (1)

140406 266

AMOUREUX D’UNE CINEPHILE, PREFERE-LUI LA CHLOROPHYLLE !

On allait très souvent, elle et moi, au cinoche.
Si j’étais Le Quesnoy, elle, elle était Groseille :
Si je n’aimais pas l’film ell’ me tirait l’oreille
Et si je l’aimais trop è’ m’filait des taloches !

Si j’aimais trop l’actrice, Moteur ! Action ! Danger !
Je ne devais aimer que sa seule frimousse
En exclusivité ! Un amour qui s’émousse
Peut aveugler, décerveler ou ravager.

Posté par Joe Krapov à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Prendre ses jambes à son cou au carnaval de Nantes le 6 avril 2014 (2)

140406 277

Dans les salles obscures où oeuvrait son aïeul
J’allais aplatir plus encor’ mon portefeuille.
J’eusse aimé mieux aller cueillir le chèvrefeuille
Mais papa projetait « Pour qui sonn’ le gla… ïeul » !

Posté par Joe Krapov à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Prendre ses jambes à son cou au carnaval de Nantes le 6 avril 2014 (3)

140406 511

Un jour, j’ai mis le feu à toute l’étagère !
J’ai fui sans faire annonce à la torne Marie
Que je partais chasser au pôle l’otarie :
Parfois le ramoneur délaisse la bergère !

Posté par Joe Krapov à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,